Revenir à la rubrique : Faits divers

Les Avirons : Une gendarme blessée au tesson de bouteille, l’agresseur immobilisé au taser

Une gendarme a été blessée lors d’une intervention en centre ville des Avirons ce midi. La militaire a été blessée au cou et au visage alors qu’elle tentait de calmer un individu dans un état second. Elle a été longuement prise en charge dans un véhicule médicalisé du SMUR puis transportée vers le CHU Sud.

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 12 novembre 2021 à 12H36

Une gendarme a été blessée lors d’une intervention en centre ville des Avirons ce midi. La militaire a été blessée au visage et au cou alors qu’elle tentait de raisonner un homme qui embêtait des jeunes filles. Elle a été longuement prise en charge par les pompiers et les urgentistes dans un véhicule médicalisé. 

L’agression s’est déroulée en centre ville des Avirons près de l’église et à une trentaine de mètres de la brigade.

Les gendarmes ont été appelés peu avant midi avec pour seul signalement le comportement d’un jeune homme qui embêtait des passantes. Sur place, les gendarmes tentent de raisonner un jeune homme de 20 ans adossé au mur de l’église. 

Alors que la situation semble apaisée, ce dernier se retourne brusquement et porte des coups de tesson de bouteille en direction d’une gendarme. Elle est touchée au niveau du cou et des lèvres. Elle saigne abondamment mais fort heureusement la carotide n’est pas touchée. Les témoins décrivent une scène horrible, avec beaucoup de sang au sol. 

Les deux autres gendarmes de la brigade territoriale Etang-Salé /Les Avirons qui accompagnaient l’adjudant-chef ont fait usage de leurs tasers pour immobiliser l’agresseur. 
 
Selon la mère de l’agresseur – une famille nouvellement arrivée dans la commune – son fils n’est habituellement pas porté sur l’alcool mais ce vendredi, il n’aurait pas pris ses médicaments. Ce matin, il aurait par contre bu de l’alcool, ce qui pourrait expliquer son geste. L’homme âgé de 20 ans est suivi pour des troubles psychiatriques.
 
Le pronostic vital de la militaire n’est pas engagé. Elle a pu perdre connaissance quelques minutes après l’agression ce qui a pu laisser craindre le pire à ses coéquipiers. Après avoir été prise en charge dans le véhicule médicalisé du SMUR, elle a été transportée vers le CHU de Terre Sainte.

Le préfet a condamné cette agression dans un communiqué : « Après l’agression dont a été victime l’adjudante-cheffe commandant la brigade de gendarmerie des Avirons le 12 novembre 2021, Jacques Billant, préfet de La Réunion, lui apporte tout son soutien, ainsi qu’à sa famille et à tous les gendarmes de son unité.
 
Il salue à nouveau la mobilisation sans faille de la gendarmerie de la Réunion au service de la sécurité de chacun de nos concitoyens et condamne avec fermeté toute forme de violence perpétrée contre les forces de l’ordre placées sous son autorité.

Le préfet se tient régulièrement informé de l’état de santé de la militaire hospitalisée dans un état grave et lui souhaite le meilleur rétablissement.« 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soupçons d’emplois illégaux : Didier Robert, Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou se défendent à la barre

La deuxième journée du procès des emplois de cabinet de la Région a conforté la défense dans sa contestation de la partialité de l’enquête menée par l’OCLCIFF : les témoins auditionnés ont en effet tous confirmé l’effectivité des missions effectuées par les ex-conseillers techniques Alfred Ablancourt et Ismaïl Aboudou, tandis que le troisième prévenu appelé à la barre, l’ancien président Didier Robert, a martelé sa légitimité, en tant que chef de l’administration, à choisir lui-même les personnes embauchées dans son cabinet. Enfin, le DGS d’alors Mohamed Ahmed, convoqué comme témoin, a souligné qu’un arrêté relatif à l’organisation administrative de la Région avait rattaché certains services au cabinet, sans que cela ne soit contesté ni par le contrôle de la légalité, ni par le tribunal administratif.

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.

Soupçons d’emplois illégaux au cabinet de la Région : La stratégie d’enquête décriée par la défense

En début d’audience pour ce premier jour de procès, les 11 prévenus de la Région Réunion, dirigée par Didier Robert de 2010 à 2021, ont nié toute faute malgré les poursuites pour détournement de fonds, prise illégale d’intérêts et de recel après un contrôle de la Chambre régionale des comptes. L’enquête préliminaire a révélé des emplois potentiellement fictifs, des recrutements discrétionnaires et des rémunérations excessives. Les avocats de la défense contestent la procédure, arguant notamment de partialité et d’imprécision des motifs de poursuite.