Revenir à la rubrique : Société

JIR : Un plan de continuation qui interroge

Nous en savons plus sur l’éventuel plan de continuation que compte présenter le JIR. Dans une interview vidéo publiée mercredi après-midi sur son site, le PDG du JIR a présenté les grandes lignes de son projet : un rapprochement et un partage des rôles avec Le Quotidien qui ne paraitrait que sur 5 jours, du lundi au vendredi, tandis que le JIR disparaitrait dans sa version actuelle pour être remplacé par une version magazine qui ne paraitrait que le week-end.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le vendredi 12 janvier 2024 à 06H20

Première réaction : ce serait la fin du pluralisme de la presse. Quel que soit le jour de la semaine, le Réunionnais qui se rendrait à la boutique le matin pour acheter ses deux journaux comme il en avait l’habitude, n’en trouverait qu’un seul. Difficile dans ces conditions de continuer à parler de pluralisme.

D’autres réflexions me sont immédiatement venues à l’esprit en écoutant la vidéo. J’ai bien entendu le PDG du JIR affirmer haut et fort qu’il se battait pour préserver les 108 emplois de son journal. Sauf qu’à première vue, et au risque de me tromper, ce que je reconnaitrais bien volontiers si c’était le cas, il n’y a pas besoin de 108 personnes pour faire un magazine hebdomadaire et faire tourner un site comme Clicanoo. Et il n’y a pas besoin de 56 journalistes comme c’est le cas actuellement au Quotidien pour publier un journal qui ne paraitrait que 5 jours sur 7. Il y aura donc de la casse sociale, et pas qu’un peu.

D’autant que l’on peut aussi s’interroger sur la viabilité économique d’un tel montage. Un site internet rapporte beaucoup moins de publicité qu’un quotidien papier et il est peu probable qu’un magazine hebdomadaire puisse ramener suffisamment de pub pour permettre aux deux entités de vivre. Ne court-on pas le risque, une fois de plus, de retrouver le JIR « nouvelle-nouvelle formule », devant le tribunal de commerce dans quelques mois ?

D’après la vidéo publiée sur Clicanoo, en fait de rapprochement entre les deux journaux, on assisterait plutôt à une prise de contrôle du Quotidien par le JIR. Avec Jacques Tillier à la tête des deux entités. Dans ces conditions, et connaissant l’aversion (et le mot est faible) des journalistes du Quotidien pour le PDG du JIR, le sujet de la clause de cession risquera de se poser avec encore plus d’acuité dans la mesure où les journalistes du Quotidien n’accepteront pas une direction et un actionnariat « JIR ». À ce stade, on peut légitimement se poser la question de savoir comment le « nouveau-nouveau JIR » envisage de financer les centaines de milliers d’euros que va représenter l’ensemble de ces clauses de cession.

La seule solution pourrait consister en l’attribution massive de subventions nationales et régionales. Et là aussi, on peut en douter au vu des déclarations de la Ministre de la Culture qui indique que l’État ne peut débloquer de subventions à une société qui n’est pas en règle par rapport à ses obligations fiscales et sociales. Même problématique du coté de la Région qui semble refuser d’octroyer une aide au JIR pour des raisons qu’il lui appartiendra de préciser.

Pour finir, la période d’observation permet certes de geler les dettes mais elle ne permet pas pour autant de retrouver de la trésorerie courante. Or, sans trésorerie nouvelle, il sera difficile en même temps de tenir jusqu’à la fin de la période d’observation et en plus de financer le lancement d’un nouveau magazine hebdomadaire comme annoncé.

Ça fait beaucoup de handicaps…

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
20 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Errance animale : « Si on prend la peine d’avoir un chien et qu’on l’aime, on le laisse dans sa cour »

Ce mardi 23 juillet, la CASUD organisait une grande opération de prévention et de sensibilisation contre l’errance animale sur le parcours de santé de Bel-Air au Tampon. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques pour ne pas attirer les chiens errants et éviter qu’ils se rassemblent en meute. L’intercommunalité du sud annonce renforcer la sensibilisation autour des chiens divagants et, le cas échéant, mettre en place des sanctions.

Clara répond de belle manière aux commentaires misogynes

La chanteuse Clara Roland a été la cible de très nombreux commentaires négatifs sur son choix vestimentaire lors d’une prestation musicale sur scène. Elle a pris la parole lundi et a rappelé l’importance de rester libre et de s’assumer face aux critiques qui seront toujours présentes.

Les cas de coqueluche augmentent en France, comment protéger les nourrissons ?

Face à la recrudescence de la coqueluche en France depuis le début de l’année 2024, la Haute Autorité de santé (HAS) a publié aujourd’hui de nouvelles recommandations vaccinales.
Cette infection respiratoire, hautement contagieuse, a causé la mort de 17 personnes depuis janvier, dont 12 nourrissons âgés d’un à deux mois, un enfant de quatre ans et trois adultes de plus de 85 ans.