Revenir à la rubrique : Faits divers

Saint-Joseph : À 71 ans, elle va en prison pour violences conjugales

Une Saint-Joséphoise était jugée hier par le tribunal de Saint-Pierre pour des violences sur son conjoint en récidive. La septuagénaire souffre de problèmes psychiatriques qui lui causent une jalousie obsessionnelle avec une dangerosité avérée. Elle a été condamnée à sept mois de prison ferme.

Ecrit par Gaëtan Dumuids – le mardi 20 février 2024 à 10H44

C’est un profil plus qu’atypique qui était jugé hier en comparution immédiate au tribunal de Saint-Pierre. Âgée de 71 ans, mesurant à peine 1,50m et ne pesant pas plus de 45 kilos, Jacqueline* ne correspond pas vraiment aux prévenus généralement jugés au tribunal. Mais derrière cette apparence de gentille grand-mère, c’est une véritable terreur qui se cache selon le voisinage.

Jeudi dernier, elle a de nouveau agressé Raymond* à coups de bâton, son compagnon âgé de 77 ans, lui valant trois jours d’ITT. Des violences habituelles puisqu’elle a déjà été condamnée en septembre 2022 pour lui avoir donné des coups de sécateurs. Depuis 2020, les gendarmes ont déjà réalisé une dizaine d’interventions chez le couple. L’enquête de voisinage révèle également qu’elle est toujours agressive avec les habitants du quartier.

Jacqueline va se justifier en expliquant que Raymond la trompe constamment avec des femmes de 30 ans et qu’il est toujours en contact avec plein de femmes. L’expertise psychiatrique révèle qu’elle souffre d’un trouble dépressif avec une jalousie délirante et obsessionnelle. L’altération du discernement est reconnue et sa dangerosité est avérée. D’ailleurs, sa propre fille craint que tout se finisse par un homicide.

« Elle reconnaît les faits, mais légitime ses coups« 

« J’ai peur de commettre l’irréparable, donc je prends mes médicaments », assure-t-elle à la barre. Jacqueline explique ensuite qu’elle « le tape pour qu’il comprenne sa souffrance, parce qu’il exagère. »

« Son attitude est inquiétante, car elle minimise. Elle dit qu’elle se soigne, mais cela n’a pas empêché la commission des faits. C’est inquiétant », souligne Me Pauline Blard qui représente la partie civile. Elle sollicite donc une interdiction de contact avec son client, ainsi que 4000 euros de dédommagement pour le préjudice physique et moral.

« À 77 ans, il vit dans un stress quotidien à cause d’elle. Au fond, elle reconnaît les faits, mais légitime ses coups », argue la procureure qui requiert une peine de 10 mois de prison et la révocation de deux mois de sursis en raison « du risque important de passage à l’acte. »

Pour Me Florence Boyer, la peine précédente et les réquisitions « sont inadaptées. Il faut que la peine ait un sens. Je ne suis pas sûre qu’elle comprenne ce qu’on lui reproche. La peine n’est pas suffisante sur le plan médical. »

Elle est finalement condamnée à une peine de cinq mois de prison ferme et voit la révocation de deux mois de sursis. Elle doit verser 1000 euros à la victime pour le préjudice et à l’interdiction d’entrer en contact avec lui. De plus, elle est interdite de recevoir la pension de réversion.

Thèmes : Saint-Joseph
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-Leu : Le père de famille absent à son procès, mais bien présent dans la terreur

Un quadragénaire était jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour avoir fait vivre un cauchemar à la mère de son fils et à sa famille. En plus des violences et des menaces de mort, il est soupçonné d’avoir dégradé plusieurs véhicules. Faute de preuves matérielles pour ces derniers faits, le tribunal a préféré aller au-delà des réquisitions sur le reste afin d’assurer la paix aux victimes.

Elle tente de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans les bagages

Un couple était jugé jeudi 18 avril 2024 par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour blanchiment d’argent, abus de biens sociaux et transfert d’argent non déclaré entre pays. La femme a tenté de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans ses bagages. Un couple atypique dont la gestion du magasin et des finances étonne. Le jugement a été mis en délibéré.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : Un procès au goût amer dont l’épilogue est attendu le 21 mai

Le procès de Didier Robert, ancien président de la Région Réunion, s’est conclu après d’intenses débats judiciaires sur des accusations d’emplois fictifs et de détournement de fonds. Le délibéré de cette affaire politico-judiciaire, très attendu, sera rendu le 21 mai, en pleine période électorale. Les avocats des 11 prévenus, vent debout contre l’enquête préliminaire menée par des policiers spécialisés en la matière, ont unanimement plaidé la relaxe.