Revenir à la rubrique : Animaux

Vidéo – Un nouveau squat avec des chiens séquestrés découvert à Saint-Denis

Trois chiennes ont été découvertes dans un squat ce jeudi en fin d'après-midi à Saint-Denis. Le secteur est le même que celui des précédentes scènes de torture découvertes ces douze derniers mois. Toujours à l'abri des regards.

Ecrit par – le vendredi 17 septembre 2021 à 18H08

La médiatisation l’an dernier d’un étrange manège dans le lit de la ravine Patates à Durand porte ses fruits. Certains habitants n’hésitent plus à signaler les actes de cruauté infligés aux animaux, d’autant plus que la Police de Saint-Denis a pris la mesure du phénomène en mettant sur pied une équipe mieux préparée à ce genre d’intervention. 

Hier jeudi, ils ont été appelés pour une découverte qui ressemble à s’y méprendre aux autres tristes trouvailles de ces derniers mois dans le chef-lieu.

Tout commence vers 13H. Une habitante de Sainte-Clotilde voit des gamins en train d’inciter des chiens à se battre. En se rapprochant de la bande, elle aperçoit que les chiens sont tenus en laisse mais plutôt avec des fils de fer. « Leurs colliers donnaient l’impression qu’ils appartenaient à des gens », imagine cette habitante. 

« C’était l’horreur »

Le groupe d’enfants prend la fuite lorsque cette dame leur demande de stopper leurs combats. « Ils étaient en train d’inciter les chiens à se battre. Elle a tenté de les en dissuader et le groupe s’est dispersé. Malgré les demandes de lui remettre leurs chiens, ils n’ont pas voulu s’en séparer ». Fin de l’histoire à ce moment-là de la journée. 

Vers 17H, les mêmes enfants réapparaissent. Cette fois, une autre chienne attire l’attention des témoins. Elle est traînée avec beaucoup de difficulté. « Ils l’ont visiblement fait courir derrière le vélo. Elle paraissait épuisée. Elle ne voulait plus du tout avancer. Elle saignait d’une patte », nous décrit Yasmine. Elle est la deuxième personne à être intervenue. Avec l’autre habitante du secteur, elle se met en tête de repérer l’endroit où ce groupe d’enfants, âgés entre 8 à 13 ans, planque leurs souffres-douleurs. 

De fil en aiguille, après avoir questionné les gens alentour, ils finissent par tomber sur des riverains qui en savent plus sur le petit manège. Ces témoignages mènent les deux sauveteuses vers un local à l’état d’abandon. Et à entendre l’un de ces riverains, il ne s’agirait pas d’une première en matière de maltraitance dans cette demeure squattée. 

« C’était l’horreur », décrit Yasmine. C’est elle qui filme les images que vous pourrez lire en vidéo plus bas. elles ont été prises dans une maison située rue de l’ancienne poste, pas loin de la rue Lory-les-Hauts à Sainte-Clotilde.

Une chaîne humaine se met en place

« On y a trouvé trois chiennes, dont une petite gestante, maintenues dans des pièces avec des portes bloquées par un canapé, une chaise. elles étaient apeurées. Il y avait aussi des poils brûlés de chiens », a-t-elle constaté dans cet endroit glauque. Pour rappel, les sévices envers les animaux sont punis de 2ans de prison et 30 000 euros d’amende. 

L’investigation dans ce lieu squatté s’est fait sous le contrôle de la Police qui, dès le premier appel au 17, n’a pas minoré le signalement. Il faut dire que les mobilisations fortement médiatisées pour les chiens retrouvés mutilés ou morts dans la ravine Patates à Durand l’an dernier ou encore dans une maison squattée au mois d’avril ont donné un coup d’accélérateur à cette problématique sidérante d’actes de torture perpétrés par des tout jeunes. 

« On a eu du mal à trouver une solution pour la prise en charge des chiens. Nous sommes restées jusqu’à 21H sur place », raconte Yasmine, toutes deux aidées par l’un des policiers qui a tenté de trouver lui aussi une solution de placement, mais aussi l’association Apeba et la SPA. 

Au bout du compte, une chaîne de mobilisation a pu aller au plus urgent : sortir les animaux de ce terrain désaffecté et dont le propriétaire se trouverait en métropole. 

Deux étudiants en colocation ont pris l’une des chiennes sous leur toit. Les deux autres ont été placées en box à la SPA de La Réunion, qui assure la prise en charge des trois animaux. 

La mobilisation des sauveteurs et la présence policière a délié quelques langues. Les deux bons samaritains ont ainsi pu apprendre des personnes croisées dans cette expédition que les enfants en question apparaissent régulièrement avec de nouveaux chiens. Cet historique pourrait répondre aux faits de disparition de chiens chez des particuliers ces derniers mois. Ainsi, après l’intervention de Yasmine sur Freedom jeudi soir, un monsieur a appelé afin de vérifier si son chien ne se retrouverait pas parmi les pauvres victimes de ce jeu sordide. 

« Il s’était fait voler son chien il y a deux mois », explique Yasmine. Il avait vu les voleurs, hauts comme trois pommes, oser entrer chez lui et partir avec son chien sans pouvoir les courser. Les vérifications d’identification permettront de déterminer si ces trois chiennes ont elles aussi été volées. 

 

 

Décembre 2020 : [Vidéos – Maltraitance animale en série : Des Dionysiens excédés se mettent en danger]urlblank:https://www.zinfos974.com/Videos-Maltraitance-animale-en-serie-Des-Dionysiens-excedes-se-mettent-en-danger_a163157.html

Juin 2021 : publication de la Police nationale :

 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Pêche aux requins : Le projet SAURA de Shark Citizen tire la sonnette d’alarme

L’association Shark Citizen vient de clore son projet SAURA (Sensibilisation et Acquisition de données sur les captURes à la côte de requins
mArteau juvéniles et de requins de récif à La Réunion), révélant des données alarmantes sur la pêche des requins de récif et marteaux à La Réunion. Une méconnaissance de la réglementation et des espèces ainsi que l’utilisation d’engins de pêche non sélectifs mettent en danger ces espèces vulnérables. Les résultats de cette étude soulignent l’urgence d’agir pour protéger ces habitants marins, avec des implications notables pour la préservation de l’écosystème local.