Revenir à la rubrique : Faits divers

Sandra Sinimalé et Eric Madouré rejugés en appel ce jeudi

Sandra Sinimalé, la fille de l'ancien maire de Saint-Paul, et son compagnon, ancien chauffeur de l'édile, sont de retour devant la justice ce jeudi 8 avril. Ils ont fait appel de leur condamnation en première instance pour prise illégale d'intérêts et recel de prise illégale d'intérêts. Ils devront s'expliquer à nouveau sur le recrutement et l'avancement d'Eric Madouré.

Ecrit par – le jeudi 08 avril 2021 à 05H00

Poursuivis pour prise illégale d’intérêts et recel de prise illégale d’intérêts entre mai 2014 et février 2019, Joseph Sinimalé, sa fille Sandra ainsi qu’Éric Madouré, compagnon de cette dernière et ancien chauffeur du maire de Saint-Paul, étaient condamnés en novembre 2020 par le tribunal correctionnel de Saint-Denis à des peines de 3 ans de prison avec sursis et une amende de 10 000 euros chacun. [L’ancien maire et sa fille avaient également écopé d’une peine de 10 ans d’inéligibilité.]urlblank:https://www.zinfos974.com/Joseph-et-Sandra-Sinimale-condamnes-a-10-ans-d-ineligibilite_a162222.html

Si Joseph Sinimalé a jeté l’éponge, annoncé son retrait de la scène politique et finalement renoncé à faire appel de cette décision, ce n’est pas le cas des deux autres, à moins qu’ils ne changent d’avis et ne l’annoncent à la barre de la cour d’appel ce jeudi matin.

Pour mémoire, le procureur de la République avait requis à l’encontre de Sandra Sinimalé (et de son père) trois ans de prison dont deux avec sursis et l’aménagement de la partie ferme avec la pose d’un bracelet électronique. À l’issue du délibéré, il avait aussi interjeté appel.

Pour mémoire, les faits de prise illégale d’intérêts avaient été retenus par les juges de première instance. Les prévenus avaient été partiellement relaxés pour la titularisation et l’avancement du gendre du maire.

C’est l’embauche de ce dernier et son salaire conséquent qui avait attiré l’attention des magistrats de la cour des comptes. Recruté à l’issue des élections municipales, Eric Madouré était devenu chauffeur du maire et, très vite, collaborateur au cabinet de l’édile rémunéré au salaire maximum de la grille. Et ce, sans diplômes ni qualification particulière.

La fille de l’ancien maire de Saint-Paul, responsable des ressources humaines à l’époque, aurait permis une telle embauche ainsi que ces conditions particulières et signé les arrêtés de nomination de son compagnon. Éric Madouré aurait ensuite bénéficié indûment d’une formation dans le domaine de l’agriculture aux frais de la collectivité.

La commune de Saint-Paul, partie civile de fait dans cette affaire, devrait ce jeudi demander la confirmation du jugement de première instance. Une audience sur intérêts civils est d’ailleurs déjà prévue à Champ-Fleuri en août prochain.
 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.