Revenir à la rubrique : Faits divers

Terminus Domenjod pour un homme qui ne résiste pas à ses pulsions à un arrêt de bus

Assise sur un banc en attendant son bus à La Possession, une jeune fille a été abordée par un individu la forçant à l'embrasser. Il avait ensuite caressé sa poitrine et ses parties intimes avant d'être mis en fuite par un passant et rattrapé par les gendarmes. Il dort en prison.

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 02 avril 2021 à 19H26

« Ça vous arrive souvent quand vous voyez une jeune fille qui vous plaît de l’embrasser de force et la toucher? » demande la présidente du tribunal correctionnel au prévenu jugé ce vendredi après-midi en comparution immédiate. Le trentenaire n’en sait rien car il indique « qu’elle était consentante »

« Elle » est assise dans la salle d’audience et semble très impactée par la situation.

Le 29 mars dernier, vers 18 heures, alors qu’elle attendait le bus dans une rue de la Possession assise sur un banc, Jonathan M. était venu s’assoir à côté d’elle. Il l’avait embrassée sur la bouche et dans le cou puis, il lui avait caressé la poitrine et les parties intimes. Heureusement, un homme témoin de la scène avait mis fin au supplice.

L’auteur de l’atteinte sexuelle avait tenté de prendre la fuite et avait été rattrapé par le témoin dont le courage a été salué par le tribunal.

« J’avais envie de la toucher »

« J’étais attirée par elle,  j’ai eu envie de la toucher » a confirmé le prévenu. « C’est un acte violent pour la victime et cette violence on la retrouve sur le parcours de Monsieur qui accumule les sursis probatoires », a fustigé le représentant de la société en requérant 3 ans de prison avec maintien en détention.

Jonathan M, au casier judiciaire constellé de 13 mentions, venait de sortir de prison en janvier dernier. Il avait interdiction d’entrer en contact avec sa mère qu’il avait violentée en octobre dernier un soir de forte alcoolisation.

Une situation sur laquelle l’avocat de la défense a insisté: « c’est l’escalade des peines. A chaque problème, la seule réponse c’est la détention et mon client s’enfonce dans une perte de repères de plus en plus profonde. Il lui faut des soins ».

Mais l’argument n’a pas fait mouche auprès des magistrats intraitables. Jonathan M. est condamné pour atteinte sexuelle à 30 mois de prison auxquels s’ajoute la révocation de deux mois de sursis. Son nom est inscrit au fichier des délinquants sexuels.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Domenjod : Un agent pénitentiaire frappé par un détenu

Un agent a été frappé par un détenu ce lundi matin au centre pénitentiaire de Domenjod. L’UFAP UNSA Justice tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme concernant les difficiles conditions de travail du personnel, liées au manque de personnel et à la surpopulation carcérale.

Acquitté de la tentative d’assassinat d’une camarade de lycée, Djayan de nouveau jugé aux assises

Le 4 novembre 2022, la cour d’assises acquittait le jeune homme de 23 ans des faits criminels pour lesquels il était poursuivi. 20 ans de réclusion criminelle avaient été requis à son encontre. Le parquet général a fait appel. Ce lundi et jusqu’à mercredi, Djayan Soubaya Camatchy est rejugé pour avoir tenté d’assassiner une camarade de sa classe de Terminale dans un hangar désaffecté de Sainte-Marie en 2019.

Ermitage : Un homme meurt noyé

La plage de l’Ermitage a été le théâtre d’un drame ce dimanche après-midi. Un homme s’est retrouvé en difficulté alors qu’il se trouvait dans l’eau. Ramené sur la plage par les sauveteurs, il se trouvait en arrêt cardio-respiratoire. Malgré l’intervention des secours, la victime n’a pas pu être réanimée.