Revenir à la rubrique : Politique

A Saint-Leu, Elisabeth Borne confirme que le versement du RSA sera conditionné à des heures d’activité

Pour son dernier jour à La Réunion, la Première ministre a fait un crochet par l’agence Pôle Emploi de Saint-Leu - Trois Bassins afin de présenter la transformation de l’agence en “France Travail”. La future réforme du RSA a également été au cœur de la visite, avec Saint-Leu comme territoire pilote du programme. Prochainement, 15 à 20 heures d'activité seront demandées aux bénéficiaires du RSA, “avec une possibilité de sanctions”.

Ecrit par MB – le samedi 13 mai 2023 à 14H23

C’est une visite au pas de course qu’a effectuée la Première ministre ce samedi matin au Pôle Emploi de Saint-Leu. Après un détour au belvédère du Maïdo, puis de l’Observatoire de physique de l’atmosphère de La Réunion, la cheffe du gouvernement est venue visiter le seul territoire pilote de l’Outre-mer sur la réforme du RSA. La transformation de Pôle Emploi en France Travail était également à l’agenda. 

Avec 25.000 nouvelles demandes de RSA chaque année à La Réunion, l’enjeu est de taille. Le bassin de vie Saint-Leu/Trois-Bassins a d’ailleurs été choisi comme territoire pilote. Dans cette agence, ils sont une dizaine d’allocataires du RSA qui devront prochainement faire entre 15 à 20 heures d’activité par semaine dans des entreprises ou des associations. 

Elisabeth Borne y a rencontré quatre bénéficiaires du RSA qui se sont engagés dans le parcours RSA R+. Ces quatres Réunionnaises ont pu raconter leur parcours à la Première ministre. Doriska, 40 ans et maman de quatre enfants, a interpellé Elisabeth Borne sur les difficultés liées à la mobilité. “Je ne peux pas faire de l’aide à domicile en raison des transports en commun. Donc on compte sur vous, mais on sait aussi que vous comptez sur nous”, a-t-elle fait décocher un sourire à la locataire de Matignon. 

“C’est un système de droits et de devoirs”

Les freins à l’emploi liés aux particularités de l’île ont été abordés, mais pas de détails sur l’application de cette future réforme face au tissu économique de La Réunion alors que le chômage touche toujours 17% des actifs, et que 37% de la population vit sous le seuil de pauvreté, chiffres rappelés par le représentant de la CAF lors du tour de table. 

Elisabeth Borne confirme à la presse que le RSA pourrait bien être supprimé à l’avenir à ceux qui ne rempliraient pas leur contrepartie. En cas de non-respect des engagements pris avec Pôle Emploi, et bientôt France Travail, le versement du RSA sera remis en question. “C’est un système de droits et de devoirs, d’engagements réciproques”, souligne la cheffe du gouvernement. 

On propose un accompagnement avec des immersions en entreprise, des formations. Je vous confirme que dans le projet de loi, il y aura la possibilité de suspendre, sur une durée qui peut être courte, pour démarrer. Mais il y aura aussi un dispositif de sanctions dès lors qu’on a accompli, de notre côté, notre part de responsabilité”, a poursuivi Elisabeth Borne avant de filer au RSMA à Saint-Pierre. 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.