Revenir à la rubrique : Santé

Covid-19 et rupture de soins à La Réunion: « Les dégâts collatéraux vont être énormes »

Si le Covid-19 n'a pour l'instant pas directement fait de mort à La Réunion, d'importants dégâts collatéraux sont redoutés. Car le report de certaines consultations ou interventions peut entraîner une aggravation des pathologies, voire des décès.

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 20 mai 2020 à 09H42
Le Covid-19 n’a pour l’heure pas tué à La Réunion, en tout cas pas directement. Mais les dégâts par ricochet risquent d’être dramatiques. C’est la sonnette d’alarme tirée par le Dr Philippe De Chazournes, président de la FMF (Fédération des Médecins de France) Réunion.

« Les dégâts collatéraux vont être énormes mais on ne va pas les voir tout de suite », prévient-il alors que de nombreux patients ont renoncé à voir leurs médecins les semaines passées, par peur du coronavirus. En effet, selon les données transmises par l’ARS de La Réunion à partir de celles de la CGSS, la baisse des consultations en médecine libérale est estimée à 34% (pour la période allant de la semaine du 23 mars à celle du 4 mai) et le recul des passages aux urgences à 39%.

Les consultations « moins risquées que faire ses courses »

« On va s’apercevoir que les décès vont augmenter, que les maladies chroniques se sont aggravées avec le retard de prise en charge, que les gens ont probablement augmenté leur insuffisance rénale, qu’il y aura plus de problèmes d’ophtalmologie… », s’inquiète-t-ilLe docteur illustre ses propos avec le cas d’un patient souffrant de diabète, qui a dû se faire amputer d’une jambe gangrénée après avoir repoussé la consultation.

Des problématiques qui sont selon lui la conséquence directe des discours alarmistes de l’ARS : « On a fait peur aux gens. L’ARS est la première responsable », reproche-t-il, rappelant qu’à La Réunion les cas sont peu nombreux et les consultations en cabinet « moins risquées que faire ses courses ». Si depuis plusieurs semaines, l’Agence régionale de santé insiste sur la nécessité d’assurer une continuité des soins, le médecin s’agace : « L’ARS ne fait que répéter ce qu’a dit Macron il y a quelques semaines. Mais les médecins de terrain l’ont dit depuis le début. La maladie chronique ne se confine pas ». Idem d’ailleurs pour les maladies aïgues, métaboliques ou affections longue durée, comme le cancer. 

Baisse des consultations et hausse des décès à domicile

Si le pire semble à venir, on peut aussi imaginer que des décès par ricochet soient déjà à déplorer sur notre île. D’ailleurs, parallèlement à cette baisse des consultations et des passages aux urgences, l’Insee a enregistré une hausse du nombre de décès à domicile à La Réunion de 14 % pour la période du 1er mars au 26 avril, par rapport à 2019 (et de 1% par rapport à 2018, année où les décès ont bondi). Des chiffres à prendre toutefois avec des pincettes car les données étant provisoires et les facteurs multiples, il n’est pas encore possible de dresser de statistiques sur les causes de mortalité. 

Mais une corrélation peut être projetée entre l’accès aux soins et la mortalité. « C’est une évidence », commente le Dr de Chazournes. « Des gens ont eu tellement peur qu’il n’ont pas contacté leur médecin et sont morts à domicile dans le plus grand silence », suppose le docteur, évoquant notamment l’infarctus ou l’AVC. Il écarte par contre la piste de décès directement liés au Covid-19 mais non recensés. « Je n’y crois pas. Il n’y en a déjà pas à l’hôpital… » 
 
Dans ce contexte, c’est un message rassurant qu’il veut adresser à la population : « Consultez vos médecins, plus il y a de retard dans la prise en charge, plus il y peut y avoir de séquelles. Les cabinets sont ouverts. Les téléconsultations c’est bien, mais cela ne remplace pas le contact humain. » Et dans ce même objectif d’éviter des retards thérapeutiques et diagnostics, il réclame, comme de nombreux professionnels de santé, la levée du plan blanc élargi, lequel déprogramme les opérations jugées « non urgentes ». 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.

Aurar : La plainte de la CGSS classée sans suite

Alors que le parquet a décidé de classer l’affaire et a notifié la CGSS en 2022, l’association n’a été informée de cette décision qu’en juin dernier. Une très bonne nouvelle pour l’Aurar, qui espère que la fin des investigations permette de renouer avec la confiance des patients.

Le vaccin contre le chikungunya Ixchiq autorisé sur le marché européen

La société pharmaceutique franco-autrichienne Valneva a obtenu l’autorisation de vendre sur les territoire de l’Union européenne son vaccin contre le chikungunya dénommé Ixchiq. Cette maladie transmise par le moustique tigre avait causé de nombreux morts dans l’île à son apparition en 2005.

[Communiqué] Le CHOR présente le « Jeu des Émotions péi »

Le Centre Hospitalier Ouest Réunion (CHOR) a dévoilé mercredi 26 juillet 2024 le « Jeu des Émotions péi », un jeu de cartes co-créé par des artistes réunionnaises et des enfants hospitalisés. Soutenu par plusieurs institutions culturelles et sanitaires, ce projet innovant vise à aider les jeunes patients à exprimer leurs émotions à travers l’art.