Revenir à la rubrique : Politique

Suppression du droit du sol à Mayotte : « Un recul sans précédent en matière de protection des droits humains » estime le PLR

"Cela constitue un recul sans précédent en matière de protection des droits humains et marque un tournant dangereux dans l'histoire politique française". Le PLR ne cache pas son inquiétude suite à l'annonce ce dimanche 11 février par Gérald Darmanin de la future réforme constitutionnelle visant à supprimer le droit du sol dans le 101e département français. Le parti d'Huguette Bello craint que cette mesure entraîne "un tournant dangereux dans l'histoire politique française" avec la remise en cause du principe constitutionnel "d'une République une et indivisible".

Ecrit par N.P. – le mardi 13 février 2024 à 07H43

« Ce dimanche 11 février, Gérald Darmanin en visite à Mayotte a annoncé une future réforme constitutionnelle afin de supprimer le droit du sol sur le territoire. Cela constitue un recul sans précédent en matière de protection des droits humains et marque un tournant dangereux dans l’histoire politique française en remettant en cause le principe constitutionnel d’une République « une et indivisible ».

En s’attaquant au “droit du sol”, Emmanuel Macron s’en prend à un principe qui fonde en France le droit de la nationalité depuis 1889. Certes, la crise en cours à Mayotte appelle nécessairement des réponses fortes, des mesures ambitieuses et des moyens conséquents à débloquer de la part de l’État. Pour autant, les mesures annoncées à travers la construction d’un “rideau de fer” en mer et la suppression du droit du sol n’apporteront aucune solution pérenne à la population mahoraise.

L’histoire française et l’histoire réunionnaise sont le résultat de processus massifs d’immigration. Le nombre de grands sportifs, artistes, personnalités publiques issues de l’immigration n’est plus à démontrer. En remettant en cause le principe du droit du sol, Emmanuel Macron entend construire une nouvelle nation au sein de laquelle il n’aurait pas été possible à un sportif comme Zinedine Zidane d’évoluer en équipe de France.

Le ras-le-bol qui s’exprime actuellement de la part de la population mahoraise est légitime car sa population subit des situations d’insécurité et d’injustice fortes. La population constate que l’ensemble des promesses formulées lors de la départementalisation du territoire en 2011 sont loin d’être accomplies. Parmi ces promesses figuraient notamment la nécessité d’accroître les aides aux développements pour les pays voisins. La stabilisation de la situation à Mayotte et le développement de l’île doivent être pensés avec ceux de la zone. En effet, l’union des Comores fait partie des pays les plus pauvres au monde et voit naturellement une partie importante de sa population émigrer vers les territoires français.

C’est l’ensemble de ces raisons qui ont amené à une dégradation progressive de la situation à Mayotte. Sans une réflexion et une approche globale, les problèmes structurels demeureront dans cette zone et les populations en seront les premières victimes.

Après avoir mené une campagne en se présentant comme le “rempart” face à l’extrême-droite, le Président de la République trace aujourd’hui un sillon extrêmement dangereux pour faciliter l’accession au pouvoir du Rassemblement National.

Pour l’historien Patrick Weil : « Faire un droit différencié – dans une partie du territoire donnée – en matière de nationalité, c’est tout à fait exceptionnel en République, régime fondé sur l’égalité des citoyens et l’unité du territoire. Mayotte a un statut de département, c’est une rupture très importante que de lui appliquer un statut différent ».

L’unanimité exprimée à droite et à l’extrême-droite en réaction à cette mesure est une raison supplémentaire qui démontre à quel point les idées du Rassemblement National, après avoir phagocyté le débat public sont désormais directement mises en œuvre.

Pour le PLR, il s’agit là d’un tournant qui doit nous alerter et conduire à un sursaut démocratique pour s’opposer à l’extrême-droite et œuvrer en faveur d’un développement harmonieux des territoires d’Outre-mer et de sa population. »

Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
14 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ericka
19 jours il y a

Mayotte un département qui coûte cher à la France et qui devient ingerable.

kersauson de patrick
19 jours il y a

il FAUT supprimer le drwa du sol partout en France
pas seulement a Mayotte
et selectionner les entrants selon les besoins de la France

jpleterrien
19 jours il y a

Que les (mal)élus du plr accueillent tous ce migrants et qu’on rende Mayotte aux Comores !
Seuls solutions à ce problème ingérable depuis la départementalisation de ce territoire, merci sarko le petit !!!
Ps : une loi de 1889 est-elle encore d’actualité, mrs,mmes les élus ???
Pour avancer, il faut regarder LOIN devant, pas derrière !!!

zean
19 jours il y a

le droit du sol et le devoir du sol ? l’erreur a été de voter cette loi qui fait de Mayotte la plus grosse maternité d’europe avec 12 000 naissances avec 90% etrangers pour avoir le droit du papier

nene
19 jours il y a

suffit de rendre mayotte aux comores avec pour les vrais mahorais environ 50% de la population la possibilité d’un départ vers la métropole

Choupette
19 jours il y a

La République est une et indivisible, certes. Mais c’est Sarko qui l’a divisée. Pour ça, on devrait lui rajouter un bracelet à sa collection… .

zean
19 jours il y a

rectification 12000 naissances par an

élctrice
19 jours il y a

ben voyons regardons un peu ce qui se passe dans les communes de saint-andré, du Port et de Saint-Louis…. si ça continue on sera ici comme à Mayotte et bien sûr nos chers élus eux auront les moyens d’aller vivre en France mais pas les sans dents que nous sommes… nous connaissons les idées de nos élus de gauche ici ….

lolo
Répondre à  élctrice
19 jours il y a

kossa y se passe au port ? mi aimerai bien savoir LOL on connait aussi très bien les idées de nos anciens élus de droite qui n’ont pas fait grand chose à part se gaver dans les caisses

Mardé
19 jours il y a

on a les zélus qui sautent sur tout ce qui bouge sans apporter la moindre solution juste pour pouvoir exister. le cas de Mayotte aujourd’hui est le reflet de la tolérance de la loi 1889 concernant le droit du sol ce qui va arriver dans un proche avenir ailleurs si personne prend à bras le corps la révision de ce texte pas seulement pour Mayotte ce sujet devenu brulant voir ingérable demandant de gros moyen humains et financiers pour pouvoir ramener l’ordre civil…..

maki
19 jours il y a

C’est quoi le PLR? Ils comprennent ce qu’il se passe la bas? Il faut sortir de sa maison pour comprendre messieurs dames!

zean
19 jours il y a

au plr il y a eu tellement d’avancé que le recul n’est meme pas à pensé c’est le gros coup de frein qu’il faut Serre l’enriage comme dit le vieux créole STOP

nene
17 jours il y a

zidane on a accueilli sa famille à bras ouvert on avait besoin d’eux pour travailler ce n’est plus le cas ces 12 000 accouchements par an plus grosse maternité d’europe dont 90% d’étrangéres qui viennent pour le droits aux papiers et ces memes enfants qui 13 ans et + plus tard fout le bordel à Mayotte

JORI
16 jours il y a

« c’est tout à fait exceptionnel en République, régime fondé sur l’égalité des citoyens et l’unité du territoire », ce qui était valable il y a des décennies ne l’est plus aujourd’hui. D’ailleurs ce n’est pas pour rien que certains se prononcent même pour une VI ème république. 😂😂😂

Dans la même rubrique

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.