Revenir à la rubrique : Faits divers

Syndrome du bébé secoué : Un père soupçonné retrouve la liberté

Soupçonné d'avoir secoué son bébé, un père de famille avait été incarcéré le 26 août dernier par le juge des libertés et de la détention de Saint-Pierre. Mais la pathologie dont souffrirait par ailleurs le marmaille pourrait également avoir provoqué les hématomes sous-duraux relevés par des médecins suite à un épisode de convulsions. Deux versions qui se sont à nouveau opposées ce mardi devant la chambre de l'instruction avant que cette dernière ne confirme le placement sous contrôle judiciaire de l'intéressé.

Ecrit par Isabelle Serre – le mardi 02 janvier 2024 à 16H40

Le 26 août dernier, soupçonné d’avoir secoué son bébé âgé de quatre mois, Romain B. était placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention (JLD) de Saint-Pierre. L’enfant avait été examiné au service pédiatrie à la suite d’un épisode de convulsions qui aurait provoqué un hématome sous-dural.  Contrairement à ce premier examen médical, l’avis d’un second médecin avait conclu à un « probable » syndrome du bébé secoué qui serait survenu le 3 août au domicile parental à l’Étang-Salé alors que le père se trouvait seul avec le nourrisson. Selon ses dires, celui-ci se trouvait allongé sur le canapé lorsque ses bras et ses jambes s’étaient soudain raidis tandis qu’il montrait des difficultés à respirer.

Plusieurs auditions au sein de l’environnement proche du nourrisson avaient conduit à la garde à vue du père. Mais surtout, le trentenaire aurait fini par admettre avoir eu un geste inadapté parce qu’il n’arrivait plus à gérer les pleurs du bébé. Tout ça pour éviter que le marmaille soit placé en famille d’accueil et parce que « les policiers l’ont poussé à avouer », regrette ce mardi son avocate. Car depuis une dizaine de jours, l’intéressé a retrouvé la liberté suite à sa comparution devant le JLD qui a décidé de ne pas prolonger sa période d’incarcération.

Mais c’était sans compter sur l’appel du procureur de la République du Sud et les réquisitions du parquet général qui, ce matin, a souhaité que le père de 36 ans retourne attendre la fin de l’enquête derrière les barreaux. « Il ne peut pas retrouver son rôle de père et il faut éviter le risque de pression sur les témoins » a déclaré Charlène Delmoitie, précisant que Romain B. n’avait pas encore été « interrogé au fond. »

Le mis en cause n’a pourtant pas le droit de voir son enfant et a saisi le juge des affaires familiales afin de mettre en place des visites médiatisées. Quant à la mère du nourrisson présente dans la salle d’audience, en proie à de fréquents pleurs devant cette situation complexe, elle se montre solidaire avec son compagnon.

C’est d’ailleurs elle qui avait signalé au pédiatre qui suivait l’enfant après sa naissance que le périmètre crânien du petit lui semblait évoluer très rapidement. Du liquide céphalo rachidien en grande quantité dans le cerveau pourrait expliquer ce phénomène d’hydrocéphalie, pathologie qui provoque une pression du tissu cérébral due à une présence trop importante de ce liquide dans le cerveau. Une maladie survenue à la naissance de l’enfant et qui pourrait expliquer les hématomes sous-duraux constatés.

Mais des traces de sang qualifiées « d’anciennes » par les spécialistes également présentes dans le cerveau du bébé pourraient être le signe de maltraitances. Les déclarations probablement maladroites du père en garde à vue ont semé un doute quant à son comportement avec l’enfant dont il aurait expliqué ne pas avoir soutenu la tête à plusieurs reprises en le sortant de son transat et en le mettant sur son épaule. Des déclarations qui, conjuguées avec une prise de cannabis et une absence de travail ont inquiété les magistrats en charge de l’affaire.

Désormais, seules les suites des investigations pourront permettre de trancher face aux controverses médicales qui partagent les experts. En attendant, les juges de la rue Juliette Dodu ont décidé de laisser le suspect sous contrôle judiciaire.

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Agression sexuelle sur mineur : Un multirécidiviste condamné à 14 ans de prison par le tribunal correctionnel

Des faits d’une particulière gravité étaient jugés ce vendredi devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis dans le cadre d’une comparution à délai différé. Un homme né en 1970 avait à répondre d’agression sexuelle sur une enfant de 9 ans. Connu de la justice pour des faits similaires, il a déjà écopé de 26 ans de prison dont 12 pour des faits de viol sur mineur.

Disparition inquiétante à Saint-Paul : Un homme de 74 ans introuvable

La gendarmerie a ouvert une enquête pour la disparition inquiétante d’une personne majeure. Il s’agit de Jean Georges Gamin, 74 ans, qui n’a plus donné signe de vie depuis mercredi. Il avait quitté le domicile de sa sœur à la Possession pour se rendre en bus à la maison de la justice et du droit de La Saline les Hauts. Toute personne ayant des informations est priée de contacter la gendarmerie de Plateau Caillou au 02.62.93.75.42 ou hors des heures ouvrées, le 17.

Domenjod : L’ex-détenu qui avait agressé un surveillant retourne en prison

Amjad G. s’en était pris à un agent de la prison de Domenjod le 17 juillet dernier alors qu’il venait d’être jugé pour des faits d’exhibition sexuelle. Relâché après sa détention provisoire, il a été arrêté pour répondre cette fois des faits de violence sur l’agent pénitentiaire. Une information Zinfos974.