Revenir à la rubrique : Economie

Vers une pénurie de feux d’artifice pour les fêtes

?Cette année, les traditionnels pétards et feux d’artifice viennent à manquer. En raison de problèmes de fret, les stocks risquent de ne pas suffire.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 09 décembre 2021 à 10H15

Crise oblige, le fret tourne toujours au ralenti. Hassen Bangui, artificier, peine à remplir ses stocks depuis le début de l’année dernière. “En 2020, nous n’avons reçu que près de 50% des commandes”, confie le gérant. 

Les raisons de la pénurie

La situation ne s’améliore pas. Les conteneurs d’artifices arrivent habituellement sur la période de juin à novembre, mais aujourd’hui “il n’y a rien de rentré, les conteneurs n’ont pas quitté la Chine”, indique-t-il. 

Avec la pandémie, les conteneurs d’explosifs rencontrent davantage de difficultés à arriver à bon port. “Au niveau du fret maritime, il y a énormément de retard. Les explosifs ne peuvent pas rester longtemps à quai”, explique-t-il.

Aussi, pour être acheminée jusqu’à La Réunion, la marchandise transite entre différents pays mais “de plus en plus de ports refusent le transit de conteneurs d’explosifs dans leurs eaux”, regrette le gérant d’entreprise.

À quelques semaines des fêtes, le distributeur d’artifices constate : “La fin de l’année est compromise, on peut parler de pénurie”.

Regarder vers le ciel pour débloquer la situation

Le gérant tient par ailleurs à le préciser : “ Ce n’est pas du tout de la faute de la préfecture. Au contraire, ils essaient de nous aider à débloquer la situation”.

Une solution pour sauver une petite partie du chiffre d’affaires est tout de même à l’étude : le transit aérien. Là encore, rien n’est gagné, “il faudrait l’autorisation de tous les pays survolés. Même avec cette possibilité, nous ne ferons jamais un gros volume”.

L’arrivée d’explosifs par voie aérienne permettrait l’acheminement de 10 à 20 tonnes d’artifices, contre 10 fois plus avant la crise sanitaire. L’impact financier sur les entreprises est considérable, soit quelques millions d’euros sur l’ensemble du secteur à l’échelle locale.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La CRC épingle la SAPHIR sur la gestion durable de l’eau

La Chambre régionale des comptes de La Réunion a publié son rapport d’observations définitives sur la société d’aménagement des périmètres hydroagricoles de La Réunion (SAPHIR), après son premier contrôle initié en février 2023. Le rapport, qui a finalisé ses observations en octobre 2023, critique les pratiques actuelles de SAPHIR, soulignant sa dépendance financière aux ventes d’eau et ses modalités d’action qui ne s’inscrivent pas pleinement dans une gestion durable de l’eau.

Henri Nijdam : “Le Quotidien ne sera pas un journal low-cost”

Propriétaires depuis ce mercredi à minuit du Quotidien, Henri Nijdam et Jean-Jacques Dijoux ont livré quelques éléments sur le futur du journal. Aux lecteurs, les nouveaux hommes forts de ce pilier de la presse locale assurent que Le Quotidien nouvelle formule sera de qualité.