Revenir à la rubrique : Faits divers

Tout juste sorti de prison, il commet trois refus d’obtempérer et retourne derrière les barreaux

Un homme de 37 ans comparaissait devant le tribunal judiciaire pour une série de refus d'obtempérer, dont un pendant l'alerte rouge du cyclone Belal. C'est le neuvième refus d'obtempérer de sa longue carrière de délinquant de la route sur les dix mentions que compte son casier judiciaire.

Ecrit par Zinfos974 – le mardi 30 janvier 2024 à 11H27

Force est de constater que certaines habitudes ont la vie dure. C’est le cas pour Olivier H. qui, quoi qu’il arrive, ne daigne pas s’arrêter lorsque les forces de l’ordre veulent le contrôler. Pire encore, il apparait, lors de sa garde à vue, qu’il considère ça comme un jeu : « Vous ne m’avez pas rattrapé, vous ne m’avez pas attrapé, vous avez perdu« , lance-t-il aux enquêteurs. Nous sommes donc le 14 janvier dernier à Saint-André, il est 21h40 en pleine alerte rouge lorsque la police aperçoit la voiture d’Olivier H. qui vient de sortir de prison le matin même. La police lui fait signe de s’arrêter, mais en vain. Il prend la fuite. Il expliquera ensuite qu’il a « paniqué ». Le 18 janvier dernier, toujours à Saint-André, les policiers repèrent le véhicule d’Olivier H., activement recherché. Une fois encore, il prend la fuite. 

Alors qu’il est bloqué dans le flux de circulation, un policier tente de le stopper en essayant de retirer les clés du contact en se glissant pas la fenêtre. Qu’à cela ne tienne ! Le fuyard fait brusquement marche arrière avec le policier accroché à la fenêtre et percute le véhicule qui est derrière lui. Il projette l’agent des forces de l’ordre qu’il manque d’écraser par sa manœuvre dangereuse. Il prend la fuite, laissant derrière lui le policier blessé et choqué qui obtiendra une ITT de cinq jours.

Sept jours plus tard, il est 7h05 du matin lorsque les gendarmes de Sainte-Suzanne identifient le fuyard toujours recherché devant un bar. Ni une ni deux, l’homme saute dans sa voiture et prend la fuite. S’ensuit une course-poursuite en centre-ville. Le fuyard roule à 110 km/h en agglomération, zigzague, roule sur les trottoirs et joue de coups de freins brutaux.  Les militaires cessent la poursuite en raison du danger occasionné.

Interpellé quelques jours plus tard, il tente de prendre à nouveau la fuite à pied. Il faudra qu’un policier pointe son arme sur lui pour le stopper, après avoir sauté une ravine, puis du haut d’un mur de cinq mètres. Cette chute lui générera une blessure au pied et dont il ne cessera de se plaindre au cours de la procédure. Présenté ce lundi dans le cadre d’une comparution immédiate, il reconnait la totalité des faits à la barre. « Vous ne voulez pas vous arrêter« , interpelle le président qui relève un casier ne comprenant pas moins de huit refus d’obtempérer sur dix mentions. Pas de chance pour le prévenu, car comme le souligne le président, « la nouvelle loi sur les refus d’obtempérer permet désormais de les cumuler, donc de cumuler les peines« , assène le magistrat. 

« Il se fiche des interdictions« , relève la partie civile qui estime qu’il n’assume pas pleinement ses actes. Pour le procureur, « ce sont des faits gravissimes et réitérés ». « Nous avons de la chance que ça n’ait pas été plus grave pour le policier blessé. Je rappelle que dans le cas d’un refus d’obtempérer, les policiers peuvent faire usage de la force létale« , ajoute le parquet qui requiert une peine de 9 mois de prison pour refus d’obtempérer aggravé, deux fois 12 mois pour refus d’obtempérer et 9 mois de prison plus 600 euros d’amende pour le reste des faits. En effet, le prévenu roulait en plus sans permis et sans assurance. « Certes, son comportement interpelle, mais a-t-il une faculté de raisonnement identique à la nôtre ? il faut chercher à comprendre pourquoi. Il faut l’accompagner pour le réinsérer après sa sortie de prison », plaide la défense qui demande une peine moins sévère. 

Après en avoir délibéré, le tribunal déclare le prévenu coupable et prononce une peine de 6 mois pour le premier refus d’obtempérer et ajoute 3 ans de détention pour les autres faits commis. Olivier H. est maintenu en détention pour exécuter la peine. 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Yab
30 jours il y a

Lui offrir un aller simple au large serait plus judicieux et économique

Hoareau
29 jours il y a

Il faut le réinsérer dans du béton, oui !

Gendarme974
29 jours il y a

La lune

roy bean
29 jours il y a

4 ans ? « la nouvelle loi sur les refus d’obtempérer permet désormais de les cumuler, donc de cumuler les peines« , assène le magistrat.
dans certains pays vous cumulez les délits et les infractions, ainsi un texan a multiplié les refus de stop feux rouges sous l’emprise de drogue a prit pour 15 ans

Spounz
29 jours il y a

-9 mois pour refus d’obtempérer « aggravé »…
-12 mois pour refus d’obtempérer..

???????????????????

Vivoi
29 jours il y a

– si les forces de l’ordre lui avaient tiré dessus c’est en garde à vue avec tout ce qui s’en suit pour eux
– si il avait tué quelqu’un pendant l’une de ses fuites on aurait reproché aux forces de l’ordre de l’avoir poursuivi ou de ne pas avoir tiré avant 🤯

Noël Kums
29 jours il y a

Trop fort l’avocat, plaider la réinsertion pour un boug qui ravage tout le jour même de sa sortie.

Dans la même rubrique

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.

Violences : « Si c’était à refaire, je referais la même chose »

L’audience de comparution immédiate de ce lundi avait, bien malgré elle, pour thème les violences conjugales. Le tribunal avait à juger un trentenaire qui, sous l’effet de l’alcool, a frappé son ex-conjointe au prétexte qu’elle ne voulait pas le laisser entrer à son domicile.

Saint-Leu : Il va porter plainte contre sa victime après avoir tenté de l’égorger

Un trentenaire a été jugé en comparution immédiate par le tribunal de Saint-Pierre pour avoir poignardé un autre homme qui a miraculeusement survécu. Le prévenu n’avait pas hésité à se rendre à la gendarmerie pour porter plainte alors que sa victime était encore hospitalisée. Il a été condamné à 16 mois de prison, dont 8 avec sursis.