Revenir à la rubrique : Société

ICP Roto accepte d’imprimer le JiR jusqu’à la fin de la période électorale

Jacques Tillier et le JiR ont été déboutés de leur référé déposé devant le tribunal de commerce visant à obtenir l'impression du journal par ICP Roto. L'imprimeur, Alfred Chane Pane a toutefois décidé, compte tenu de la période électorale en cours, de faire paraître le quotidien durant la campagne électorale afin de permettre l'expression des candidats aux Législatives.

Ecrit par Baradi Siva – le mercredi 19 juin 2024 à 18H27
Alfred Chane Pane, patron d'ICP Roto.

Le tribunal de commerce a statué ce mercredi en faveur d’ICP Roto qui avait été convoqué suite à un référé déposé par Jacques Tillier et le Journal de l’Île. Le PDG du JiR voulait obtenir l’obligation de la signature d’un contrat avec l’imprimeur pour reprendre la parution du quotidien.  Mais la présidente du tribunal a jugé qu’elle ne pouvait pas « forcer une des parties prenantes à se lier à une autre par un contrat« .

Alfred Chane Pane, patron d’ICP Roto se réjouit de cette décision du tribunal : « Ce jugement confirme que la liberté individuelle est au-dessus du pouvoir de la presse qui pense contraindre à tout et n’importe quoi. Je suis content qu’on soit dans une vraie république et non un pays Soviet. »

Il déplore aussi les méthodes employées par Jacques Tillier qui a déposé le référé devant le tribunal de commerce. « Il serait venu discuter poliment. Cela aurait été facile. Il n’y avait pas besoin de sortir la bombe atomique et la menace judiciaire« , déclare-t-il.

Malgré la décision du tribunal, Alfred Chane Pane explique qu’il souhaite agir en responsabilité et dans l’intérêt des Réunionnais pendant la campagne électorale des Législatives. « Compte tenu de la période électorale, j’ai pris conscience que les candidats ont besoin d’un accès médiatique. Nous faisons le nécessaire pour tendre la main au JiR. Pas d’avance financière, pas de garanties exigées, mais une impression uniquement durant la période électorale jusqu’à la nuit du 7 juillet« , indique-t-il.

 

Énième rebondissement : le JIR ne sera finalement pas imprimé ce soir

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Cirest vote 800.000 euros d’aides pour combler la trésorerie de la SPL Estival

Le président Patrice Selly a informé ce mercredi soir les élus communautaires qu’ils devaient résilier l’actuelle délégation de service public de la SPL Estival, seule condition permettant le versement d’une aide forfaitaire de 800.000 euros. Un nouveau contrat sera passé avec la SPL, lequel prévoit en outre d’abonder le capital de 300.000 euros par an pendant 10 ans pour apurer la dette.

Errance animale : Plus de 1.400 captures en 2023 dans l’Ouest

La signature d’une nouvelle convention entre trois associations et le Territoire de l’Ouest sur le sujet de l’errance animale a été l’occasion pour la collectivité de présenter son bilan en la matière. Alors que la question a enflammé l’actualité récente, la collectivité affirme prendre le problème à bras-le-corps.

Errance animale : « Si on prend la peine d’avoir un chien et qu’on l’aime, on le laisse dans sa cour »

Ce mardi 23 juillet, la CASUD organisait une grande opération de prévention et de sensibilisation contre l’errance animale sur le parcours de santé de Bel-Air au Tampon. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques pour ne pas attirer les chiens errants et éviter qu’ils se rassemblent en meute. L’intercommunalité du sud annonce renforcer la sensibilisation autour des chiens divagants et, le cas échéant, mettre en place des sanctions.