Revenir à la rubrique : Politique | Société

Emmanuel Séraphin : « Je n’ai pas peur de Tillier »

Ce matin, la majorité de Saint-Paul a souhaité mettre les points sur les i. Resté relativement silencieux face aux éditos du samedi, Emmanuel Séraphin a tenu à démonter les “fausses informations qui circulent” et dénonce des “attaques politiques”. L’édile annonce même porter plainte suite aux affirmations du patron du JiR.

Ecrit par M.B – le mardi 19 mars 2024 à 17H35

Conférence de presse de crise ce matin à la mairie de Saint-Paul. Emmanuel Séraphin, encadré de Suzelle Boucher, 1ʳᵉ adjointe en charge de la culture et du patrimoine, et de Me Fabrice Saubert, l’avocat du maire, a tenu à répondre aux accusations parues dans plusieurs éditos de Jacques Tillier. “De fausses informations circulent sur la croix Jubilé. Il n’a jamais été prévu de détruire ce site, ni le chemin de croix qui permet son accès”, annonce d’emblée Emmanuel Séraphin.

Le premier magistrat de la ville s’étrangle devant les déclarations de l’élu d’opposition Tristan Floriant. “C’est une position extrêmement affligeante. En 2012, cette parcelle a été classée en emplacement réservé pour des places de parkings. Dix ans plus tard, lors de la révision du PLU, des études avaient montré qu’il existait d’autres possibilités pour du stationnement et que cette parcelle ne justifiait pas des investissements importants. Du 28 mars au 28 avril 2022, une consultation publique a donc été faite et un avis favorable a été rendu. Avec l’investissement de 15 millions d’euros pour le PRU (plan de rénovation urbaine), ce sont 170 places qui ont été créées. L’emplacement réservé a donc été levé le 30 juin 2022 en conseil municipal et voté par Tristan Floriant ! Il est visiblement frappé d’amnésie et se permet aussi de remettre en cause le travail des services qui ont suivi ce dossier. C’est malhonnête de critiquer et de faire comme si on était étranger à cette décision”, souligne l’édile. 

Dans la salle de presse, presque tous les élus de la majorité sont présents et écoutent religieusement le maire tenter d’éteindre l’incendie. “L’article 3 du permis de construire précise bien qu’une servitude sera garantie pour les fidèles. Cette croix se trouve sur deux parcelles, et un accès avait déjà été offert pour accéder au site. Cette présentation en coupe est tendancieuse. On le voit clairement sur le plan de masse. Une déclaration de fin de travaux sera reçue en mairie, et si le constructeur n’a pas respecté ses engagements, il tombera sous le coup de la loi”, poursuit Emmanuel Séraphin. 

Suzelle Boucher confirme bien que “les 24 stations du chemin de croix seront, elles aussi, préservées. Ce site n’est pas classé, mais il est bien repéré dans les inventaires que nous faisons. Et surtout, on n’a pas vu de pétition ou de levée de boucliers contre l’installation d’un restaurant dans l’hôtel Laçay« .  

 

Le plan de masse affiché par la commune montre les deux accès à la croix Jubilié. Source : ville de Saint-Paul

“C’est un tissu de mensonges”

Vient enfin le gros morceau de cette conférence de presse : la liste des treize. Accusé d’être responsable de leurs embauches à la commune, au Territoire de l’Ouest ou dans d’autres institutions, Emmanuel Séraphin n’y va pas par quatre chemins. “C’est un tissu de mensonges. On m’accuse d’avoir fait embaucher une sœur au TO, mais je n’ai pas de sœur qui s’appelle Dolène. Mon oncle à la Créole ? Il a été embauché en 1999, et à l’époque ça s’appelait encore la Régie des Eaux. Cette fille de ma cousine n’existe pas. Et pour les rares noms de personnes existants à l’état civil, ils ont été embauchés sous les mandatures d’Alain Bénard, de Joseph Sinimalé ou d’Huguette Bello. Je réfute toutes ces accusations. On s’attaque à des élus, on s’attaque à des cadres de la ville. C’est inacceptable. Lors d’une réunion hier, j’ai confirmé aux différents services que ceux qui seront trainés la boue de cette manière auront bien une protection fonctionnelle de la part de la commune”, annonce l’édile qui confirme également vouloir porter plainte. “Cela sera étudié au prochain conseil municipal. La qualification exacte de la ou des plaintes sera confirmée d’ici là”, précise le maire.

“Une plainte pour diffamation lorsqu’il s’agit d’un élu est toujours complexe, car souvent la jurisprudence considère que ces attaques font partie du débat public. La nouvelle loi de mars 2024 va nous permettre de qualifier cette plainte. Mais nous n’excluons aucune possibilité, comme celle d’un droit de réponse. Une première plainte de décembre 2022 pour l’édito de septembre de la même année est toujours en cours et devrait passer devant la Cour de cassation prochainement”, résume l’avocat de la ville, Me Fabrice Saubert. 

Trois ans “d’attaques” qui “incitent les gens à la violence”

Particulièrement agacé, Emmanuel Séraphin se lâche et ne mâche pas ses mots contre les éditos, souvent salés, du patron du JiR. “Trop c’est trop. Il ne me fait pas peur. Ce sont des calomnies et des mensonges éhontés. Depuis trois ans, on nous attaque. On ne peut pas porter plainte tous les samedis. Mais là, assez. Cela crée une tension propice à la violence quand on voit le taux de chômage à La Réunion. Jacques Tillier est même déjà venu au conseil municipal en 2021 pour menacer de son doigt vengeur. Les images sont en ligne et vérifiables”, se défend le maire de Saint-Paul. Une tension qui a forcé le maire à demander une protection aux gendarmes suite à des menaces. 

Pour ce dernier, les raisons sont toutes trouvées : elles sont politiques. “Il ne veut pas que l’on soit réélu en 2026. Il a revendiqué une casquette d’homme politique, mais comme il s’est vautré aux sénatoriales, il a repris sa casquette d’éditorialiste. Il y a une volonté claire de nuire et de jeter l’opprobre sur moi. Attaquez-nous sur notre bilan. D’autant qu’en salissant des cadres de la mairie, on cherche aussi à m’atteindre moi. On m’a même accusé d’avoir utilisé des frais de représentations pour acheter des vêtements. Je n’ai pas peur de Tillier”, rétorque le chef de la majorité saint-pauloise. 

Le bras de fer entre la Région, la mairie de Saint-Paul et le JiR ne semble donc pas près de s’arrêter. Reste à savoir si La Réunion va devoir attendre samedi prochain pour avoir la réponse du berger à la bergère.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
32 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique