Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Le découplage énergie/croissance est impossible

Quand les économistes classiques définissent la productivité et la croissance économique comme une mesure du produit par unité d’intrant, ces intrants auxquels ils pensent sont le capital et le travail. Or, lorsqu’ils analysent la croissance réelle dans les pays industrialisés, la quantité de capital investie et de travail produit n’expliquent que 14% de cette croissance, […]

Ecrit par Dr Bruno Bourgeon, membre EELVR – le vendredi 28 juin 2013 à 09H56

Quand les économistes classiques définissent la productivité et la croissance économique comme une mesure du produit par unité d’intrant, ces intrants auxquels ils pensent sont le capital et le travail. Or, lorsqu’ils analysent la croissance réelle dans les pays industrialisés, la quantité de capital investie et de travail produit n’expliquent que 14% de cette croissance, ce qui laisse 86% d’inexpliqué. Robert Solow (*), prix Nobel pour sa théorie de la croissance économique, dit franchement que ces 86% manquants sont une « mesure de notre ignorance ».

Reiner Kümmel (*), physicien de l’université de Würzburg en Allemagne, a construit un modèle de croissance qui comprenait l’énergie au côté des intrants capital et travail ; il l’a testé avec des séries statistiques sur la croissance de 1945 à 2000 aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, et en Allemagne, et a prouvé que le facteur manquant qui rend compte du reste de la hausse de la productivité et de la croissance était bien l’énergie.
Robert Ayres (*), professeur d’environnement et de management à Fontainebleau, à l’INSEAD, a consacré une bonne partie de sa carrière à étudier les flux énergétiques et le changement technologique. Il a construit un modèle d’intrants à trois facteurs et l’a testé sur la courbe de croissance de l’économie américaine pendant la seconde moitié du XXème siècle, puis sur l’économie de la Grande-Bretagne, du Japon, et de l’Australie. Il a constaté qu’en ajoutant l’énergie au modèle des intrants on expliquait « près de 100% de la croissance économique du XXème siècle pour chacun de ces quatre pays ». Ce modèle montre clairement que « l’efficacité thermodynamique croissante avec laquelle l’énergie et les matières premières sont converties en travail utile » rend compte de l’essentiel de l’augmentation des gains de productivité et de croissance dans les sociétés industrielles (*).

Voilà pourquoi l’énergie joue un rôle crucial dans les marges de profit et les gains de productivité. Voilà pourquoi on ne peut découpler PIB et énergie. Voilà pourquoi, en ces fins d’énergies fossiles bon marché, il devient impossible de soutenir un modèle de croissance et de retour de l’emploi. Et si cela échappe à la plupart des économistes, c’est qu’ils ne comprennent pas que toute activité économique est un emprunt aux réserves énergétiques et matérielles de la nature, et cet emprunt est infiniment plus rapide que ce que la biosphère peut recycler ou réapprovisionner. L’accumulation de cette dette entropique finira par provoquer l’effondrement de quelque régime économique que ce soit : les lois entropiques, comme le disait Einstein, sont incontournables.

(Tiré de « La Troisième Révolution Industrielle » de Jeremy Rifkin, édition Les Liens qui libèrent, page 290-291).

(*): R.U. Ayres et E. Ayres, « Crossing the Energy Divide : Moving from Fossile Fuel Dependence to a Clean-Energy Future”, Upper Saddle River, NJ, Wharton School Pub, 2010, p 11-14 et 205-206

Dr Bruno Bourgeon
Membre EELV Réunion

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Connaître l’Histoire, c’est prendre du recul pour mieux aller de l’avant

La campagne pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet 2024 est venue nous rappeler l’importance fondamentale du travail d’histoire à mener dans nos sociétés pour qu’elles puissent rester démocratiques. Les propos du maire de la Plaine-des-Palmistes, chef de file du Rassemblement National à La Réunion, tenus le 18 juin à l’antenne de Réunion La 1 ère, ont provoqué une vague de réactions indignées, dont celles de candidats de son propre parti. Pour Johnny Payet, qui explique que « l’esclavage était une façon de vivre avant, il y a des années et des années », une conclusion s’impose : « aujourd’hui on ne doit plus parler d’esclavage ». Ces déclarations décomplexées du fait d’une situation de crise politique ne sont ni à prendre à la légère, ni le témoignage d’une pensée isolée. L’idéologie portée par le discours de cet homme politique n’est en rien un « détail de l’histoire ».

Devoir de mémoire obligatoire ?

Le maire RN de la Plaine des Palmistes a, semble-t-il, réalisé l’unanimité de la classe politique contre lui en prenant position contre l’idée d’un devoir de mémoire qui l’obligerait personnellement à fêter le 20 décembre. La revendication de cette liberté individuelle lui a valu un déferlement de réactions hostiles auquel même des candidats du RN ont participé. Ainsi, mis à part l’antisémitisme, Johnny Payet s’est trouvé accusé d’à peu près tous les pires travers qu’on puisse reprocher à un homme politique. Cette prodigieuse diversité des griefs portés contre lui garantit qu’il est vain d’espérer un fondement rationnel à ce qui apparaît avant tout comme un débordement émotionnel collectif contre l’homme à abattre du moment. Traditionnellement on parle de lynchage médiatique et, en l’occurrence, le terme ne semble pas usurpé.

Jardin des merveilles : l’expérience de Bangalore peut-elle faire éclore un aéroport Guerlain sur l’Arc Atlantique ?

Dans la célèbre plantation Guerlain de Mayotte, « jardin archipel » du canal du Mozambique ; se trouve à quelques centaines de mètres du centre de Combani l’une des plus importantes plantations d’Ylang-Ylang, la fleur qui a révolutionné le parfum, ainsi que des épices comme les clous de girofle et la vanille. Alambics, distillat d’essences, allée de cocotiers … Entre nature et architecture, l’univers de la parfumerie peut-il servir de laboratoire d’inspiration et de décarbonation de l’aviation du XXIème siècle ?