Revenir à la rubrique : Océan Indien

Décès du secrétaire aux Affaires intérieures mauricien

Les médias mauriciens ont annoncé aujourd’hui le décès du secrétaire aux Affaires intérieures, Raj Mudhoo. Agé de 59 ans, il participait à la venue du Président Chinois Hu Jintao. Ses funérailles auront lieu demain.

Ecrit par Melanie Roddier – le mardi 17 février 2009 à 21H40

Raj Mudhoo est mort dans sommeil dans la nuit du 16 et 17 février. Une nouvelle qui en a choqué plus d’un dans son entourage car rien ne laissait présager sa disparition subite.
De par ses responsabilités, il a été étroitement associé aux préparatifs de la visite de Hu Jintao, le président chinois, qui est arrivé à l’île Maurice hier.
De ce fait, il a participé à toutes les activités inscrites à l’agenda  pour cette visite, y compris le banquet offert hier soir par le gouvernement, au centre Vivekananda à Pailles, soit quelques heures avant son décès. Raj Mudhoo était notamment chargé de procéder à la signature des conventions entre la République Populaire de Chine et Maurice durant la visite du Président Chinois.
Entré dans le service public en 1969, il avait gravi les échelons et assumé des fonctions de responsabilité dans différents ministères, notamment celui de la Santé, l’Agriculture, les Finances, les Administrations régionales, la Fonction publique et la Pêche.
En 2005, il a été muté au bureau du Premier ministre où il a d’abord agit comme Senior Chief Executive Officer avant d’occuper le poste de Secrétaire aux Affaires intérieures.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mayotte : L’épidémie de choléra s’étend à un nouveau quartier

L’épidémie de choléra qui sévit actuellement à Mayotte continue de susciter l’inquiétude, notamment après la confirmation hier d’un cas dans un nouveau quartier de l’île, portant le total à 67 personnes infectées.
Parmi les victimes figure une fillette de trois ans décédée la semaine dernière.

Comores : Azali remercie Macron pour l’aide de la France dans la lutte contre le choléra

Dans un communiqué, la présidence de l’Union des Comores résume la teneur d’un entretien téléphonique entre les présidents Azali Assoumani et Emmanuel Macron. Selon la version officielle, nulle allusion n’aurait été faite à l’opération Wuambushu 2, qui vise les ressortissants comoriens en situation irrégulière à Mayotte. Ce serait l’immigration en provenance de l’Afrique des Grands lacs et ses conséquences, en premier lieu l’épidémie de choléra, qui seraient au centre des préoccupations d’Emmanuel Macron.

Après la mer Rouge, deux autres câbles internet en panne dans le canal du Mozambique

Plusieurs pays est-africains sont affectés par une rupture totale des câbles internet sous-marins EASSy et Seacom, probablement localisée entre le Mozambique et l’Afrique du Sud et causant d’importants dysfonctionnement sur le trafic. Les perturbations pour les usagers sont d’autant plus inquiétantes que trois autres câbles, sectionnés en février dernier en mer Rouge, n’ont toujours pas été réparés.

Choléra : Plus de cent décès aux Comores

La maladie continue de faire des ravages dans l’archipel. Le dernier bilan des autorités fait état de 109 décès en trois mois. Plus de 5000 cas ont été recensés, avec Anjouan comme épicentre.

Les rêves de pétrole de Mayotte et de La Réunion risquent de partir en fumée

Le président du Mozambique Filipe Nyusi a révélé aujourd’hui que la ville de Macomia, dans la province ce Cabo Delgado, était attaquée par l’État islamique.
De quoi remettre en question le démarrage des travaux du complexe pétrolier destiné à l’extraction du GNL (gaz naturel liquéfié) que comptait exploiter Total à quelque 200km de la ville attaquée.
Un projet à 20 milliards de dollars.
Mayotte, et dans une moindre mesure La Réunion, comptaient profiter de cette manne en devenant une base arrière de Total.