Revenir à la rubrique : Société

La « pêche bichiques » est moyenne

Ce matin les pêcheurs de bichiques se sont tous retrouvés à la Jamaïque, à Saint-Denis. A la sortie, la pêche est moyenne et le kilo est pour le moment à 35 euros, au plus bas prix.

Ecrit par Melanie Roddier – le lundi 24 novembre 2008 à 11H49

Il est 9 heures. La pêche aux bichiques a commencé tôt ce matin, d’abord du côté de Langevin puis à la Jamaïque, à Saint-Denis. Dans l’est, « bichik la pa monté » affirment les pêcheurs.
Ces petits alevins, le caviar de La Réunion, se font rares ce matin. Les minutes passent, chacun scrute l’océan, se penche au-dessus de l’eau dans l’espoir de voir les bichiques se trémousser à leur pied.
Les pêcheurs resteront là toute la journée, et reviendront le lendemain s’il le faut. Mais ils sont unanimes, « la pêche n’est pas très bonne, le bichique devient de plus en plus rare« .
Les bichiques sont effectivement de plus en plus difficiles à trouver. Ces dernières années, la pollution et des actes malveillants sont notamment en cause.
Le prix du kilo de bichiques atteint facilement les 40 à 50 € le kilo. Ce matin, il était à 35 euros le kilo.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Comores : Une passagère de kwassa blessée par balle

Selon divers témoignages circulant sur les réseaux sociaux, une femme a été victime dimanche 21 avril vers 14h d’un coup de feu alors qu’elle se trouvait sur une embarcation naviguant entre les Comores et Mayotte. Le média Al Comorya assure que le kwassa a été visé par les tirs des gardes-côtes de l’Union des Comores.

Les Chroniques de tonton Jules #171

Au fou ! C’est tout ce que j’ai trouvé à vous dire en guise d’introduction, ce jour. Les jours passent et les contes de la folie ordinaire enflent avec la constance d’un blob dévastateur. Il va devenir de plus en plus difficile de dormir sans cauchemarder.