Revenir à la rubrique : Communiqué

Brevet d’initiation aéronautique : 153 admis à La Réunion

L'association Colibri favorise la formation au Brevet d’Initiation Aéronautique (BIA) dans les collèges et les lycées de La Réunion. Voici son communiqué suite à la cérémonie en l'honneur de la promotion 2023.

Ecrit par N.P. – le mardi 21 novembre 2023 à 09H19

Communiqué

La promotion du BIA avec la cérémonie s’est passée ce mercredi 8 novembre 2023 sur la commune de Ste Marie, salle polyvalente de Duparc.

 
La formation du BIA se déroule sur une année scolaire sous forme de cours dispensés par des enseignants (de l’Éducation nationale ou non) titulaires du CAEA (certificat d’aptitude à l’enseignement aéronautique).
40 heures environ sont prévues et sont programmées en majorité les mercredis après midi. En dehors des cours puisque optionnel.
BIA 2023
– 255 inscrits
– 216 présents
– 158 admis : 73,1% des présents dont 30 filles (19%)
– 49 mention TB
– 31 mention B
– 35 mention AB
– 43 sans mention
– 71 collégiens admis (44,9% )
– 46 lycéens admis (29,1% )
– 41 candidats libres admis (individuels ou en aéroclub)
– Une Major avec 19,8/20.
 
Première et unique association de France par ses spécificités, l’association Réunionnaise COLIBRI favorise l’enseignement et la pratique du vol en planeur sur simulateur, y compris pour handicapés physiques, visuels et auditifs, avec le logiciel et le matériel agréés par la Fédération Française du Vol en Planeur (FFVP), dont elle est affiliée.
   Association loi 1901, COLIBRI, n’a pas de but lucratif. Elle participe régionalement aux promotions et développements du vol en planeur, au développement de l’esprit aéronautique, particulièrement dans la jeunesse, et suscite la motivation pour l’accès aux carrières aéronautiques. En liaison avec le CIRASelle favorise la formation au Brevet d’Initiation Aéronautique (BIA) dans les collèges et les lycées de la Région. Colibri est le représentant régional de la FFVP, inscrit au ministère des sports.

Le BIA est un diplôme de l’Éducation Nationale qui valide un niveau d’initiation à la culture scientifique et technique dans le domaine de l’aéronautique et du spatial.

 

Actuellement colibri coordonne et la FFVP coorganise la cérémonie de remise du diplôme di BIA avec Le Rectorat.

Cette cérémonie de la remise des diplômes du Brevet d’Initiation Aéronautique (BIA) organisée gracieusement est au profit des lauréats 2023 du BIA, des élèves en parcours de formation BIA, des établissements proposant cette formation et leurs enseignants respectifs, ainsi que tous les responsables des collèges et lycées de l’île.
Les différents partenaires, institutionnels et les membres et conventionnés du CIRAS (Comité régional d’initiation Aéronautique et Spatial de gouvernance Rectorat) animeront cette demi-journée (discours et remise des diplômes, stands, regards directs sur aéronefs)
Voici par exemple ce qui a été fait pour le rectorat de la Réunion : vidéo sur la promotion du BIA
 
Voci notre dernier projet lié au BIA et au pilotage.
20230814 FR3 RegionPACA
 
 
POURQUOI le BIA ?
 

Le « BIA » est la seule formation aéronautique et spatiale accessible aux jeunes dès la 3eme. Souvent, il permet un échange avec des professionnels du monde aéronautique.

Il est très utile pour tous ceux qui souhaitent poursuivre une carrière dans l’industrie aéronautique ou devenir pilote car c’est un diplôme officiel de l’Education Nationale.

Il est reconnu par de nombreux établissements du supérieures industriels et professionnels de l’aéronautique et de l’aérospatiale.

Il est à inscrire sur un CV, car le détenir est un réel atout lors des concours de sélections  et formations cadets « ENAC » « EOPN » »EOPAN » « ALAT ».

Ecole Nationale Aviation Civile

Elève Officier du Personnel Naviguant

Elève Officier Pilote Aéronautique Navale

Aviation Légère de l’Armée de Terre

 

 

Egalement, lors de demande d’admission à de nombreuses formations d’ingénieur ou de technicien dans le domaine aéronautique.

Le « BIA » permet de se distinguer des autres candidats notamment dans « Parcoursup » dans des filières sélectives. Cette formation permet de comprendre l’utilité des mathématiques, de la physique, de la géographie, et même de l’anglais grâce à des applications très concrètes vues en cours.

Il offre un des premiers entrainements aux épreuves qualifiantes des diplômes.

 

 

 

 

 

 

Le « BIA » ouvre droit à des bourses dans les clubs aéronautiques affiliés à une fédération aéronautique.

Le « BIA » permet de lutter contre le décrochage scolaire.

Côté enseignant « bia », il permet une qualification supplémentaire car il est nécessaire d’être certifié « CAEA » Certificat d’Aptitude à l’Enseignement Aéronautique »

 

Nous avons eu les discours de Monsieur Christophe Luquet, représentant le Président de la FFVP, du Directeur de la DSCAC-OI, du commandant de la BA181, de madame la vice présidente de la Région Céline Sitouze, et de monsieur Pascal Schrapffer Inspecteur académique représentant le Recteurau CIRAS.
 
Après les discours, les personnalités ont été invitées à remettre les diplômes aux lauréats.
Ensuite ce fut les mots d’encouragement et les interventions de plusieurs personnalités dont Monsieur Damien Cazé, directeur général de la Direction Générale de l’Aviation Civile, Monsieur Olivier Lesbre, directeur général de l’Insee-SupAéro, Monsieur Gérard feldzer, président d’ASF (Aviation Sans Frontière), Monsieur Sébastien Nativel (babouc), démonstrateur et instructeur rafale, et Monsieur Philippe Dandin, directeur de l’ENM (Ecole Nationale de la Météorologie).
Sébastien Nativel dit babouc:
 
Damien Cazé :
 
Olivier Lesbre :
 
Philippe Dandin 
 
Gérard Feldzer

 

Programme et niveau des connaissances de l’examen du brevet d’initiation aéronautique (BIA)
1. Préambule
La France est un grand pays d’aéronautique, par son histoire, par l’importance et la diversité de ses pratiques, par la richesse et le dynamisme de son industrie. Elle est porteuse d’une véritable culture scientifique et technique de l’aéronautique et du spatial où se mêlent toutes à la fois une aviation sportive et de loisir, variée et vivante, une aviation militaire prestigieuse, une aviation civile dynamique et innovante. La diversité des métiers, des pratiques, professionnelles ou amateurs, est animée par une même passion et une grande exigence de rigueur.Le secteur aéronautique est un des secteurs les plus dynamiques de l’industrie et du commerce français. Nos avionneurs sont à la pointe de la technologie et beaucoup d’innovations dans ce domaine ont été et sont françaises. Toutefois, les métiers de l’aéronautique et du spatial et les filières de formation correspondantes sont encore souvent ignorés ou méconnus du grand public et notamment des élèves et de leurs parents.Dans ce domaine pluridisciplinaire, il est donc intéressant de proposer au plus grand nombre une initiation à la culture scientifique et technique aéronautique et spatiale à la croisée des secteurs professionnels, sportifs et éducatifs.
2. Objectifs généraux
La préparation au brevet d’initiation aéronautique (BIA) par son approche pluridisciplinaire permet :
  • de donner plus de sens à la formation scolaire ;
  • d’aborder les différentes facettes du domaine aéronautique et spatial ;
  • de découvrir les filières menant aux carrières de ce secteur dans lequel il existe des débouchés variés.
Ainsi, un élève suivant une préparation au BIA trouvera souvent des facteurs de motivation et des éléments pour élaborer un projet personnel d’orientation.
3. Méthodologie et activités des élèves
L’enseignement se fera par une approche aussi concrète que possible.
La relation avec les autres enseignements traditionnels sera recherchée.
Les exposés seront illustrés abondamment de schémas, de photos, de maquettes, d’animations ou de vidéos pour faciliter la compréhension et l’assimilation.
L’aérodynamique et la mécanique du vol pourront faire l’objet d’expérimentations permettant de montrer les phénomènes mis en jeu.
La simulation de vol pourra aussi être utilement mise en oeuvre pour faciliter l’assimilation des notions abordées au cours de cet enseignement.
La préparation de voyages aériens permettra de concrétiser la plupart des notions de réglementation et de navigation.
L’organisation de vols « découverte » est un moyen gratifiant et motivant de mettre en application tout ce qui est abordé dans la préparation au BIA.
Des visites d’installations aéroportuaires, d’ateliers de maintenance, d’entreprises de construction, de musées ou d’écoles aéronautiques, tout autant que des rencontres avec des professionnels, sont également souhaitables.
4. Organisation des enseignements
L’enseignement est dispensé à raison d’un volume horaire global minimal de 40 heures de cours, auquel peut s’ajouter un temps consacré à des activités expérimentales ou de mise en situation. Cet enseignement doit pouvoir s’adresser aux élèves des classes de 3e de collège.
5. Programme
5.1 PrésentationCette formation initie les élèves aux grands domaines de l’aéronautique et leur en donne un aperçu réaliste.Le programme permet de s’intéresser aux différents types d’aéronefs.L’élève ayant suivi cette préparation doit développer des connaissances et compétences en :
  • météorologie et aérologie ;
  • aérodynamique, aérostatique et principes du vol ;
  • étude des aéronefs et des engins spatiaux ;
  • navigation, réglementation, sécurité des vols ;
  • histoire et culture de l’aéronautique et du spatial.
Dans un esprit de liberté pédagogique, ces connaissances et compétences pourront être développées de façon globale au cours d’activités de synthèse (description d’un aéronef, préparation d’une navigation…).
5.2 – Architecture du programme, compétences et niveaux d’acquisition
Dans les tableaux ci-dessous définissant le contenu du programme, la colonne de gauche précise les compétences attendues, elles définissent le contrat d’évaluation pour chaque point des différentes parties du programme. Les niveaux d’acquisition des savoirs et savoir-faire, énoncés dans la colonne centrale, sont caractérisés par les niveaux ci-dessous. Chacun de ces niveaux cumule les compétences des précédents.
1. Niveau d’information : « je sais de quoi on parle », est un niveau d’information, il correspond à l’appréhension d’une vue d’ensemble d’un sujet et à la définition des termes de base. Les réalités sont montrées sous certains aspects de manière partielle ou globale.
2. Niveau d’expression : « je sais en parler », est un niveau de compréhension des principes, il correspond à l’acquisition de moyens d’expression et de communication. L’élève utilise les termes de la discipline et restitue des enchaînements logiques.
3. Niveau de maîtrise d’outils : « je sais faire », est un niveau d’application, il correspond à la maîtrise de procédés et d’outils d’étude ou d’action. L’élève sait utiliser, manipuler des règles, des principes, en vue d’un résultat à atteindre ou d’une explication à donner.
4. Niveau de la maîtrise méthodologique : « je sais choisir », est un niveau de savoir et d’autonomie, avec une capacité d’analyse, de synthèse et d’évaluation, il correspond à la méthodologie de pose et de résolution de problèmes. L’élève maîtrise une démarche.
Cette liste de compétences attendues ne préjuge en rien, ni de l’ordre d’acquisition privilégié par l’enseignant, ni de la progressivité et de la redondance souvent nécessaire dans l’acquisition, ni des démarches pédagogiques mises en oeuvre pour les atteindre. Les commentaires permettent de souligner la cohérence du programme sans inférer sur les choix pédagogiques. 5.3 – Contenu du programmeRepérer les phénomènes météorologiques et aérologiques Utiliser des données météorologiques pour la préparation du vol Repérer les phénomènes dangereux
Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] Rapport 2023 sur les délais de paiement dans les DCOM de la zone euro

Le rapport 2023 de l’IEDOM révèle que les délais de paiement interentreprises dans les DCOM de la zone euro continuent de diminuer, se rapprochant des délais nationaux, malgré des défis persistants dans la construction et le secteur public. Les disparités géographiques demeurent importantes, avec des délais particulièrement élevés en Guyane et à Mayotte.