Revenir à la rubrique : National | Politique

Selon Emmanuel Macron, les programmes des extrêmes vont mener « à la guerre civile »

Invité du podcast "Génération Do It Yourself", le président de la République s'est de nouveau justifié sur sa décision de dissoudre l'Assemblée nationale et a affirmé que les résultats des législatives seraient "la faute de personne", tout en étant "la responsabilité des Français".

Ecrit par N.P. – le mardi 25 juin 2024 à 10H12
Photo : Pierre Marchal / Anakao Press

Si une partie de son camp ne souhaite pas voir Emmanuel Macron s’inviter dans la campagne électorale en raison du rejet qu’il suscite, le chef de l’État a choisi de s’impliquer totalement pour les élections législatives anticipées. Après avoir rédigé une lettre aux Français publiée dans la presse régionale, Emmanuel Macron s’est exprimé lundi 24 juin dans le podcast « Génération Do It Yourself », relayé dans Le Monde.

Un entretien où il a agité le chiffon rouge de « la guerre civile », en cas de victoire de l’extrême droite ou de l’extrême gauche. Selon le président de la République, une victoire du RN et de ses solutions contre l’insécurité renverrait « les gens à une religion ou à une origine (…) divise et (…) pousse à la guerre civile ». En cas de victoire de LFI, il affirme que « la forme de communautarisme » proposée, « c’est aussi la guerre civile derrière ».

S’il reconnaît que « le Rassemblement national et La France insoumise répondent à de vrais problèmes, (…) de vraies colères, de vraies angoisses », il renie les solutions proposées, qu’il estime accroître « la conflictualité ». Pour Emmanuel Macron, « il y a une réponse par plus d’efficacité, mais dans la République ».

« Les gens ne sont pas des idiots. Tout le système pense que les gens sont idiots. Vous pensez que les gens sont fous et veulent le blocage ou les extrêmes, si on explique calmement quels sont les projets ? Moi je ne crois pas, j’ai toujours fait ce pari », a-t-il affirmé, avant d’ajouter que le résultat des élections serait « la faute de personne », mais l’expression de la « responsabilité des Français ».

De son côté, Gabriel Attal n’utilise pas le terme de guerre civile, tout en conservant un champ lexical de chaos. Le Premier ministre met en garde contre « la haine comme carburant » du RN et de LFI qui dressent « les uns contre les autres ». « Probablement que la victoire des extrêmes, de l’extrême droite, libérerait des pulsions et pourrait conduire effectivement à des violences », argue-t-il.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

123 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello, Première ministre : « Une solution » pour Jean-Luc Mélenchon

Le fondateur de la France Insoumise a apporté son soutien à la proposition du Parti communiste français qui a cité Huguette Bello comme possible candidate à la tête d’un gouvernement de coalition à gauche. Le PCF et LFI sont favorables à cette idée, mais le Parti socialiste n’a pas encore donné son avis sur le sujet et doit tenir son conseil national ce samedi pour statuer sur le sujet.

Huguette Bello, Première ministre : Les arguments en sa faveur

L’Humanité a révélé que le Parti communiste français a proposé le nom d’Huguette Bello comme possible Première ministre venue de la coalition de gauche. Une hypothèse formulée suite aux désaccords entre les grands partis et qui prend un peu d’ampleur en cette fin de semaine alors que le Nouveau Front populaire n’arrive pas à se mettre d’accord.

Des figures dissidentes de La France insoumise lancent un nouveau mouvement politique

Plusieurs anciennes figures de La France insoumise (LFI), n’ayant pas été investies par leur parti lors des législatives anticipées, ont annoncé aujourd’hui la création de leur propre mouvement politique.
Parmi ces figures, on retrouve Clémentine Autain, Alexis Corbière, Danielle Simonnet et Raquel Garrido.
Ce nouveau groupe se nomme l’Association pour une république écologique et sociale (L’Après).