Revenir à la rubrique : Politique

Régionales : Premières comparaisons des programmes de la Droite, de l’Alliance et du PS

Le député-maire du Tampon a affiché ses ambitions pour la Région et pour La Réunion, tout au long de son discours, hier. La tête de liste de l’union à Droite a dit non au tram-train, à la MCUR et à l’IRT, et oui à la route du Littoral, à une voie rapide entre Saint-Benoît et Saint-Pierre, et à l’autoroute des mers.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le lundi 14 décembre 2009 à 07H50

Hier à Mon Caprice à Saint-Pierre, Didier Robert en particulier et la Droite en général, ont donné un coup d’accélérateur à la campagne pour les Régionales 2010. Alors que l’on ne s’attendait qu’à quelques grandes lignes du futur programme de la Droite, le député-maire du Tampon a confirmé que sa liste veut prendre à contrepied la politique régionale concernant les projets structurants définie par l’Alliance et Paul Vergès.

C’est surtout la bataille des chiffres et sans doute la surenchère des projets dans l’optique des Régionales 2010, qui commencent. La semaine dernière lors de leur convention, les socialistes ont indiqué vouloir construire 180.000 logements sur 1.300 ha, des zones d’activités sur 1.000 ha, et des équipements touristiques sur 700 ha.

Autres grands projets socialistes importants parmi les premiers éléments de leur projet pour La Réunion : “Un Transport collectif en site propre accompagné par le maillage territorial sur le réseau secondaire, en créant les voies de traversée ou de contournement des agglomérations” (Saint-Denis, Saint-Benoît, Saint-Pierre, Le Tampon et la Plaine des Palmistes).

Le PS veut aussi “réaliser une nouvelle  RN3, la route des Goyaviers, qui est le projet  de rééquilibrage en faveur de l’Est et du Sud indépendamment des réseaux de TCSP”. Cette voie rapide est aussi inscrite dans le programme de la Droite pour les Régionales 2010. La majorité régionale de Paul Vergès, elle, a déjà lancé les études de la future “route des Goyaviers”. Pour l’heure, personne ne sait combien ça coûte.

C’est pareil pour “l’autoroute des mers avec deux quais de débarquement à Saint-Louis et Saint-André”, qui aujourd’hui, n’est plus défendue que par la Droite. L’actuelle majorité régionale qui l’a inscrite dans son SAR (Schéma d’aménagement régional), a reculé sur ces structures maritimes. Il y a trois ans, la construction d’un seul quai de débarquement était estimée à 200 millions d’euros.

La route du Littoral est aussi une priorité pour la Droite. “C’est aussi une priorité pour le président Vergès”, a répliqué la Région Réunion. “Mais en l’état actuel, les résultats des études géotechniques ne nous permettent pas de démarrer les travaux”. Ce ne sera pas avant deux ou trois ans. Son coût est déjà passé de 930 millions d’euros (Accords de Matignon) à 1,3 milliard d’euros. Et le prix risque de grimper encore.

En matière de transport, le tram-train ne figure pas parmi les premiers éléments du programme socialiste. Seul le TCSP est proposé. De son côté, la Droite veut “ralentir la progression du “tout automobile” en investissant dans du “Trans-éco-express”, “un réseau de taxis pour desservir tous les écarts, et une couverture complète de toute l’île”.

Si le PS chiffrera prochainement son TCSP, alors que la droite estime aujourd’hui à 650 millions d’euros son “Trans-éco-express”. “Ce n’est pas la même chose que 5.000 millions d’euros du tram-train”, a critiqué Jean-Paul Virapoullé. “Ce sont des chiffres fantaisistes”, a répondu la Région Réunion. “Le coût du tram-train, investissement et intérêts, est de 1,9 milliard d’euros”, selon le Conseil régional. La différence de montant vient du fait que Jean-Paul Virapoullé, à ce coût, rajoute les 40 annuités de 80 millions d’euros en moyenne que la Région devra verser au consortium qui va enlever le marché.

Qui fait la bonne lecture des chiffres ? Cette question, l’électeur devra de plus en plus se la poser à l’approche des prochaines élections régionales, car les éléments des différents programmes vont se transformer en projets précis et chiffrés. Il y aura sans doute une surenchère lorsque les différentes listes évoqueront la construction de logement et la création d’emplois.

Hier, Didier Robert a détaillé les premiers projets du programme de la Droite. Plus de trois milliards d’euros “pour soutenir la commande publique”. Nous avons demandé à Didier Robert dans quel délai, les entreprises locales pourraient commencer à bénéficier de ces marchés : “Si les Réunionnais nous font confiance, nous déciderons dès le lendemain du mois de mars 2010 de mobiliser 300 millions d’euros pour les premiers projets qui seront prêts à être engagés, et ces projets verront le jour dès la fin de 2010, courant 2011”.

Sur les délais aussi, il y aura sans doute débat et surenchère…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

François Asselineau vient prôner la « Réunionexit »

Accéder à la députation européenne pour mieux combattre Bruxelles, c’est le but que poursuit François Asselineau. Le chantre du Frexit vient prendre connaissance des réalités réunionnaises jusqu’à ce samedi et tenter de convaincre que la France et donc La Réunion se porteraient mieux sans l’UE, sans sa monnaie unique et sans l’OTAN.