Revenir à la rubrique : Société

Etang-Salé : Le Zoo Parc ouvre ses portes, un appel au boycott lancé

Prévu de longue date, le Zoo Parc de La Réunion ouvre finalement ses portes officiellement ce mercredi 23 juin. L’Association Citoyenne de St-Pierre-Réunion et l’ACPGES s’étaient notamment mobilisées pour s’élever contre "une structure arriérée" et "une régression écologique". Un appel au boycott a été lancé.

Ecrit par Prisca Bigot - Marine Abat – le mercredi 23 juin 2021 à 11H52

Des autruches, des tortues, des rapaces, des perruches et des perroquets…Le Zoo Parc de La Réunion est prêt à accueillir le public sur huit hectares de forêt à l’Etang Salé dont la moitié sont pour le moment exploités. Aussi, l’ensemble des animaux ne sont pas tous encore arrivés en raison de la crise covid.

Sur 580 mètres de circuit, « l’objectif est de sensibiliser à la diversité et à l’importance du rôle du règne animal », assure le parc dirigé par la société Bioparc de Bernard Gougache. Le parc a également reçu une habilitation pour devenir un centre de récupération des Nouveaux Animaux de Compagnie (NAC). Serpents, iguanes et autres reptiles abandonnés par leurs propriétaires ou récupérés dans la nature par les pompiers seront prochainement présentés au public. 

Loin de faire l’unanimité, le projet de présenter des animaux en cage initié en 2009 a été désapprouvé par des militants et des associations. Durant 10 ans, l’Association Citoyenne de St-Pierre-Réunion et l’ACPGES ont livré à Bioparc un combat juridique jusqu’au rejet en novembre 2019 de leur requête par la Cour d’appel administrative de Bordeaux.

Le samedi 5 juin dernier, le collectif Extinction Rébellion s’était également mobilisé contre « la captivité animale, une pratique d’un autre âge au regard du respect et de la considération que nous devrions porter à d’autres êtres vivants sensibles ».

Alors que le Zoo Parc ouvre ses portes, Gaëtan Hoarau dénonce un projet « archaïque », réalisé « sous la responsabilité de l’Etat et la complicité du Conseil départemental. Nous n’avons rien à reprocher personnellement au porteur du projet »Le président de l’ACSP-Réunion  en appelle à « la responsabilité de chacun de ne pas cautionner ce type d’opérations commerciales avec des comportements d’animaux artificiels ». En liaison avec d’autres associations et mouvements, l’ACSP-Réunion appelle ainsi au boycott. « Est-ce là l’éducation à la nature? « , interroge Gaëtan Hoarau. 

À terme, Bernard Gougache prévoit de présenter 680 animaux, dont 350 oiseaux, 60 mammifères et 270 reptiles. « Nous pouvons préserver certaines espèces notamment à La Réunion. Des espèces que nous ne présentons pas mais nous avons une équipe de pédagogues qui discute toute la journée avec le visiteur « , se défend le directeur du Zoo parc de La Réunion. 
 

SUR LE MÊME SUJET : 

2013 : [La société Bioparc veut installer un zoo dans la forêt de l’Etang-Salé]urlblank:https://www.zinfos974.com/La-societe-Bioparc-veut-installer-un-zoo-dans-la-foret-de-l-Etang-Sale_a64258.html  
2018 : [Bioparc : Des associations dénoncent un « saccage de la forêt » de l’Etang Salé]urlblank:https://www.zinfos974.com/Bioparc-Des-associations-denoncent-un-saccage-de-la-foret-de-l-Etang-Sale_a129291.html
2021 : [Extinction Rebellion montre les crocs devant le Zoo de l’Etang-Salé]urlblank:https://www.zinfos974.com/Extinction-Rebellion-montre-les-crocs-devant-le-Zoo-de-l-Etang-Sale_a169998.html

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Lise François ne sera pas candidate à l’Ordre des médecins face à son ex-conjoint qu’elle accuse de violences

Suite au refus de leur candidature par le Conseil départemental de l’Ordre des médecins, contre l’avis des instances nationales, le binôme constitué par les docteurs Lise François et Ramou Anandanadaradja avait formé un recours en suspension pour annuler la décision et faire reporter la tenue de l’élection prévue ce vendredi. Pour ces deux médecins, leur exclusion du scrutin est liée aux accusations de violences portées par Lise François à l’encontre de l’actuel président de l’Ordre Benjamin Dusang. Le tribunal administratif de Saint-Denis a rejeté son recours.

Les Chroniques de tonton Jules #172 : « Ah que coucou ! »

« Ça y est, le v’là qui revient ! » soupirerez-vous. Eh oui ! Et s’il n’en reste qu’un… En fins observateurs que vous êtes, vous avez constaté que depuis un mois, pour des raisons qui n’ont pas voix au chapitre (mais entièrement de ma faute), j’avais cessé de faire ch… le peuple. Mais que voulez-vous, on ne se défait jamais de ses mauvaises habitudes.

J’avais cessé de donner mon opinion mais pas d’observer la société et le monde qui nous entoure. Ben… qu’il s’agisse du vaste monde ou de nos abords immédiats, c’est pas mieux. Revue de détail…

Énième rebondissement : le JIR ne sera finalement pas imprimé

Contrairement à ce qui avait été annoncé, vous ne trouverez encore une fois pas votre JIR dans vos boîtes à lettres ou chez votre vendeur habituel jeudi matin. Malgré l’acception des conditions commerciales souhaitées par Jacques Tillier, un accord n’a pu être trouvé entre les deux parties.

ICP Roto accepte d’imprimer le JiR jusqu’à la fin de la période électorale

Jacques Tillier et le JiR ont été déboutés de leur référé déposé devant le tribunal de commerce visant à obtenir l’impression du journal par ICP Roto. L’imprimeur, Alfred Chane Pane a toutefois décidé, compte tenu de la période électorale en cours, de faire paraître le quotidien durant la campagne électorale afin de permettre l’expression des candidats aux Législatives.

Le Département appuie sur le levier de l’économie

Même si cela ne relève pas de ses compétences premières, la majorité départementale a insisté sur ses investissements dans l’économie réunionnaise, ce mercredi lors de son assemblée plénière. Grâce à un emprunt bancaire, 20 millions d’euros supplémentaires seront injectés dans la filière du BTP.