Revenir à la rubrique : Société

La « pêche bichiques » est moyenne

Ce matin les pêcheurs de bichiques se sont tous retrouvés à la Jamaïque, à Saint-Denis. A la sortie, la pêche est moyenne et le kilo est pour le moment à 35 euros, au plus bas prix.

Ecrit par Melanie Roddier – le lundi 24 novembre 2008 à 11H49

Il est 9 heures. La pêche aux bichiques a commencé tôt ce matin, d’abord du côté de Langevin puis à la Jamaïque, à Saint-Denis. Dans l’est, « bichik la pa monté » affirment les pêcheurs.
Ces petits alevins, le caviar de La Réunion, se font rares ce matin. Les minutes passent, chacun scrute l’océan, se penche au-dessus de l’eau dans l’espoir de voir les bichiques se trémousser à leur pied.
Les pêcheurs resteront là toute la journée, et reviendront le lendemain s’il le faut. Mais ils sont unanimes, « la pêche n’est pas très bonne, le bichique devient de plus en plus rare« .
Les bichiques sont effectivement de plus en plus difficiles à trouver. Ces dernières années, la pollution et des actes malveillants sont notamment en cause.
Le prix du kilo de bichiques atteint facilement les 40 à 50 € le kilo. Ce matin, il était à 35 euros le kilo.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une zone suspecte au Nord de La Réunion

Le Centre météorologique régional spécialisé évoque la possibilité d’une reprise de l’activité cyclonique en fin de semaine au Nord-Est de Madagascar.

Météo à La Réunion : Des vigilances en cours

Une moitié Est/Sud-Est de La Réunion connaît des conditions météorologiques dégradées. Une vigilance fortes pluies et orages jaune est d’ailleurs en vigueur dans ces secteurs. Les pluies devraient continuer jusque dans la nuit.

Ces maux que la danse guérit : Le rythme pour battre la dépression

Depuis une quinzaine d’années, le succès des danses dites sociales (salsa, bachata, kizomba, etc.) ne cesse de se développer. Si le succès de cette pratique artistique peut être en partie accordé à la culture de la danse dans l’île, c’est plus dans les histoires individuelles que se trouvent parfois les racines de cette passion. Qu’elle qu’en soit la raison, la danse est parfois là pour guérir de quelque chose, même si cela n’est pas toujours conscientisé avant de s’initier. Voici la première partie de notre dossier théra-piste qui raconte comment certains se sont sortis de la dépression grâce à la danse.