Revenir à la rubrique : Faits divers

Terminus Domenjod pour un homme qui ne résiste pas à ses pulsions à un arrêt de bus

Assise sur un banc en attendant son bus à La Possession, une jeune fille a été abordée par un individu la forçant à l'embrasser. Il avait ensuite caressé sa poitrine et ses parties intimes avant d'être mis en fuite par un passant et rattrapé par les gendarmes. Il dort en prison.

Ecrit par – le vendredi 02 avril 2021 à 19H26

« Ça vous arrive souvent quand vous voyez une jeune fille qui vous plaît de l’embrasser de force et la toucher? » demande la présidente du tribunal correctionnel au prévenu jugé ce vendredi après-midi en comparution immédiate. Le trentenaire n’en sait rien car il indique « qu’elle était consentante »

« Elle » est assise dans la salle d’audience et semble très impactée par la situation.

Le 29 mars dernier, vers 18 heures, alors qu’elle attendait le bus dans une rue de la Possession assise sur un banc, Jonathan M. était venu s’assoir à côté d’elle. Il l’avait embrassée sur la bouche et dans le cou puis, il lui avait caressé la poitrine et les parties intimes. Heureusement, un homme témoin de la scène avait mis fin au supplice.

L’auteur de l’atteinte sexuelle avait tenté de prendre la fuite et avait été rattrapé par le témoin dont le courage a été salué par le tribunal.

« J’avais envie de la toucher »

« J’étais attirée par elle,  j’ai eu envie de la toucher » a confirmé le prévenu. « C’est un acte violent pour la victime et cette violence on la retrouve sur le parcours de Monsieur qui accumule les sursis probatoires », a fustigé le représentant de la société en requérant 3 ans de prison avec maintien en détention.

Jonathan M, au casier judiciaire constellé de 13 mentions, venait de sortir de prison en janvier dernier. Il avait interdiction d’entrer en contact avec sa mère qu’il avait violentée en octobre dernier un soir de forte alcoolisation.

Une situation sur laquelle l’avocat de la défense a insisté: « c’est l’escalade des peines. A chaque problème, la seule réponse c’est la détention et mon client s’enfonce dans une perte de repères de plus en plus profonde. Il lui faut des soins ».

Mais l’argument n’a pas fait mouche auprès des magistrats intraitables. Jonathan M. est condamné pour atteinte sexuelle à 30 mois de prison auxquels s’ajoute la révocation de deux mois de sursis. Son nom est inscrit au fichier des délinquants sexuels.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.