Revenir à la rubrique : Faits divers

Deux délits de fuite après un choc contre un scooter: « Quand j’ai vu ce qui était arrivé, ma tête a bloqué »

Le décès dans la nuit de samedi à dimanche d’un scootériste de 29 ans sur la quatre voies de Saint-Paul envoie deux conducteurs devant la justice. Dimanche en pleine nuit, cet accident aura fait se rencontrer bien involontairement trois protagonistes qui ont chacun, à des degrés divers, enfreint soit le code de la route soit commis des infractions.

Ecrit par I.Serre - L.Grondin – le lundi 20 septembre 2021 à 21H42

Trois scooters, un véhicule léger et un poids-lourd. Il est environ 2H du matin ce dimanche sur l’axe rapide de Saint-Paul quand un choc survient. Un automobiliste ne voit un scooter qu’au dernier moment. Il emboutit le deux-roues par l’arrière. Le scootériste est projeté sur 200 mètres. Il circulait en groupe, accompagné de deux autres scootéristes enfreignant de fait le couvre-feu en vigueur à cette heure avancée. 

Quelques instants plus tard, c’est un camionneur empruntant le même axe qui vient percuter le corps du malheureux conducteur du deux-roues. 

Conduite sous stupéfiants et véhicule non assuré

Panique à tous les étages. Le conducteur du véhicule léger abandonne sa voiture sur la voie de gauche, près de la barrière. Il s’enfuit à travers champ, dans la savane de Plateau Caillou, et appelle un membre de sa famille pour qu’il vienne le récupérer. Le routier, quant à lui, ne s’arrête pas. 
 
La nuit fait un mort de plus sur les routes, le 30ème depuis le début de l’année. Cette victime, habitant le quartier de Plateau Caillou, avait 29 ans.

L’automobiliste a été appréhendé rapidement dimanche par les gendarmes de la compagnie de Saint-Paul. Le dépistage toxicologique a révélé qu’il roulait sous stupéfiants au moment des faits.

Quant au camionneur, il aura la présence d’esprit, très tardive, de se rendre aux forces de l’ordre à 5H du matin. 

Les deux titulaires de permis B, pour l’un, et C pour le second, doivent désormais expliquer leurs comportements au volant cette nuit-là. 

Ce lundi après-midi, ils étaient tous les deux présentés au palais de justice de Champ fleuri où leur ont été signifiées les charges retenues à leur encontre à ce stade de l’enquête. 

Le juge d’instruction a confirmé l’ouverture d’une information judiciaire pour permettre à l’enquête d’éclaircir les zones d’ombre, 48 heures seulement après la survenue de cet accident de la route. 

Agé de 41 ans et habitant Le Port, l’automobiliste impliqué dans cet accident de la route mortel vient d’être mis en examen pour homicide involontaire avec délit de fuite, le tout sous l’influence de stupéfiants. Son véhicule était par ailleurs sans assurance. 

L’avocat de l’automobiliste : « Il n’avait aucun moyen de l’éviter »

La procureure a demandé le placement en détention provisoire au vu du comportement du quadragénaire. Il a essayé de maquiller la réalité en jetant son portable, en s’enfuyant et, au début de sa garde à vue, il a même nié, affirme la procureure dans ses réquisitions. Une demande de mise en détention provisoire justifiée, selon la magistrate du ministère public, afin de s’assurer de sa représentation en justice, éviter les pressions sur les témoins à interroger et mettre fin au trouble à l’ordre public.

Mais son avocat a estimé que la détention n’est pas l’unique moyen de lutter contre les trois éléments requis. Ensuite, Me Yannick Mardenalom a fait valoir que l’enquête ne révèle pas, à ce stade, si c’est son client qui est responsable de la mort du scootériste où le conducteur du camion. « Trois scooters roulaient en étoile sans feux arrières. Il n’avait aucun moyen de l’éviter. Si mon client n’avait pas pris la fuite, la victime serait quand même décédée », a ajouté l’avocat de l’automobiliste. 

Un argumentaire qui n’a pas convaincu. Son placement en détention provisoire a été retenu par le juge des libertés. 

« Ce qui arrive la touche a moin. Je suis ni violent ni méchant. Mais quand j’ai vu ce qui était arrivé, ma tête a bloqué, je suis parti dans la savane…. », a-t-il tenté d’expliquer son délit de fuite. Selon lui, les trois scooters devant lui n’avaient pas leurs feux allumés. 

Le chauffeur routier a quant à lui été mis en examen pour homicide involontaire avec délit de fuite. Habitant Saint-André, le camionneur de 62 ans a choisi de garder le silence lors de son passage devant le JLD.

« Il n’a pas dit la vérité pour échapper à ses responsabilités. Au moment de l’accident, il était vraisemblablement au téléphone et des investigations supplémentaires sont à mener pour savoir pourquoi il était sur la route à cette heure-là », a temporisé la procureure.

Assurant la défense du camionneur, Me Fabienne Lefevre a rappelé que la détention provisoire doit être exceptionnelle alors que le contrôle judiciaire suffirait à ses yeux. « Monsieur a quitté les lieux du suraccident pour se rendre à l’Étang du Gol avec son chargement mais il est revenu spontanément ensuite chez les gendarmes », a-t-elle plaidé sa cause.

Sa demande a été entendue. Son client a été placé sous contrôle judiciaire avec obligation de rester à La Réunion et de pointer toutes les semaines au commissariat de Saint-André. Il a interdiction de conduire et d’entrer en relation avec la famille de la victime et les témoins.

 

 

 

Dimanche matin : 
[Saint-Paul : Un scootériste mortellement fauché, l’auteur prend la fuite]urlblank:https://www.zinfos974.com/Saint-Paul-Un-scooteriste-mortellement-fauche-l-auteur-prend-la-fuite_a173446.html

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.