Revenir à la rubrique : Société

Professeurs et parents se mobilisent pour les assistants d’éducation

Les collèges et les lycées ne sont pas les seuls établissements à voir leurs assistants d'éducation perdre leur emploi après des années d’implication. Voilà que les écoles primaires commencent à se faire entendre sur le sujet…

Ecrit par Melanie Roddier – le lundi 22 juin 2009 à 14H58

Ce matin, à l’école Philibert Commerson, à la Bretagne à Saint-Denis, un petit débrayage s’organisait entre enseignants et professeurs. Mais c’est jeudi que les parents d’élèves et 13 enseignants sur 16 manifesteront devant l’école en solidarité à Jean-Luc Barret, assistant d’éducation, spécialisé TIC (technologies de l’information et de la communication).

Ce dernier s’occupe depuis maintenant 11 ans du parc informatique de l’école primaire. Cette gestion sous-entend donc que ce dernier gère autant l’arrivée de courriels pour l’administration que les cours d’informatique avec les élèves ou encore les problèmes techniques qui y sont liés.

Un précédent avec la bibliothèque

Les enseignants ont déjà, il y quelques années, fait l’expérience d’une situation similaire. « Depuis que cette assistante d’éducation est partie, le BCD (bibliothèque et centre de documentation) n’est plus entretenu et tombe même en désuétude« , explique Sigrid Lafage, enseignante et représentante syndicale Saiper.

Au-delà donc de l’aspect humain, enseignants et professeurs s’inquiètent du devenir des équipements et de certains cours pratiques pour lesquels l’aide des assistants d’éducation est précieuse.

Une partie des assistants d’éducation, comme Jean-Luc Barret, poursuivent leur manifestation dans les jardins de la préfecture. Jardins qu’ils n’ont pas quitté depuis deux semaines, même après que les forces de l’ordre aient retiré les bâches et provisions.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Aurore Bergé : “La Réunion a pris conscience de la nécessité de briser le tabou des violences intrafamiliales”

Ce mardi, la ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, a inauguré la nouvelle maison des femmes, de la mère et de l’enfant de Saint-Paul. Ce lieu a vocation à devenir un guichet unique regroupant des professionnels de santé du CHOR et des associations de lutte contre les VIF pour aider les femmes victimes de violence à se reconstruire.

Aurore Bergé face à la réalité des violences intrafamiliales à La Réunion

La ministre de l’Egalité entre les femmes et les hommes a assisté ce mardi après-midi au Comité local d‘aide aux victimes (Clav), en présence des principaux acteurs de de la lutte contre les violences intrafamiliales (VIF). En 2023, 12 plaintes liées à ce fléau ont été enregistrées en moyenne par jour et tous les indicateurs demeurent à la hausse, malgré la « mobilisation générale » saluée par Aurore Bergé.