Revenir à la rubrique : Société

Un collectif réunionnais se dresse contre le mariage homosexuel

Un collectif baptisé « Tous pour le mariage homme-femme » se dresse contre le projet de loi du mariage pour tous. Regroupant des associations, des citoyens, mais encore l’évêque de la Réunion, Monseigneur Aubry ( et quelques hommes politiques (dont René-Paul Victoria), ce collectif demande le retrait de de ce projet de loi en faveur du mariage […]

Ecrit par zinfos974 – le samedi 01 décembre 2012 à 14H53

Un collectif baptisé « Tous pour le mariage homme-femme » se dresse contre le projet de loi du mariage pour tous. Regroupant des associations, des citoyens, mais encore l’évêque de la Réunion, Monseigneur Aubry ( et quelques hommes politiques (dont René-Paul Victoria), ce collectif demande le retrait de de ce projet de loi en faveur du mariage homosexuel.

Et appelle la population à une mobilisation le 9 décembre prochain à 9h dans les rues de Saint-Denis, où chacun est invité à venir habiller de blanc, pour protester contre le projet de loi qui vise à instaurer le droit au mariage civil et à l’adoption pour les couples homosexuels.

« Je tiens à assurer que nous ne sommes pas homophobes« , avertit avant toute chose Clément Ah-Line, le président du collectif. « Notre objectif est de réunir 5.000 personnes« , poursuit-il. Les raisons de leur refus d’une union pour tous, le collectif les détaille dans un document de deux pages. « L’institution du mariage crée une relation de filiation directe entre ses membres, une communauté de descendants et d’ascendants« . Outre le mariage civil, c’est l’adoption par les couples de même sexe d’enfants qui pose problème à ce collectif.

« Je sais qui ça mon papa, qui ça mon manman »

« L’adoption dans des unions de personnes de même sexe vient brouiller les données et compliquer la recherche de la filiation. On ne peut pas avoir deux papas ou deux mamans. On ne doit pas mentir aux enfants et aux enfants adoptés légitimement« , poursuit le texte.

Monseigneur Aubry résume sa pensée : « Je suis né d’un homme et d’une femme. J’ai ma filiation. Je sais qui ça mon papa, qui ça mon manman. Et si j’avais été marié, j’aurais souhaité que les enfants sachent que je sois leur père et qu’ils soient les enfants de mon épouse. ».

Quant à René-Paul Victoria, il affiche sans complexe son opposition au projet de loi : « On note simplement la volonté du gouvernement de répondre aux attentes depersonnes de même sexe de vouloir s’unir. Pour quelle raison ? On dit de l’amour. Mais est-ce que véritablement c’est de l’amour ou bien ce n’est pas aussi pouvoir adopter des enfants ? », se questionne-t-il.

Le collectif cite même une phrase de l’ancien Premier ministre socialiste Lionel Jospin : « Le mariage est, dans son principe et comme institution, l’union d’un homme et d’une femme« . Tel est le crédo du collectif « Tous pour le mariage homme-femme ». Reste à savoir si l’objectif ambitieux de réunir 5.000 personnes sera réussi dimanche prochain…

 

Un collectif réunionnais se dresse contre le mariage homosexuel

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Chambre verte dans le rouge

La Chambre d’Agriculture de La Réunion est dans une situation financière difficile. Dans son rapport rendu public ce vendredi, la Cour des Comptes pointe notamment le sureffectif et a émis quatre rappels au droit. La Chambre consulaire pourrait être placée sous tutelle renforcée si elle ne redresse pas la barre.

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.