Revenir à la rubrique : Economie

Cannes : Florent Thibault, président du CTICS, veut « rétablir la vérité »

Suite aux remous au sein du Centre Technique Interprofessionnel de la Canne et du Sucre, le président réagit. "Le CTICS n’est pas l’organisme dans lequel doivent s’exprimer des positionnements de politique syndicale. L’instance de gouvernance politique et économique de la filière est le CPCS", exprime Florent Thibault.

Ecrit par N.P – le vendredi 28 octobre 2022 à 12H00

Le communiqué :

Le Centre Technique Interprofessionnel de la Canne et du Sucre (CTICS) est, comme son nom l’indique, un organisme « technique » dont la mission principale consiste à mesurer la richesse en sucre des chargements de canne. Le CTICS n’est pas l’organisme dans lequel doivent s’exprimer des positionnements de politique syndicale. L’instance de gouvernance politique et économique de la filière est le CPCS (Comité Paritaire interprofessionnel de la Canne et du Sucre).

Les administrateurs et la direction du CTICS sont d’ailleurs nommés par arrêté ministériel et le centre est placé sous le double contrôle du Ministère de l’Agriculture et du Ministère des Finances. Le conseil d’administration du CTICS compte 17 membres (6 représentants planteurs, 6 représentants industriels, 3 personnalités qualifiées, 2 représentants du personnel technique).

Contrairement aux informations qui ont pu circuler ces derniers jours, sur les 6 représentants planteurs, seuls deux ont officiellement adressé un courrier de démission et un a annoncé son intention de le faire. Les 3 autres représentants du collège planteurs ont exprimé publiquement leur intention de rester administrateurs du CTICS. Par ailleurs, la Chambre d’agriculture, qui a annoncé sa démission, n’a jamais été membre du CTICS.

Les planteurs démissionnaires prétendent que leur avis ne serait pas pris en compte au sein du CTICS. Il y a actuellement 3 sujets en discussion : le protocole d’échantillonnage, le plan de modernisation des outils et la préservation de l’équilibre financier du CTICS menacé par l’érosion des tonnages.

Concernant le protocole d’échantillonnage, les administrateurs du collège planteurs ainsi que les syndicats ont à plusieurs reprises communiqué ces derniers jours sur les avancées de la réunion du comité technique du CTICS du 18 octobre.

En ce qui concerne le projet de plan de modernisation du CTICS, présenté en Conseil d’Administration le vendredi 21 octobre, c’est bien la prise en compte de l’avis des planteurs qui a conduit à la mise en place de plusieurs réunions techniques permettant d’approfondir les échanges sur ce sujet. A ce jour, le plan de modernisation n’a pas encore été soumis au vote du Conseil d’Administration et des réunions techniques sont programmées pour que chacun partage le projet et le co-construise. L’avis de tous est donc pris en compte, pour peu qu’il s’exprime de manière raisonnable, et que chacun reste autour de la table pour continuer à faire avancer les débats.

Enfin, en ce qui concerne l’équilibre économique du centre, les différents paramètres techniques et financiers ont été présentés par la Direction. Ils doivent faire l’objet d’une discussion approfondie lors du Conseil d’Administration dédié à l’exercice budgétaire comme cela a été indiqué lors des Comités techniques.

Aujourd’hui le CTICS continue de fonctionner à 15 membres, deux étant démissionnaires. Il appartient désormais à l’Etat de procéder au renouvellement des membres sortants. La mesure incontestable de la richesse est indispensable au bon fonctionnement de la filière et au maintien des équilibres économiques.

Nous tenons à saluer la responsabilité des administrateurs de tous les collèges qui continuent de travailler sans relâche dans l’intérêt de la filière et permettent ainsi d’assurer le fonctionnement de cette instance. Il convient de rappeler que le CTICS doit voter en fin d’année le bordereau de fin de campagne. Ce document est nécessaire au paiement des planteurs. Il est également le document de référence pour le versement des aides de l’Etat.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Prix à la consommation : +16,7 % pour les produits frais en janvier

En janvier, l’indice des prix à la consommation s’est stabilisé à La Réunion après trois mois consécutifs de hausse. Conséquence du passage du cyclone Belal, les prix de l’alimentation repartent à la hausse. Une hausse principalement portée par celle des produits frais.

Au Royaume-Uni, la semaine de 4 jours séduit salariés et patrons

Un an après le terme d’une expérience grandeur nature, de nombreuses entreprises britanniques ont choisi de maintenir la semaine de 4 jours à 32 heures de travail. L’efficacité du dispositif semble aussi bien convaincre les employeurs que les salariés.