Revenir à la rubrique : Communiqué | Politique

Audrey Bélim réagit à la nomination de Marie Guévenoux comme ministre déléguée aux Outre-mer

La sénatrice regrette que les Outre-mer sous toujours un ministère sous tutelle. Elle salue également le changement à la tête de l'Education nationale.

Ecrit par N.P. – le vendredi 09 février 2024 à 16H59
Photo : Pierre Marchal / Anakao Press

Le communiqué :

Marie GUÉVENOUX a été nommée ministre déléguée aux Outre-mer. Je lui adresse mes félicitations républicaines.
Les dossiers importants pour les Outre-mer ne manquent pas : suivi des mesures du Comité Interministériel des Outre-mer (CIOM), réforme de l’octroi de mer, renforcement de la résilience de nos territoires comme l’ont montré le cyclone Belal et la tempête Candice, lutte contre la vie chère, défense de nos agriculteurs…
Sans préjuger des qualités de Madame GUÉVENOUX, il est regrettable qu’elle soit la 4ème ministre déléguée aux Outre-mer depuis mai 2022. Les Outre-mer ont des spécificités. Les politiques publiques sont complexes. Il est essentiel que la nouvelle ministre déléguée aux Outre-mer puisse rapidement prendre connaissance des dossiers et assurer la continuité des engagements de l’État. Philippe VIGIER s’était par exemple engagé à ce que les associations de consommateurs soient associées à la réforme de l’octroi de mer : le Gouvernement doit rester fidèle à ses engagements. Le « réflexe Outre-mer » doit devenir une priorité !
Au-delà du ministère délégué aux Outre-mer, le nouveau gouvernement ATTAL est marqué par la continuité. Seul changement notable, Amélie OUDEA-CASTERA perd le ministère de l’Éducation nationale pour se concentrer sur les Sports et les Jeux Olympiques et Paralympiques. Choix de raison qui aurait dû être le choix initial : les professeurs et la communauté éducative auraient pu se passer de ces polémiques inutilement blessantes.
Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
GROPOI
21 jours il y a

A ou ossi ou fé kom Ratenon ! Kontinuité zénérasionel !

Arèt kritiké, bouze a zot in pé ! ou lé zène, maye pa ek bane kalité i manze a tou lé ratelié ! Mèt a zot dakor pou in vré prozé, pa in prozé parasité par lo problèm statu et in prozé kifé progrès la Réynion…

Nou atende résilta, pa koméraz…

Polrun
21 jours il y a

« La sénatrice regrette que les Outre-mer SOUS toujours un ministère sous tutelle. »
Une jolie coquille…

Joseph
20 jours il y a

Pourquoi ne pas mettre un ou une ministre qui connais bien les spécificités du département ?

JORI
Répondre à  Joseph
20 jours il y a

Et quelles seraient ces spécificités liées au département qui ne pourraient pas être traitées par un métro quand le département ne sait déjà pas gérer RSA qui dû être recentralisé. Voyez-vous des résultats concluants pour les réunionnais dans les compétences du département ou de la région gérés par des locaux ?. 😂😂😂

Gramoune
19 jours il y a

Nous avons eu des Ministres ou Secrétaires d’État issus des Outremers, des
Antillais souvent, des Réunionnais aussi, et qu’ont fait ces personnes pour
l’Outremer ? Pas grand chose, sinon on le saurait.

Malouin
19 jours il y a

Bla bla bla

Lilyne
18 jours il y a

Bla bla bla bla et re-bla bla bla

Cherche à se donner un genre !! Pfff !

Dans la même rubrique

Crise en mer Rouge : L’État continue de suivre l’évolution de la situation

Malgré les attaques des rebelles Houthis en mer Rouge depuis novembre 2023, les approvisionnements et les prix à La Réunion restent stables grâce aux ajustements des compagnies maritimes et à une surveillance accrue des prix par l’État, bien que les délais de livraison puissent exceptionnellement s’étendre jusqu’à 5 jours.

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.