Revenir à la rubrique : Faits divers

Vidéo – Contrôles Covid : « Le temps est à la fermeté »

Les autorités publiques continuent leur inlassable campagne de prévention. Lorsqu'elles ne suffisent pas, elles sont parfois complétées de verbalisations quand se présentent à elles des personnes n’appliquant pas les mesures anti-covid.

Ecrit par LG – le mardi 25 janvier 2022 à 22H49

Nouvelle opération commune Police/Gendarmerie cette nuit à La Réunion pour faire respecter l’arrêté préfectoral des mesures de freinage du Covid.

Le bon respect des mesures de précaution pour éviter les contaminations est encore un peu plus d’actualité en ce mardi soir. Quelques heures après le point épidémiologique hebdomadaire qui recense pour la première fois en deux ans de crise plus de 30 décès de patients réunionnais en l’espace de 7 jours, les autorités réitèrent leur message vis-à-vis de la population et des professionnels en contact avec du public.

38 décès, 46.914 nouveaux cas

Le temps de la prévention est résolu. Et quel que soit l’endroit. L’aéroport Roland Garros n’y échappe pas. C’est là que s’est tenue le début de cette opération nocturne. 

Autant sur le parking que dans l’aérogare, policiers et gendarmes ont effectué une piqure de rappel auprès des voyageurs et de leurs accompagnants. Ce mardi soir, 3 avions étaient programmés au départ de Gillot. 

Dès lors que chacun arrive à réduire de 20% ses interactions sociales, il en résulte 10 fois moins d’hospitalisation dans les dix jours suivants selon une étude de l’Institut Pasteur, relaye à titre d’illustration Ottman Zaïr. Le directeur de cabinet du préfet de La Réunion est venu présenter les grands axes du plan départemental de contrôles des mesures sanitaires qui est ainsi constitué du respect du couvre-feu, du port du masque sur la voie publique, du contrôle sur les zones à forte concentration comme celles des événements organisés au sein des établissements recevant du public ou enfin du port obligatoire du masque dans les transports.

Deux motocyclistes de l’escadron départemental de la sécurité routière ciblaient quant à eux particulièrement les taxiteurs sur le respect du port du masque ainsi que pour leurs passagers. 

« Globalement les mesures sont bien respectées »

En zone gendarmerie, entre 9000 à 1000 contrôles sont ainsi effectués chaque semaine aux quatre coins de l’île. Ils ont débouché sur 650 verbalisations pour non respect du couvre-feu et presque 500 pour non port du masque depuis le début de l’année. Mais si ces chiffres peuvent impressionner, ils ne représentent « qu’une infime minorité », retient le général Pierre Poty. « Globalement les mesures sont bien respectées par la population et les professionnels des ERP », avise-t-il.

Aux côtés du commandant de la gendarmerie, Laurent Fraysse, directeur territorial de la Police Nationale, confirme la tendance appliquée dès le 1er janvier : « le temps est à la fermeté ». 

En seconde partie de soirée, le contrôle entamé à l’aéroport s’est prolongé naturellement sur l’échangeur tout proche de la quatre voies de Sainte-Marie. Le bilan des vérifications de présence des attestations dérogatoires du couvre-feu auprès des automobilistes sera connu mercredi matin.

Sur des images de Régis Labrousse

Voici le bilan de l’opération :
– 22 infraction au couvre-feu
– 3 mises en fourrières
– 2 défauts de permis
– 2 défauts d’assurance
– 2 défaut de contrôle technique
– 3 alcoolémies
– 1 défaut de siège pour enfant
– 1 conduite sous l’emprise de stupéfiante
– 1 pneu lisse
 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-Leu : Le père de famille absent à son procès, mais bien présent dans la terreur

Un quadragénaire était jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour avoir fait vivre un cauchemar à la mère de son fils et à sa famille. En plus des violences et des menaces de mort, il est soupçonné d’avoir dégradé plusieurs véhicules. Faute de preuves matérielles pour ces derniers faits, le tribunal a préféré aller au-delà des réquisitions sur le reste afin d’assurer la paix aux victimes.

Elle tente de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans les bagages

Un couple était jugé jeudi 18 avril 2024 par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour blanchiment d’argent, abus de biens sociaux et transfert d’argent non déclaré entre pays. La femme a tenté de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans ses bagages. Un couple atypique dont la gestion du magasin et des finances étonne. Le jugement a été mis en délibéré.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : Un procès au goût amer dont l’épilogue est attendu le 21 mai

Le procès de Didier Robert, ancien président de la Région Réunion, s’est conclu après d’intenses débats judiciaires sur des accusations d’emplois fictifs et de détournement de fonds. Le délibéré de cette affaire politico-judiciaire, très attendu, sera rendu le 21 mai, en pleine période électorale. Les avocats des 11 prévenus, vent debout contre l’enquête préliminaire menée par des policiers spécialisés en la matière, ont unanimement plaidé la relaxe.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : « La fin ne saurait justifier les moyens »

La procureure de la République Véronique Denizot a demandé la condamnation des 11 prévenus de l’affaire des emplois présumés illégaux de la Région, ce jeudi lors de la quatrième journée du procès, une peine de 5 ans d’inéligibilité étant notamment requise pour l’ancien président Didier Robert, visé pour prise illégale d’intérêts et détournement de fonds . L’actuelle mandature de la Région, partie civile du procès, a demandé un préjudice à hauteur de 1,5 million correspondant à la somme des salaires versés aux huit conseillers techniques poursuivis pour recel.