Revenir à la rubrique : Politique

Route du Littoral : “Nous pourrons avoir une DUP au début de 2011”, a dit Philippe Berne

La majorité régionale a haussé le ton, y compris Camille Sudre lorsqu'il a lancé à Margie Sudre : “Tu as été présidente, il ne faut pas descendre à ce niveau-là”. Pierre Vergès et Philippe Berne sont intervenus, eux, sur le dossier de la route du Littoral. Ils ont confirmé que “la Région attend un avis de l'État pour continuer le projet”.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mardi 22 décembre 2009 à 13H04

Pierre Vergès a été le premier à répondre aux critiques de l’opposition régionale. Le vice-président de la Région Réunion est d’abord intervenu sur le dossier de la nouvelle route du Littoral. Il s’est adressé à “ceux qui veulent viser l’État. Nous avons envoyé deux courriers aux services de l’État, le premier en juillet, le second en octobre, nous attendons la position de l’État pour continuer”.

Philippe Berne, délégué à l’environnement, a répliqué pour dire que la Région Réunion ne “manque pas de volonté politique sur le dossier de la nouvelle route du Littoral. Plusieurs élus pensent régler les problèmes techniques d’un coup de baguette magique. Il y a un certain nombre d’éléments que nous devons prendre en compte, par exemple un banc corallien du côté de la Possession, une biodiversité… Nous sommes face à des contraintes difficiles. Il ne faut pas faire porter à la Région les responsabilités de l’État”.

“L’avis de l’État va nous permettre d’avoir un avant-projet sommaire courant 2010. Ainsi, nous pourrons avoir une DUP au début de 2011”, a précisé le conseiller régional de la majorité qui a aussi critiqué l’attitude “électoraliste” de l’opposition.

“Il est vrai que nous sommes actuellement en période électorale, la tendance quand on a pas de projets, c’est de modifier les projets des autres, et d’opposer la route du Littoral au tram-train, d’opposer le tram-train au bus. Par ailleurs, ces deux projets ne sont pas tout, il y a un accompagnement à mettre en place”, a expliqué Philippe Berne.

Pierre Vergès a aussi répliqué aux critiques de Margie Sudre concernant la location de limousines: “C’est un minibus qui a été loué à une société qui s’appelle Limousine SA. Vérifiez vos informations avant de dire n’importe quoi. Mais, il est vrai que chacun a les références qu’il peut”.

C’est Raymond Mollard qui a ensuite pris la parole. Le délégué à l’enseignement supérieur lui, a répondu à Paulet Payet. Dans une intervention sans animosité mais ferme et dense en exemples, le conseiller régional de la majorité a montré que la collectivité locale supplée aux carences de l’État, et ce dans un domaine qui n’est pourtant pas du Conseil régional.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello reçoit le président de la Commission de surveillance de la Caisse des Dépôts

La présidente de Région a exposé les enjeux stratégiques du développement de La Réunion au président de la Commission de surveillance de la Caisse des Dépôts, mais aussi au directeur de la Banque des Territoires, ainsi qu’au directeur régional de la Caisse des Dépôts/Banque des territoires et au directeur régional adjoint de la Caisse des Dépôts/Banque des territoires.

Saint-Benoit : L’opposition ne croit pas à la « métamorphose » de la ville promue par Selly

À quelques heures du vote du budget, l’opposition bénédictine ne cache pas ses critiques vis-à-vis de l’action municipale engagée par Patrice Selly. « Saint-Benoit est en mouvement mais mouvement avec un S, avec des mouvements de contestation », lance Philippe Le Constant qui, comme Jean-Luc Julie, s’interroge sur la « métamorphose » de la commune mise en avant par l’équipe municipale « au vu de la faible part allouée à l’investissement ».

Une deuxième édition réussie pour le Festival de la Participation Citoyenne

Le Festival de la participation citoyenne, qui s’est tenu à Saint-Denis le 13 avril 2024, a réuni plus de 500 personnes autour de divers dispositifs de participation citoyenne, marquant également la clôture du Congrès Océan Indien de l’ANACEJ, avec des activités visant à renforcer la démocratie directe et l’engagement civique des Dionysiens.