Revenir à la rubrique : Politique

Emmanuel Séraphin : « Il ne faut pas avoir à rougir de nos projets »

C'est un des plus grands projets d'aménagements du territoire en cours au niveau national, en termes de superficie et d'investissements. L'Éco-Cité de La Réunion est présentée pendant trois jours au salon de l'Immobilier Entreprise (SIMI), au Palais des Congrès, Porte Maillot à Paris. Le Territoire de l'Ouest et le Club Immobilier Océan Indien veulent profiter de ce grand rendez-vous pour nouer un maximum de contacts, et concrétiser cette « ville de demain », à La Possession, le Port et Saint-Paul. Entretien avec Emmanuel Séraphin, président du Territoire de l'Ouest.

Ecrit par Antoine Forestier – le jeudi 14 décembre 2023 à 11H39

Ce salon des professionnels de l’immobilier existe depuis une vingtaine d’années. C’est la première fois que La Réunion y participe. Qu’est-ce qui vous a poussé à venir ici ?

 

Emmanuel Séraphin, président du Territoire de l’Ouest : On est venu ici pour représenter ce qu’on sait faire à La Réunion, avec le Club Immobilier. Eux, ils représentent les constructeurs, les aménageurs privés qui travaillent aux côtés des collectivités publiques. Et nous, notre projet d’éco-cité, insulaire et tropicale. Il vise à construire 35.000 logements entre La Possession, le Port, Saint-Paul. Et plus de 35.000 mètres carrés de surface de bureaux. L’idée, c’est d’aménager tout cet espace de manière durable.

Ce label « éco-cité » nous impose de l’innovation, des procédés constructifs différents. C’est important que les collectivités de La Réunion qui ont des grands projets viennent se montrer. Il ne faut pas avoir à rougir de nos projets et se confronter aux autres régions nationales, montrer notre savoir-faire. Ce projet est l’un des plus grands au niveau national en termes de superficie et d’investissements.

Dans les allées du salon, il y a pleins d’autres projets présentés. Comment vous comptez vous démarquer des autres ?

Le fait d’être insulaire et tropical, c’est notre spécificité. Avec le changement climatique, il y a des régions qui se posent des questions, elles se demandent comment s’adapter à cette transition écologique. Et La Réunion, pour une fois, est en avance sur ces procédés constructifs. Les îlots de fraicheur, les énergies, les substrats au niveau des terres fertiles… on travaille beaucoup là-dessus, on a avancé à ce niveau-là.

Le sud de la France, par exemple, se tropicalise de plus en plus. Donc les procédés constructifs que l’on met en œuvre à La Réunion peuvent aussi intéresser d’autres régions, au niveau national.

Mais il faut être modeste, il y a aussi des choses qui se font ici qui nous intéressent. Je pense par exemple à la construction en matériau en bois qu’on pourrait adapter à La Réunion.

Ce salon dure trois jours. Les premiers échanges avec les professionnels nationaux du secteur sont constructifs ?

On a besoin d’investisseurs qui accompagnent les opérateurs réunionnais. On les a rencontrés. Il y a des rencontres avec des grands groupes qui peuvent nous permettre de déclencher un certain nombre de financements. Et à l’inverse, nous-mêmes, tenter d’obtenir des parts de marché avec nos opérateurs présents ici pour entrer dans des projets nationaux.

Il y a des grands groupes internationaux qui sont intéressés pour investir dans des établissements hôteliers à La Réunion. Ça peut permettre d’offrir un réseau à nos hôtels, pour que l’île ait sa place au niveau du tourisme international.

Une éco-cité, concrètement, qu’est-ce que c’est ?

C’est construire la ville de demain, de manière durable et en prenant en compte la transition écologique, anticiper les changements climatiques. C’est une éco-cité insulaire et tropicale, je le disais, mais aussi créole. On veut que notre histoire, notre savoir-faire puisse se retrouver dans le bâti. Ce sont aussi les gênes qu’on souhaite transmettre aux bâtisseurs. Il faut que les habitants qui emménageront dans cette éco-cité se reconnaissent dans ce projet.

C’est un projet dont on parle depuis longtemps, quand est-ce qu’il verra le jour ?

Il y a déjà des immeubles construits à La Possession, il y a des mises en chantier déjà prévues au Port d’ici à un an ou deux, à Saint-Paul il y a l’espace Cambaie Oméga ou un pôle loisirs est déjà validé. Le projet le plus emblématique, c’est le rond Oméga où tout le monde a envie de voir ces aménagements sortir de terre. Ce le sera d’ici à deux ans.

À La Réunion, il y a toujours la problématique de l’emploi. Est-ce que ce grand projet va être générateur de travail pour les Réunionnais ?

Évidemment ! Vous savez, quand on construit un logement, c’est 2 à 3 emplois qui sont générés. Dans les zones d’activités économiques, il y a plus de 47.000 mètres carrés de surface en attente. Ce sont donc des entreprises qui attendent de se développer. Une fois que ces surfaces seront construites, on sait que l’emploi sera au rendez-vous.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Raphaël Glucksmann à La Réunion : Pour une Europe « de la solidarité »

La famille socialiste réunie au grand complet ce samedi lors du meeting de Raphaël Glucksmann à la Nordev. Plus de 2.000 personnes ont en effet assisté au grand oral du leader de Place Publique, également chef de file du Parti socialiste à l’occasion des élections européennes. Ce dernier a exposé sa vision ambitieuse pour l’avenir de l’Europe et son engagement en faveur d’une société « plus juste et équitable », notamment à La Réunion. (Photos : © Pierre Marchal / Anakaopress)

Photos : Raphaël Glucksmann visite les Jardins du Chaudron

Raphaël Glucksmann, tête de liste du PS-Place publique pour les prochaines élections européennes, a visité ce samedi 20 avril les jardins du Chaudron. Une visite qui s’inscrit dans le cadre de son déplacement de trois jours sur l’île, visant à lancer sa campagne pour les élections de juin prochain.

La délégation sénatoriale socialiste sensibilisée sur le besoin de politiques publiques adaptées aux Outre-Mer

À la veille de leur départ, les 7 sénateurs socialistes reçus cette semaine par leur homologue Audrey Belim ont fait un bilan de leur visite dans l’île. Ces derniers ont en effet entrepris une démarche de découverte des particularités et des défis des territoires ultramarins ainsi que des initiatives locales. Leurs observations seront consignées dans un livre blanc, dans le but d’influencer l’élaboration de politiques publiques mieux adaptées aux spécificités ultramarines.