Revenir à la rubrique : Société

Santé : 25% des internautes limitent leur temps de sommeil pour rester devant un écran

Une récente étude de l'Insee vient confirmer les effets néfastes ressentis par les internautes fixés devant leurs écrans.

Ecrit par N.P. – le dimanche 23 juin 2024 à 10H54
@Pixabay

Pour pouvoir continuer à passer encore quelques minutes, voire heures devant leur smartphone, tablette, ordinateur ou télévision, certains n’hésitent pas à faire des choix drastiques. L’enquête annuelle auprès des ménages sur les technologies de l’information et de la communication (TIC Ménages) de l’Insee, parue le mois dernier, vient confirmer les effets néfastes de l’utilisation prolongée des écrans.

En 2023, 25% des internautes limitent leur temps de sommeil au moins une fois par semaine pour continuer à utiliser leurs écrans. Un ressenti nettement plus fort chez les plus jeunes. “Il atteint 57 % des moins de 20 ans et 49 % des 20-34 ans, contre 23 % des 50 64 ans et 16 % des 65 74 ans”, précise l’Insee. Des temps de sommeil réduits pour les jeunes alors que ce besoin physiologique est important notamment en période scolaire.

Les parents d’enfants mineurs déclarent également limiter leur temps de sommeil au profit des écrans. Consacrés aux tâches domestiques, les parents prennent ainsi sur leur temps de sommeil pour leurs loisirs dont les écrans. Ils sont 28% dans ce cas. L’étude révèle par ailleurs que la limitation du temps de sommeil pour rester sur les écrans augmente avec le niveau de diplôme. Les personnes sans diplôme ou titulaires d’un diplôme inférieur au baccalauréat “occupent plus souvent des emplois plus physiques avec des horaires plus contraints que les autres”.

Conflits parents/enfants

Les écrans ont aussi un effet négatif sur les autres loisirs et au sein de la famille. L’usage des écrans est une source potentielle de conflits entre parents et enfants au sein des familles. “En 2023, 9 % des personnes vivant dans un ménage comportant au moins un mineur déclarent avoir des conflits avec leurs proches au moins une fois par semaine en raison de leur utilisation des écrans, contre seulement 3 % pour les autres personnes”.

À cette liste des effets néfastes ressentis à l’utilisation des écrans s’ajoutent le fait de se sentir déprimés, particulièrement pour les 15-19 ans mais aussi le ressenti d’une envie obsédante d’être sur un écran.

Pourtant, un tiers des internautes ont tenté de limiter leurs usages.  Les personnes qui déclarent du mal-être psychique sont souvent dans ce cas, note l’Insee.

Parmi l’ensemble des personnes qui ont tenté la détox digitale, seulement 7% déclarent ne pas y être parvenues. Le taux d’échec est plus haut pour les moins de 20 ans (10 %) et les 25-29 ans (9 %) mais aussi par les personnes se déclarant déprimées par l’utilisation des écrans.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Cirest vote 800.000 euros d’aides pour combler la trésorerie de la SPL Estival

Le président Patrice Selly a informé ce mercredi soir les élus communautaires qu’ils devaient résilier l’actuelle délégation de service public de la SPL Estival, seule condition permettant le versement d’une aide forfaitaire de 800.000 euros. Un nouveau contrat sera passé avec la SPL, lequel prévoit en outre d’abonder le capital de 300.000 euros par an pendant 10 ans pour apurer la dette.

Errance animale : Plus de 1.400 captures en 2023 dans l’Ouest

La signature d’une nouvelle convention entre trois associations et le Territoire de l’Ouest sur le sujet de l’errance animale a été l’occasion pour la collectivité de présenter son bilan en la matière. Alors que la question a enflammé l’actualité récente, la collectivité affirme prendre le problème à bras-le-corps.

Errance animale : « Si on prend la peine d’avoir un chien et qu’on l’aime, on le laisse dans sa cour »

Ce mardi 23 juillet, la CASUD organisait une grande opération de prévention et de sensibilisation contre l’errance animale sur le parcours de santé de Bel-Air au Tampon. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques pour ne pas attirer les chiens errants et éviter qu’ils se rassemblent en meute. L’intercommunalité du sud annonce renforcer la sensibilisation autour des chiens divagants et, le cas échéant, mettre en place des sanctions.