Revenir à la rubrique : Communiqué

Appel à candidatures pour le Projet de Mémorial National des victimes de l’esclavage

Le ministère de l'Intérieur et des Outre-mer et la ville de Paris lancent un appel à candidatures de maîtrise d'œuvre pour la réalisation du projet de Mémorial National des Victimes de l'Esclavage. Les paysagistes, architectes et scénographes, sont invités à proposer des projets de jardin faisant honneur aux "nouveaux libres".

Ecrit par N.P. – le samedi 23 décembre 2023 à 06H02
Capture d'écran Google Maps

Le communiqué :

Philippe VIGIER, ministre délégué chargé des Outre-mer et Anne HIDALGO, maire de Paris, sont fiers d’annoncer le lancement conjoint de l’appel à candidatures de maitrise d’œuvre pour la réalisation du projet de Mémorial National des Victimes de l’Esclavage.

Cette initiative significative est le résultat d’un travail considérable initié depuis près de trente ans par les associations mémorielles et des acteurs engagés dans une reconnaissance de cette Histoire ainsi que la réhabilitation de la dignité de ceux qui furent victimes de la traite et de l’esclavage colonial.

Le 27 avril 2018, à l’occasion du 170e anniversaire de la signature du décret d’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, le Président de la République M. Emmanuel MACRON s’est engagé à faire ériger à Paris un mémorial qui rende hommage aux victimes de l’esclavage.

Le 20 septembre 2023, le comité de pilotage, co-présidé par le ministre des Outre-mer Philippe VIGIER et le président de la Fondation Esclavage et Réconciliation Serge ROMANA, a acté le fait que les jardins du Trocadéro accueilleront ce mémorial. Ce lieu hautement symbolique, témoin de la proclamation de la Déclaration des droits de l’Homme en 1948 sera mis à disposition du projet par la Ville de Paris.

Au cœur de ce site exceptionnel s’inscriront les noms de 224 000 hommes et femmes qui vécurent en esclavage en Guadeloupe, Guyane, à La Réunion et en Martinique jusqu’à son abolition décrétée le 27 avril 1848 par le gouvernement provisoire de la République. Si le cœur du projet concerne les Outre-mer, le narratif proposé dans le mémorial aura également une visée universaliste. Il sera question de rappeler le rôle des forces abolitionnistes françaises et les capacités de résistance des hommes et des femmes qui ont été concernés par ce pan de notre Histoire.

Cet appel à candidatures est le fruit de mois de collaboration entre divers acteurs : associations mémorielles, Ville de Paris, préfecture de la région Île-de-France, préfecture de Paris, DRAC, ainsi que les services des ministères de la Culture et des Outre-mer. Pour réaliser ce projet, le Ministère des Outre-Mer s’est par ailleurs adjoint le concours de l’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la Culture (Oppic) et d’un programmiste (agence M. Seban architecte).

L’appel à candidatures s’ouvre à des paysagistes, architectes et scénographes, invités à proposer des projets de jardin faisant honneur aux « nouveaux libres », par respect pour ceux qui ont trop longtemps été relégués à l’oubli.

Cet appel à candidatures est une invitation solennelle à participer à la construction d’un héritage durable qui transcende les générations. Les jardins du Trocadéro se préparent à devenir le lieu emblématique où s’écrira une page mémorable de notre passé. Ce mémorial national est un acte fort de réconciliation qui doit permettre de rassembler et de consolider le vivre-ensemble au sein de la société française tout entière, tout en adressant un message d’espoir et de tolérance au monde.

Informations pour candidater.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué]Plainte pour apologie du terrorisme: « Nous ne nous tairons pas », alertent les députés réunionnais LFI

Perceval Gaillard et Jean-Hugues Ratenon réagissent à la convocation par la police de leur cheffe de file, Mathilde Panot, pour « apologie du terrorisme ». Sur la base « d’accusations fallacieuses », il s’agit de « faire taire », dénoncent les députés réunionnais qui en appellent à la condamnation  » de cette dérive très inquiétante du pouvoir ».

Cilaos : “Les pétrels de Barau doivent être au-dessus de toute polémique, la SEOR devra l’apprendre”

En pleine période d’envol des pétrels juvéniles et face à un échouage massif dans le cirque de Cilaos, la SEOR avait saisi du Tribunal administratif en référé pour enjoindre à la commune d’éteindre son éclairage public. Une requête rejetée « bien que les mesures prises par la commune n’aient pas été suffisamment anticipées et s’avèrent perfectibles ». Dans un communiqué, la municipalité se félicite de cette décision et déplore que cette affaire ait causé “de graves préjudices à la commune”.

[Communiqué] Prix à la consommation à La Réunion : +0,6 % en mars 2024 et +4,1 % sur un an

En mars 2024, l’indice des prix à la consommation augmente de 0,6 % à La Réunion après une hausse de 0,2 % en février. Les prix de l’alimentation poursuivent leur hausse : le passage de Belal se fait toujours sentir. Les prix de l’énergie continuent également d’augmenter. Les prix des produits manufacturés repartent à la hausse alors que ceux des services se stabilisent.
Sur un an, l’indice des prix à la consommation augmente davantage à La Réunion (+4,1 %) qu’au niveau national (+2,3 %).

[Communiqué]La Possession : Mobilisation contre l’installation d’une antenne 5G

Génération Écologie soutient la mobilisation des citoyens et des riverains contre les travaux menés d’installation d’une antenne 5G à proximité de la mairie de La Possession. Outre son « opposition au déploiement de la 5G au nom de la santé publique, de la préservation de l’environnement et du droit à la déconnexion », pour Vincent Defaud, référent local du parti, le chantier « manque de transparence ».