Revenir à la rubrique : Economie

​Agriculture : L’union sacrée de deux syndicats et de la chambre de l’agriculture face aux défis

Lors d’une conférence de presse donnée ce mercredi matin, les présidents de la Chambre de l’agriculture, de la FDSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) et des JA (Jeunes Agriculteurs) ont marqué leur union pour cette année 2022. Parmi les enjeux : les négociations autour de la convention canne et les ZNT (zones de non traitement).

Ecrit par 2368250 – le jeudi 06 janvier 2022 à 11H10

 L’année 2021 vient à peine de s’achever qu’il est temps pour l’intersyndicale FDSEA-JA et la Chambre de l’Agriculture de se projeter pour 2022 et les échéances importantes à venir. Emmenés par Dominque Gigan, le président fraichement élu, une vingtaine d’agriculteurs vêtus d’un polo blanc avec les inscriptions en vert FDSEA ont répondu présents à cette conférence de presse, devant la balance de Beaulieu. En vacances sur l’île, le président national des Jeunes Agriculteurs, Samuel Vandaele, était également présent. 

« On se retrouve aujourd’hui pour resserrer les liens. Dans le passé, cela a pu être tendu entre nos deux syndicats. On met tout ça de côté. Aujourd’hui, nous sommes prêts à travailler ensemble pour l’intérêt commun des agriculteurs. Nous devons batailler sur des sujets importants. La négociation de la convention canne est un enjeu très important. Ensemble, nous pouvons la réussir mais à condition de travailler dans la même direction avec la chambre », précise Guillaume Sellier, président des Jeunes Agriculteurs. « Avec un trio comme celui-ci (FDSEA, JA et Chambre de l’Agriculture), le jour où la machine sera en route, les autres seront inaudibles », abonde le président de la Chambre de l’Agriculture, Frédéric Vienne.

Une convention canne attendue
 
La saison de la canne à sucre s’annonce pour une seconde année consécutive mauvaise. Le nombre de planteurs diminue au fil des ans. Le document de la DAAF sur le recensement agricole traduit une diminution continue des surfaces agricoles depuis 2010. Le recensement de 2020 met en avant une diminution de 4000 hectares des surfaces agricoles. Aujourd’hui, il y a 6250 exploitations agricoles pour une surface totale de 38 650 hectares. La filière canne, pierre angulaire de l’agriculture réunionnaise, en pâtît particulièrement.  « Représentant 55 % de la surface agricole, la canne à sucre reste le pilier de l’agriculture réunionnaise mais, année après année, la sole cannière perd des hectares. Depuis 2010, ce sont 3000 ha qui ont disparu. En 2020, 21.350 ha de canne sont cultivés par 2730 planteurs », indique le document.
 
La nouvelle convention canne est donc primordiale pour la filière qui, depuis plusieurs années, combat pour sa survie. « Pour la dernière convention, l’industriel n’a pas tenu tous ses engagements. On est dans la même situation qu’en 2017. L’industriel n’a pas voulu faire évoluer le procès, malgré les 28 millions. Aujourd’hui, nous produisons 100.000 tonnes de sucre blanc qui ne servent à rien et sont concurrencées par celui de la betterave en Europe. La canne n’est exploitée qu’à 30% », avance le président de la Chambre d’agriculture.

Pour l’heure, une réunion s’est tenue fin novembre en préfecture. Des courriers ont été envoyés à plusieurs ministères, sans obtenir la moindre réponse. Le temps presse pour l’intersyndicale, et d’autant plus avec les élections présidentielles prochainement, car la position de l’Etat est préalable à toute négociation.

« Ne pas se laisser dominer par la loi métropolitaine »
 
L’autre enjeu est la loi sur les ZNT (zones de non traitement) qui est actuellement en consultation publique. Dans ces zones à proximité de zones habitées ou de cours d’eau, les agriculteurs doivent respecter des distances minimales sans application de produits phytopharmaceutiques en fonction du type de culture et du matériel qu’ils utilisent.

« Nous avons négocié un cadre fort et assez souple. On renvoie la balle pour que le charte soit adaptée à chaque territoire », avance Samuel Vandaele. Comme le rappelle Frédéric Vienne en lisant un courrier aux président des chambres d’agriculture, chaque territoire dispose d’une marge de manœuvre.  En effet, le décret donne aux organisations syndicales représentatives ou à la chambre départementale la capacité de proposer au préfet une charte d’engagements. « Il ne faut pas se laisser dominer par la loi métropolitaine », indique Dominique Gigan. « Pour les ZNT eau et riverain, il faut être force de propositions pour ne pas subir. Il faut proposer tout en incluant les mesures environnementales, on ne peut pas y échapper. On doit pouvoir garder nos pratiques sans être perdants sur toute la ligne », souligne Frédérique Vienne. Il rappelle que le foncier à La Réunion est problématique pour les agriculteurs également car le maillage est important sur de nombreuses surfaces agricoles, tout comme le relief de La Réunion qui doit être pris en compte. Une compensation financière par m2 perdu est envisagé ou encore une entretien manuel mais qui demande un coût. 
 
Ce mercredi matin à la balance de Beaufonds à Saint-Benoît, la devise de la Belgique « L’union fait la force » semble avoir trouvé un écho.
 
 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Chambre verte dans le rouge

La Chambre d’Agriculture de La Réunion est dans une situation financière difficile. Dans son rapport rendu public ce vendredi, la Cour des Comptes pointe notamment le sureffectif et a émis quatre rappels au droit. La Chambre consulaire pourrait être placée sous tutelle renforcée si elle ne redresse pas la barre.

Matinées de l’Emploi Agricole spéciales « Canne »

À l’approche de la campagne sucrière, la Chambre d’agriculture et ses partenaires organisent les Matinées de l’emploi agricole les 16 et 18 juillet prochains dans le Sud et l’Ouest de l’île. L’objectif : informer, accompagner et mettre en relation les demandeurs d’emploi et les exploitants agricoles à la recherche de main d’œuvre.