Revenir à la rubrique : Communiqué | Société

Cyclone Belal : Reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour 5 communes supplémentaires

La préfecture annonce que cinq communes supplémentaires sont concernées par la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour le phénomène inondations et coulées de boue. Il s'agit des Avirons, de L'Étang-Salé, de Petite-Île, de Saint-Leu et de Trois-Bassins.

Ecrit par N.P. – le vendredi 09 février 2024 à 07H32
L'avenue de l'Océan était impraticable aujourd'hui

Le communiqué :

Cyclone Belal : reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour 5 communes supplémentaires pour le phénomène inondations et coulées de boue
Vous disposez de 30 jours pour déclarer votre sinistre

L’arrêté portant reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour les communes des Avirons, de L’Étang-Salé, de Petite-Île, de Saint-Leu et de Trois-Bassins touchées par des inondations et des coulées de boues lors du passage du cyclone Belal, a été publié au Journal officiel (JO) du 09 février 2024.

Ainsi, à ce jour, toutes les communes de l’île sont reconnues en état de catastrophe naturelle pour le phénomène inondations et coulées de boue.

Les assurés (particuliers, entreprises, agriculteurs) disposent de 30 jours (soit jusqu’au 9 mars 2024) pour déclarer leur sinistre auprès de leur compagnie d’assurance. Il est également conseillé de faire sa déclaration auprès de sa mairie.

Concernant les 19 autres communes, il ne reste plus que jusqu’au 22 février pour déclarer son sinistre lié aux inondations et coulées de boue provoquées par le passage du cyclone Belal à son assureur. Il en est de même pour les sinistres liés au phénomène de vague-submersions marines.

Le dispositif « catastrophe naturelle » permet, pour les biens assurés :

·         de marquer le caractère exceptionnel d’un événement météorologique,

·         de faciliter les prises en charge des dégâts par les assurances grâce à un encadrement de la procédure par l’État et une réassurance par l’État des assureurs,

·         d’accélérer la prise en charge.

Les assureurs s’engagent ainsi à une procédure d’indemnisation accélérée :

 

  • 1 mois, à compter de la réception de la déclaration de sinistre par les assurés pour saisir un expert et informer les assurés sur la mise en œuvre des garanties ;
  • 1 mois pour faire une proposition d’indemnisation aux assurés dès réception du rapport d’expertise ;
  • 21 jours pour indemniser les sinistrés ou 1 mois pour missionner une entreprise pour réaliser les travaux.

Pour davantage de renseignements sur les différentes garanties assurantielles et leurs modalités de mise en œuvre, rendez-vous sur le site France Assureurs :

• En savoir plus sur les dommages causés par le vent et les tempêtes ou tornades : consulter

• En savoir plus sur la garantie catastrophe naturelle : consulter

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Citoyenne
17 jours il y a

Ste marie a pris l’œil du cyclone de plein fouet, tout a été cassé et pas de reconnaissance, c’est curieux . La Mairie est soit incompétente, soit pas du même bord politique. À voir

Dans la même rubrique

Groupe de travail sur la transparence des prix : Naillet sollicite la ministre des Outre-mer

Le Député Philippe Naillet a envoyé un courrier à Marie Guevenoux, Ministre déléguée chargée des Outre-mer pour lui demander la mise en place d’un groupe de travail sur la transparence des prix à La Réunion comme il avait été décidé en septembre à la Préfecture de La Réunion en présence de Philippe Vigier, ministre délégué chargé des Outre-mer.

Une zone suspecte au Nord de La Réunion

Le Centre météorologique régional spécialisé évoque la possibilité d’une reprise de l’activité cyclonique en fin de semaine au Nord-Est de Madagascar.

Risque de pénurie de lait maternel à La Réunion : Frédéric Maillot interpelle le ministère

Un risque de pénurie de lait maternel pèse sur les services de néonatologie de La Réunion. Alors que l’île compte plus de prématurés que l’Hexagone, Frédéric Maillot estime « inconcevable » qu’il n’y ait pas de lactarium sur notre île, d’autant plus que la démographie est en progression. Le député interpelle Frédéric Valletoux, ministre délégué chargé de la santé, dans le courrier ci-dessous.

Météo à La Réunion : Des vigilances en cours

Une moitié Est/Sud-Est de La Réunion connaît des conditions météorologiques dégradées. Une vigilance fortes pluies et orages jaune est d’ailleurs en vigueur dans ces secteurs. Les pluies devraient continuer jusque dans la nuit.