Revenir à la rubrique : National | Politique

Laurent Berger refuse le poste de Premier ministre et avertit contre le Rassemblement national

L'ancien patron de la CFDT, Laurent Berger, a affirmé ce matin qu'il n'était pas intéressé par le poste de Premier ministre, même si le Nouveau Front Populaire, l'alliance des partis de gauche, venait à remporter les élections législatives des 30 juin et 7 juillet. Son nom avait été évoqué pour Matignon par le socialiste Raphaël Glucksmann, chef de file de son camp aux élections européennes.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le lundi 24 juin 2024 à 11H30

Dans des entretiens accordés au journal Le Monde et à France 2, Laurent Berger a clairement écarté cette hypothèse, rappelant qu’il avait choisi de se retirer de la vie publique. Il a précisé qu’il ne s’était exprimé publiquement pendant la campagne électorale que pour contrer la menace de l’extrême droite. « Ce que je veux, c’est ne pas vivre dans un pays qui soit gouverné par le Rassemblement National« , a-t-il martelé, critiquant le parti de Marine Le Pen et de Jordan Bardella pour ne pas apporter de solutions aux enjeux économiques, sociaux, écologiques et démocratiques.

Laurent Berger a dénoncé le Rassemblement National comme « le parti de la peur« , soulignant l’importance d’apporter des solutions concrètes face aux défis actuels. « Face à ces peurs, il faut apporter des solutions (…) à hauteur d’hommes« , a-t-il déclaré. Il a également appelé à voter « en conviction contre le Rassemblement National« , sans toutefois donner de consigne de vote explicite en faveur du Nouveau Front Populaire.

Bien qu’il ait soutenu l’idée de battre les candidats du RN, Berger a exprimé des réserves concernant certains aspects du Nouveau Front Populaire, notamment sur les sujets de la laïcité et de l’antisémitisme. « Je ne roule pour personne« , a-t-il souligné, appelant à voter pour les candidats les mieux placés pour battre le RN, qu’ils soient issus de l’alliance de gauche ou de la majorité sortante.

Il a également encouragé les candidats arrivant troisièmes au premier tour à se retirer en cas de triangulaire pour maximiser les chances de battre le RN au second tour.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
15 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello, Première ministre : « Une solution » pour Jean-Luc Mélenchon

Le fondateur de la France Insoumise a apporté son soutien à la proposition du Parti communiste français qui a cité Huguette Bello comme possible candidate à la tête d’un gouvernement de coalition à gauche. Le PCF et LFI sont favorables à cette idée, mais le Parti socialiste n’a pas encore donné son avis sur le sujet et doit tenir son conseil national ce samedi pour statuer sur le sujet.

Huguette Bello, Première ministre : Les arguments en sa faveur

L’Humanité a révélé que le Parti communiste français a proposé le nom d’Huguette Bello comme possible Première ministre venue de la coalition de gauche. Une hypothèse formulée suite aux désaccords entre les grands partis et qui prend un peu d’ampleur en cette fin de semaine alors que le Nouveau Front populaire n’arrive pas à se mettre d’accord.

Des figures dissidentes de La France insoumise lancent un nouveau mouvement politique

Plusieurs anciennes figures de La France insoumise (LFI), n’ayant pas été investies par leur parti lors des législatives anticipées, ont annoncé aujourd’hui la création de leur propre mouvement politique.
Parmi ces figures, on retrouve Clémentine Autain, Alexis Corbière, Danielle Simonnet et Raquel Garrido.
Ce nouveau groupe se nomme l’Association pour une république écologique et sociale (L’Après).

Emmanuel Macron recadre ses troupes après les couacs de ces derniers jours

De retour d’un déplacement de 48 heures à Washington, Emmanuel Macron a convoqué les principaux cadres de son camp à l’Élysée pour une réunion de recadrage. La scène s’est déroulée en fin de matinée au premier étage du palais présidentiel, dans le salon Vert, où se sont réunis le Premier ministre Gabriel Attal, l’ancienne Première ministre Élisabeth Borne, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, le patron du parti Renaissance Stéphane Séjourné, l’ancienne présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, l’ex-patron du groupe à l’Assemblée Sylvain Maillard et la ministre déléguée à l’Égalité femmes-hommes Aurore Bergé.