Revenir à la rubrique : Faits divers

Cour d’appel: Rejugé pour l’assassinat de son ex-compagne

Condamné le 9 mars 2012 à 30 ans de réclusion criminelle pour l'assassinat de son ex-conjointe, Cyril Payet sera rejugé à partir de ce lundi à Saint-Denis.

Ecrit par . – le lundi 24 juin 2013 à 07H04

Le procès en appel de Cyril Payet s’ouvre ce lundi à la Cour d’appel de Saint-Denis. Condamné par les jurés des Assises, le 9 mars 2012, à 30 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de son ex-compagne Florence Dijoux, le Tamponnais avait fait appel de sa condamnation.

Pour rappel, le 24 mars 2009 à la Rivière Saint-Louis, Cyril Payet s’introduit, dans la nuit, au domicile de Florence Dijoux, armé d’une carabine. Le Tamponnais ne supporte pas la rupture. Au petit matin, il attend que son ex-conjointe se réveille pour lui tirer dessus. Gravement blessée, Florence Dijoux décédera peu de temps après.

Interpellé et placé en garde à vue, Cyril Payet niera avoir prémédité son geste. Une version qui ne sera pas retenue par le juge d’instruction, le Tamponnais ayant été mis en examen pour assassinat. Jugé devant les Assises, il écopera de 30 ans de réclusion criminelle, une peine conforme à celle demandée par l’avocat général.

Après avoir fait appel de sa condamnation, Cyril Payet sera de nouveau jugé à partir de ce lundi devant la cour d’appel de Saint-Denis.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Inéligibilité d’André Thien Ah Koon : Le jugement d’appel confirmé

Une erreur dans le libellé du jugement rendu par la cour d’Appel en mai dernier a permis au maire du Tampon de continuer à exercer ses différents mandats encore quelque temps. Ce jeudi, après avoir évoqué l’affaire en chambre du conseil et à huis clos, la cour a corrigé l’erreur et confirmé l’inéligibilité de l’édile.