Revenir à la rubrique : Faits divers

Présumée innocente dans l’affaire Julita Bénard, Claudia Lauret reste en détention

C'est la déception pour celle qui a été condamnée à 30 ans de réclusion criminelle en avril dernier pour l'assassinat de son ex-petite amie, Julita Bénard. Arrivée libre à son premier procès, elle pourrait bien rester entre quatre murs en attendant le second.

Ecrit par 2181159 – le mardi 12 juillet 2022 à 15H35

Le 4 avril 2022, Claudia Lauret, 32 ans, était condamnée à 30 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de La Réunion. Un verdict dont la défense avait immédiatement fait appel, d’autant qu’une des robes noires l’ayant assistée depuis le début de l’affaire n’avait pas pu plaider pour des raisons médicales.

Ce mardi matin, sanglée dans un jean et un tee-shirt clair, Claudia Lauret n’a pas souhaité s’adresser directement aux magistrats de la chambre de l’instruction et a préféré laisser la parole à un de ses conseils.

Me Charlie Follenfant a rappelé que sa cliente était arrivée libre à son premier procès criminel, et ce à l’issue de cinq années de contrôle judiciaire respecté. Après sa mise en examen pour assassinat, Claudia Lauret avait passé six mois en détention provisoire avant que la justice n’estime qu’elle pouvait être libre en attendant d’être jugée.

Cependant, son comportement pendant son procès semble ne pas avoir joué en sa faveur. « Elle a une propension innée au mensonge et a fait preuve d’une capacité de mise en place de stratégie dans cette affaire », a souligné le représentant de la société, Jean-Philippe Rey.

Une propension innée au mensonge

On se souvient qu’un jour, la trentenaire se présentait comme professeur de fitness, un autre, agent immobilier ou encore gendarme en civil pour surveiller les boites de nuit. « Elle s’invente une vie et elle y croit elle-même« , avait indiqué une experte psychologue. Au sujet de son deuxième enfant, conçu juste avant la disparition de Julita Bénard, Claudia Lauret avait déclaré qu’il était le fruit d’un viol en réunion à moins qu’en tant que femme fontaine, elle ne se soit fécondée seule.

Claudia Lauret a toujours nié être à l’origine de la disparition de Julita Bénard. Elle avait soutenu deux versions : alors qu’elle se trouvait par cette nuit sans lune assise sur les roches du Gouffre en compagnie de Julita Bénard, elles auraient ensemble été agressées. Mais aucune personne présente sur place n’avait entendu les cris d’horreur rapportés par Claudia Lauret. Dans la deuxième version, Julita s’était éloignée d’une dizaine de mètres pour uriner, l’agression s’étant déroulée à ce moment précis. Claudia Lauret se serait alors enfuie, laissant sa compagne disparaitre seule dans le noir.

Mais à un de ses ex-petit ami, elle aurait confié« On s’est disputées et je l’ai poussée ». 

Claudia Lauret, présumée innocente jusqu’à ce qu’elle soit de nouveau jugée, est soupçonnée d’avoir attiré sa compagne de l’époque, Julita Bénard, 26 ans, dans un piège sur les roches du Gouffre de l’Etang-Salé et de lui avoir volontairement donné la mort. Le corps de la malheureuse n’a jamais refait surface.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Agression sexuelle incestueuse : Comment en apporter la preuve 20 ans après ?

Accusé d’agression sexuelle sur sa nièce il y a vingt ans, un oncle fait face à la cour d’appel après une relaxe controversée à St-Pierre. Entre souvenirs douloureux et absence de preuves matérielles, la quête de vérité confronte la justice à un défi. La décision attendue le 26 septembre pourra-t-elle apporter une réponse à ce drame familial présumé ?

Chronique judiciaire : Les différents profils des prédateurs de mineurs

Lors de l’audience du tribunal correctionnel de Saint-Pierre de jeudi dernier, plusieurs audiences concernaient des faits d’agressions sexuelles sur mineurs. Si les intentions des prévenus étaient les mêmes, ce sont les différents types de profils et de contexte qui interpellent, démontrant malheureusement que le danger peut venir de partout.