MENU ZINFOS
Zinfos974
Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion
Alertes infos :
Faits-divers

Mort suspecte de Bergie Baltimor : L'étau se resserre autour de Sofienne Hajji


Rencontré sur les réseaux sociaux, Bergerette avait épousé le Tunisien en secret. Ses proches sont persuadés qu'elle subissait des violences jusqu'au jour où, dans des circonstances troublantes, la jeune épouse, le corps brulé, avait succombé à ses blessures. Remarié Sofienne Hajji a encore fait parler de lui.

Par Isabelle Serre - Publié le Mardi 26 Octobre 2021 à 14:59

Sofienne Hajji (à gauche) et Bergerette (à droite) avec son frère (DR)
Sofienne Hajji (à gauche) et Bergerette (à droite) avec son frère (DR)
Avril 2018, dans un appartement de la Plaine-Saint-Paul, les jambes puis le corps de Marie-Bergerette Baltimor, 44 ans, s’enflammaient sous les yeux de son mari.

Ce dernier, Sofienne Hajji, a toujours affirmé que sa femme avait voulu se suicider en s’aspergeant d’alcool à brûler et en y mettant le feu. Pourtant, c’est elle qui avait appelé les secours alors qu’elle attendait dans la voiture qu’il range le désordre de leur logement.

Enfin, conduite au service des grands brûlés du centre hospitalier de Bellepierre, elle avait été placée dans le coma et avait succombé à ses blessures, une vingtaine de jours plus tard, le 1er mai 2018.

Les circonstances de ces faits, qui s’étaient déroulés sans témoin, étaient néanmoins suffisamment troublantes pour que le Tunisien, âgé de 37 ans aujourd'hui, soit mis en examen par un juge d’instruction dionysien pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner auxquelles sont venues s'ajouter des violences habituelles sur conjointe.

Une autre affaire de violences dans des circonstances troublantes

En septembre 2018, le suspect avait été placé sous contrôle judiciaire strict malgré les réquisitions du parquet de St-Denis qui aurait souhaité son incarcération. L’enquête était alors confiée à la compagnie de gendarmerie de Saint-Paul et, suite à un appel devant la chambre de l’instruction, le contrôle judiciaire avait été assoupli. Sofienne Hajji avait quitté La Réunion pour s’installer à Quimper.

En février 2019, alors qu’il travaillait dans une usine conditionnant des huîtres, il avait rencontré Natacha qui le ramenait souvent chez lui. Ils avaient entamé une relation puis, s'étaient mariés religieusement. "Quelques mois plus tard, les coups ont commencé. Beaucoup", raconte la Bretonne qui finit par porter plainte. Jugé en décembre 2019 devant le tribunal correctionnel de Quimper pour trois épisodes de violences conjugales, Sofienne est condamné à 18 mois de prison dont 6 avec sursis et mise à l'épreuve et écroué.

À l’issue du procès, la victime avait pris attache avec la belle-sœur de Bergerette, Christine: "Le jour où il sera jugé à La Réunion, elle veut témoigner de l’enfer qu’elle a vécu à ses côtés", assure cette dernière.

Car pour la famille de Bergie, son ti-nom gâté, il n’y a pas de doute : elle s’est d’abord fait arnaquer et a ensuite vécu sous emprise. Et la thèse du suicide, les proches n’y croient pas.

Elle le rencontre sur les réseaux puis part en secret en Tunisie
 
Bergerette a rencontré Sofienne Hajji sur les réseaux sociaux. Elle est partie en secret en Tunisie pour faire sa connaissance. À son arrivée, tout était prêt. La cérémonie, la bague, les invités. "Elle a été mise devant le fait accompli", raconte Christine. À La Réunion, personne n’était au courant de cette union avant que Sofienne ne publie des photos de son mariage sur Facebook.
Pour la famille de Bergerette, c’est le choc. "5 mois après le mariage, Sofienne a obtenu ses papiers et il est arrivé à La Réunion. J’ai tout de suite vu qu’il regardait les autres filles. Ça et la différence d’âge avec ma sœur m’ont inquiétée", se souvient Nanette, une des sœurs de la victime.

Peu à peu, Bergie s’isole et ne voit presque plus sa famille. Cette attitude ne correspond pas à son caractère et personne ne comprend ce qui se passe.

Elle s'isole et porte des lunettes noires

Un soir pourtant, elle accepte de venir à une soirée organisée pour l’anniversaire de sa mère. Ce soir-là, elle porte des lunettes noires derrière lesquelles elle cache des bleus à l’œil. Elle évoque un coup de coude de son mari dans son sommeil. Interrogé à son tour, Sofienne parle d’une caisse à outils qui lui serait tombée sur le visage alors que lui-même se trouvait sur un tabouret en train de bricoler.

Selon les proches, Bergie subissait des violences régulières, notamment au sujet de cet enfant que le couple n'arrivait pas à avoir. En avril, c'est peut-être ce sujet qui a provoqué des brimades, des disputes puis, la tragédie.

Retour à La Réunion aux frais de la justice

En mai dernier, Sofienne Hajji a regagné La Réunion pour comparaitre devant la juge d'instruction en charge de la mort suspecte de Bergerette Baltimor. Placé sous contrôle judiciaire, le trentenaire aurait ensuite erré de centres sociaux en foyer d'hébergement avant de repartir en métropole à Pontarlier, puis à Bordeaux. Fin septembre et début octobre dernier, il n'a pas pointé au commissariat contrairement aux obligations de son contrôle judiciaire. Un mandat d'amener a été délivré à son encontre et il est revenu dans le département aux frais de la justice qui a ordonné son incarcération.

Ce mardi, Sofienne Hajji faisait appel de cette décision devant les magistrats de l'instruction, visiblement très agacés par ses propos notamment ceux concernant son ex-compagne de Quimper. "Je vois la limite de votre réflexion", a fustigé la présidente de l'audience à l'issue de laquelle le placement sous les verrous a été confirmé. Pendant ce temps, l'instruction continue afin que toute la lumière soit faite sur la mort de Bergerette Baltimor avec, notamment, l'intervention de différents experts du feu.




1.Posté par Choupette le 27/10/2021 15:44

"... sans intention de la donner".

Si ça avait de l'eau, on comprendrait. Mais l'alcool, oté.

Puisqu'elle était mariée à l'insu de son plein gré, la malheureuse; pourquoi n'a-t'elle pas divorcé dès les premiers coups ?

Nourri le ver pou piq' out coeur.

Paix à son âme.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









Publicité


 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes