Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

LBSJS-169 : « Élections régionales et départementales des 20 et 27 juin »

Ça y est, la campagne est ouverte. Et son décorum de voitures sonos insupportables, de petites mains militantes en quête de récompenses et distribuant les tracts insipides à tout va, faisant du porte à porte. Et cette fois, pour cause de pandémie, se mêleront les candidats aux départementales en solo, et les équipes des candidats aux Régionales, au nombre de 11 cette année. Désormais la campagne sonore est autorisée, ainsi que l’affichage sur les emplacements réservés, les professions de foi et les réunions en jauge de 35% des places assises. Vous en rêviez ? Vous les avez ! Et ces conditions restreintes pourraient changer car les chiffres de la Covid sont très éloignés de la "désescalade" métropolitaine. Utilité de 3 mois de couvre-feu...

Ecrit par Bruno Bourgeon, porte-parole d'AID – le samedi 05 juin 2021 à 09H24

Régionales : on détaille les listes ? Pas trop, point trop n’en faut. 11 donc. 4 têtes de liste féminines : Corinne de Flore, Vanessa Miranville, Ericka Bareigts et Huguette Bello. Pas mal, on se rapproche de la parité. Une femme à la Région ? Voire.

Le sortant, Didier Robert, empêtré dans ses affaires judiciaires, est en appel pour continuer à battre campagne. Il a fait une bien fragile union de la droite, tandis qu’à gauche, celle-ci est éclatée en au moins 4 listes : Ericka et Huguette, Olivier Hoarau avec son boulet judiciaire, et l’éternel candidat Patrick Lebreton, qui fera, comme d’habitude, un carton à Saint-Joseph, et rien ailleurs. Sans compter Vanessa, où la classer ? Et doit-on la classer ? Une obédience écologique certaine qui grignotera un peu plus la liste EELV Réunion pour une fois autonome de l’inénarrable Jean-Pierre Marchau, autre éternel candidat, mais élu nulle part, si ce n’est sur des scrutins de liste (avec Ericka Bareigts aux municipales).

Restent les trois dernières listes dont le RN de Joseph Rivière, le militant identitaire Philippe Cadet, et Jean-Yves Payet, de Lutte Ouvrière. Pour le second tour : 10% des suffrages exprimés, 5% pour fusionner. 45 places pour 47 candidatures par liste. 

Départementales : 127 binômes candidats se présentent pour 25 binômes titulaires paritaires (et autant de remplaçants) pour un Conseil Départemental entièrement renouvelé. Pour être élu : 50 % des suffrages exprimés, et un nombre de suffrages égal à au moins 25 % des inscrits. M’est avis qu’il n’y aura que peu de candidats élus au premier tour. Vous avez remarqué ? Pas un mot sur les programmes ! Est-ce utile ? Vu le peu d’empressement des candidats sur ce qu’ils nous promettent, nous essaierons au cours du débat de décortiquer les différentes professions de foi.

Que dire de ces élections de moins en moins représentatives de qui que ce soit ? Que les candidats s’expriment sur les sujets centraux, non pas de La Réunion dont le monde entier n’a que faire, mais des sujets universels qui intéresseront aussi La Réunion. Et peut-être que les Réunionnais iront au-delà des joutes oratoires pour s’intéresser vraiment à leur avenir : pandémie et réchauffement climatique, les deux étant intriqués. Mais qui le dit ?
 
ATTENTION: suite au couvre feu à 21h00 et pour que chacun puisse rentrer chez soi à temps, le repas aura lieu à 19h30, la commande devra être passée dès l’arrivée et le plat principal sera unique, du poulet croustillant. 

La suite sur : [www.aid97400.re]urlblank:http://www.aid97400.re/
 
 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Connaître l’Histoire, c’est prendre du recul pour mieux aller de l’avant

La campagne pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet 2024 est venue nous rappeler l’importance fondamentale du travail d’histoire à mener dans nos sociétés pour qu’elles puissent rester démocratiques. Les propos du maire de la Plaine-des-Palmistes, chef de file du Rassemblement National à La Réunion, tenus le 18 juin à l’antenne de Réunion La 1 ère, ont provoqué une vague de réactions indignées, dont celles de candidats de son propre parti. Pour Johnny Payet, qui explique que « l’esclavage était une façon de vivre avant, il y a des années et des années », une conclusion s’impose : « aujourd’hui on ne doit plus parler d’esclavage ». Ces déclarations décomplexées du fait d’une situation de crise politique ne sont ni à prendre à la légère, ni le témoignage d’une pensée isolée. L’idéologie portée par le discours de cet homme politique n’est en rien un « détail de l’histoire ».

Devoir de mémoire obligatoire ?

Le maire RN de la Plaine des Palmistes a, semble-t-il, réalisé l’unanimité de la classe politique contre lui en prenant position contre l’idée d’un devoir de mémoire qui l’obligerait personnellement à fêter le 20 décembre. La revendication de cette liberté individuelle lui a valu un déferlement de réactions hostiles auquel même des candidats du RN ont participé. Ainsi, mis à part l’antisémitisme, Johnny Payet s’est trouvé accusé d’à peu près tous les pires travers qu’on puisse reprocher à un homme politique. Cette prodigieuse diversité des griefs portés contre lui garantit qu’il est vain d’espérer un fondement rationnel à ce qui apparaît avant tout comme un débordement émotionnel collectif contre l’homme à abattre du moment. Traditionnellement on parle de lynchage médiatique et, en l’occurrence, le terme ne semble pas usurpé.

Jardin des merveilles : l’expérience de Bangalore peut-elle faire éclore un aéroport Guerlain sur l’Arc Atlantique ?

Dans la célèbre plantation Guerlain de Mayotte, « jardin archipel » du canal du Mozambique ; se trouve à quelques centaines de mètres du centre de Combani l’une des plus importantes plantations d’Ylang-Ylang, la fleur qui a révolutionné le parfum, ainsi que des épices comme les clous de girofle et la vanille. Alambics, distillat d’essences, allée de cocotiers … Entre nature et architecture, l’univers de la parfumerie peut-il servir de laboratoire d’inspiration et de décarbonation de l’aviation du XXIème siècle ?