Revenir à la rubrique : Communiqué | Politique

« Le Quotidien de La Réunion : Pour sauver ce patrimoine, il est temps de jouer collectif et de manifester notre faire-ensemble »

Depuis plusieurs mois, la voix du Quotidien de La Réunion s’éteint. Notre Quotidien de La Réunion est bien plus qu’un journal. Il est devenu depuis 1976, une part de l’identité de La Réunion ! Derrière le Quotidien, ce sont des hommes et des femmes, qui s’investissent pour faire vivre un patrimoine réunionnais. Qui n’a jamais eu entre ses mains, un Quotidien.

Ecrit par Giovanni PAYET – le vendredi 01 décembre 2023 à 19H31
Giovanni Payet, porte-parole de La Voix Citoyenne

Pour sauver ce patrimoine, il est temps de jouer collectif et de manifester notre faire-ensemble. Il est temps que la société réunionnaise montre sa solidarité envers ceux et celles qui nourrissent depuis tant d’années la démocratie et la liberté.

Pour La voix citoyenne – La Réunion, pour que le Quotidien puisse continuer à décrire les maux, les souffrances et les réussites de la société réunionnaise, nous proposons que le Journal devienne une Société coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC), à l’image de Nice-Matin, premier journal français à suivre cette voix.

La SCIC permet aux salariés, aux lecteurs, aux habitants, aux fournisseurs, aux associations, aux artisans, aux collectivités, aux sociétés de devenir propriétaire et faire vivre l’entreprise en devenant coopérateur. Fondée sur l’égalité des voix (1 personne = 1 voix) et de la lucrativité limitée (obligation de réinvestir dans l’activité la quasi-totalité des excédents), la SCIC peut être une voix pour sauver ce patrimoine réunionnais.

Nous sommes conscients que le temps est court. Mais en qualité de Réunionnais, nous sommes convaincus que le Quotidien vivra !

Nous mettrons notre énergie, nos idées et notre soutien à disposition du Quotidien, pour qu’il montre aux yeux du monde, l’intelligence et la solidarité réunionnaise.

Nous comptons tous sur vous !

Giovanni PAYET
Président de la Voix citoyenne – La Réunion

Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Waly jean Claude
2 mois il y a

Il n’y a plus d’argent pour la bourse pour étudiants mais on trouve de l’argent pour mettre dans le sauvetage d’un torchon qu n’informe plus personne depuis X temps. De qui se fout t’on . Pendant ce temps là KABRI MANGARA Y MANGE BON SALADE ! N’est ce pas mon ami Michel Admettre

Dans la même rubrique

Perceval Gaillard dénonce les « profits scandaleux » du secteur des carburants à La Réunion

Le député Perceval Gaillard a interpellé le ministre de l’Economie au sujet des profits des « profits scandaleux du secteur des carburants à La Réunion ». « Les grossistes pétroliers ont engrangé 28 millions d’euros de résultat net tandis que la Société Réunionnaise des Produits Pétroliers (SRPP), pour son activité de stockage, a dégagé 5,8 millions d’euros de résultat net », pointe-t-il du doigt, déplorant par ailleurs que « seules 30 stations-services sur 160 ont transmis leurs comptes ».

Olympiades culturelle en Outre-mer : Mouton noir et Sa mem’mem lauréats

Le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer, le ministère de la Culture et le Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 ont publié les résultats de la Commission nationale qui s’est réunie le 9 janvier 2024. A La Réunion, Mouton Noir (Le Séchoir) et Sa mem’mem (Compagnie Danses en l’R) sont lauréats.

Saint-Louis poursuit sa mue grâce à l’Action Coeur de Ville

Ce mardi 27 février, Juliana M’Doihoma a signé l’engagement de Saint-Louis dans le dispositif Action Coeur de Ville mis en place par l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT). C’est dans ce cadre qu’une nouvelle agence France Services a été inaugurée, la première de France à être apte à accueillir les personnes sourdes et malentendantes.

Thierry Robert n’aura pas à rembourser 66.000 euros à l’Assemblée nationale

Thierry Robert avait été condamné pour harcèlement et rupture abusive du contrat de ses collaborateurs parlementaires. Il devait alors verser plus de 100.000 euros à ses deux anciens assistants. L’Assemblée nationale lui avait avancé une somme importante pour régler cette dette. Le député rendu inéligible peu de temps après, le Parlement lui réclamait l’argent donné. L’ex-élu avait été considéré comme redevable lors d’un premier procès mais la Cour d’appel a retoqué cette décision. Thierry Robert n’aura donc pas à rendre 66.000 euros à l’Assemblée.