Revenir à la rubrique : Communiqué | Société

Fermes-usines : Les militants de Greenpeace La Réunion dénoncent la responsabilité du préfet

Une dizaine de militantes et militants de Greenpeace La Réunion se sont mobilisés ce lundi matin devant la préfecture de Saint-Denis, pour "dénoncer la responsabilité de l’État face à l’élevage industriel et à l’essor des fermes-usines en France". Greenpeace exige un moratoire national sur la construction et l’agrandissement de ces méga-exploitations d’élevage [1].

Ecrit par N.P. – le vendredi 24 novembre 2023 à 22H00

Le communiqué :

Ce lundi matin, une dizaine de militantes et militants de Greenpeace La Réunion se sont mobilisés devant la préfecture de St Denis, pour dénoncer la responsabilité de l’État face à l’élevage industriel et à l’essor des fermes-usines en France. Greenpeace exige un moratoire national sur la construction et l’agrandissement de ces méga-exploitations d’élevage [1].

Devant la préfecture, les militantes et militants de Greenpeace France, portant des masques de volailles et de cochons, ont déployé une banderole « Fermes-usines : ni ici, ni ailleurs », en référence aux 3010 fermes-usines situées sur le territoire français [2]. Les conséquences délétères de l’élevage industriel étaient rappelées sur une autre banderole « Méga fermes = eau + air pollués », tandis qu’une autre appelle à mettre en place « + de fermes, moins d’usines », en référence au déclin du nombre d’éleveurs, notamment à cause de l’industrialisation de l’élevage. Des photographies de fermes-usines étaient également brandies pour témoigner des effets néfastes de ce modèle d’élevage.

 Ce dispositif fait référence à la responsabilité directe de l’État dans l’industrialisation de l’élevage et l’essor des fermes-usines puisque ce sont les préfets qui délivrent les autorisations pour les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) d’élevage soumises au plus haut régime de classification [2 et 3].

Des actions simultanées dans toute la France et devant le ministère de l’Agriculture

Des centaines de militants et militantes sont également mobilisées devant 22 autres préfectures, avec le même dispositif [4]. A Paris, des activistes de Greenpeace ont simulé une ferme-usine et déversé du lisier devant l’entrée du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire pour exiger la mise en place d’un moratoire national sur tous les nouveaux projets de création ou d’extension de fermes-usines en France.

Les citoyennes et citoyens peuvent aussi faire entendre leurs voix en signant une pétition lancée par Greenpeace et rassemblant déjà plus de 150 000 personnes [5].

L’élevage industriel : un fléau aux multiples conséquences négatives

Les fermes-usines ont de multiples conséquences négatives : émissions de gaz à effet de serre, pollution de l’eau par les nitrates qui favorisent par exemple la prolifération d’algues vertes, pollution de l’air par les émissions d’ammoniac, risques sanitaires pour les riverains et les animaux, perte d’autonomie des éleveurs et éleveuses… [6]. Face à la crise environnementale et climatique, le secteur de l’élevage doit faire l’objet d’une profonde transformation, qui commence par la mise en place d’un moratoire national sur tous les nouveaux projets de construction ou d’extension de fermes-usines en France. Cette refonte est nécessaire pour déployer et soutenir d’autres modèles d’élevage sur le territoire qui existent déjà : des élevages écologiques et paysans, adaptés aux territoires, qui respectent les limites planétaires, basés sur les pratiques de l’agroécologie et qui permettent l’autonomie des éleveurs [7].

La « grande loi agricole » de E. Macron : un échec pour la transition agroécologique ?

Cette mobilisation intervient alors que la publication du pacte et de la loi d’orientation et d’avenir agricoles (PLOAA), promis il y a un an par E. Macron, a été maintes fois reportée et dont le contenu reste très flou. Greenpeace exige que cette loi intègre la nécessaire transition de l’élevage : celle-ci doit être planifiée et accompagnée, au risque d’assister passivement à la disparition progressive des élevages les plus vertueux au profit d’exploitations industrielles, dont le nombre continue d’augmenterSi le gouvernement souhaite réellement soutenir et voir de plus en plus d’éleveurs et d’éleveuses sur le territoire français, il est nécessaire d’amorcer une sortie de l’élevage industriel en France.

1] Voir “Élevage industriel : Greenpeace exige un moratoire sur les fermes-usines”, communiqué de presse de Greenpeace France, 16/05/2023.

[2] Voir la carte des fermes-usines en France (Greenpeace, mai 2023). Pour quantifier les fermes-usines, il est intéressant de regarder les “installations classées pour la protection de l’environnement” (ICPE) d’élevages bovins, porcins et de volailles qui sont soumises à autorisation et en fonctionnement : ce sont les ICPE qui correspondent au plus haut niveau de classification, c’est-à-dire celles qui doivent obligatoirement obtenir une autorisation préfectorale et faire l’objet d’une enquête publique en raison des impacts massifs qu’elles peuvent avoir sur l’eau, l’air, les sols, et des dangers qu’elles peuvent présenter pour l’environnement. Leur densité sur un territoire accentue d’autant plus cette pression environnementale. Source : « Tout savoir sur les ICPE », site du ministère de la Transition écologique, mars 2023

[3] Voir “Élevage en France : des fermes, pas des usines !”, dossier de presse de Greenpeace France, 05/2023

[4] Liste des villes concernées : Angers, Bobigny, Bordeaux, Chambéry, Dijon, Grenoble, La Réunion, La Rochelle, Le Mans, Lille, Metz, Montpellier, Nantes, Nice, Poitiers, Quimper, Rouen, Strasbourg, Toulouse, Tours, Troyes, Versailles.

[5] Pétition « Dites non aux fermes-usines en France ! », Greenpeace France

[6] Voir les trois notes de décryptage : 

– “Le méthane réchauffe le climat à plein gaz”, Greenpeace France, avril 2023

– “L’abus d’ammoniac est dangereux pour la santé et l’environnement”, Greenpeace France, avril 2023

– “Pollution de l’eau aux nitrates : un fléau européen”, Greenpeace France, avril 2023

[7] Voir “Pas d’agriculture sans élevage !”, tribune collective publiée dans Ouest-France, 27/02/2023.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Aurore Bergé : “La Réunion a pris conscience de la nécessité de briser le tabou des violences intrafamiliales”

Ce mardi, la ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, a inauguré la nouvelle maison des femmes, de la mère et de l’enfant de Saint-Paul. Ce lieu a vocation à devenir un guichet unique regroupant des professionnels de santé du CHOR et des associations de lutte contre les VIF pour aider les femmes victimes de violence à se reconstruire.

[Communiqué]Plainte pour apologie du terrorisme: « Nous ne nous tairons pas », alertent les députés réunionnais LFI

Perceval Gaillard et Jean-Hugues Ratenon réagissent à la convocation par la police de leur cheffe de file, Mathilde Panot, pour « apologie du terrorisme ». Sur la base « d’accusations fallacieuses », il s’agit de « faire taire », dénoncent les députés réunionnais qui en appellent à la condamnation  » de cette dérive très inquiétante du pouvoir ».

Aurore Bergé face à la réalité des violences intrafamiliales à La Réunion

La ministre de l’Egalité entre les femmes et les hommes a assisté ce mardi après-midi au Comité local d‘aide aux victimes (Clav), en présence des principaux acteurs de de la lutte contre les violences intrafamiliales (VIF). En 2023, 12 plaintes liées à ce fléau ont été enregistrées en moyenne par jour et tous les indicateurs demeurent à la hausse, malgré la « mobilisation générale » saluée par Aurore Bergé.