Revenir à la rubrique : Politique

Pour faire des économies, la maire de Saint-Louis fait la chasse aux abus

L’édile de Saint-Louis a, ce mercredi quelques heures avant le conseil municipal, dévoilé les conclusions de l’audit financier qu’elle avait demandé à son entrée en fonction. Sans surprise, l’étude a notamment démontré des charges de personnels trop élevées. Pour autant, Juliana M’Doihoma veut "sortir de la fatalité du non-développement" grâce "à un budget maitrisé".

Ecrit par – le mercredi 24 février 2021 à 21H21

C’est une promesse de campagne : jouer la transparence. A la lumière des audits commandés, Juliana M’Doihoma entend « rompre avec l’héritage du passé ». D’après l’audit financier des exercices budgétaires de 2014 à 2019, le poids de ce passé « pèse sur la municipalité et les contribuables », lance-t-elle.

Première dépense, celle du personnel qui représente 77% des charges réelles de fonctionnement. « Un niveau très élevé », a noté le cabinet Finindev qui a mené l’étude.

Les charges nettes de personnel à Saint-Louis s’élèvent ainsi à 1167 euros par habitant contre 813 euros pour des collectivités de même strate. « Autant de moyens que nous n’investissons pas dans nos écoles, nos équipements, à l’amélioration de la qualité de nos service publics », blâme-t-elle. La réintégration des 139 agents a également un coût sur la collectivité de l’ordre de plus de 500 000 euros dont 240 000 pour la caisse des écoles, répond Juliana M’Doihoma. 
 
Autre source de dépenses élevées, celles de la gestion courante (+ 10 millions lors du précédent mandat) mais aussi certaines charges à caractère général. « Le budget alimentation qui a augmenté de plus de 700 000 euros sans amélioration notable sur la restauration scolaire », prend pour exemple la maire. De même pour le parc automobile, note-t-elle, qui aurait pu être renouvelé d’un tiers avec les précédents budgets de location de voiture et d’engins. 
 
En revanche, l’étude montre une baisse de subventions aux associations, au CCAS et à la Caisse des écoles. De plus, sur la période de 2014 à 2018, le taux d’équipement par habitant est de 208 euros à Saint-Louis contre 308 euros en moyenne ailleurs. 

 

Des plaintes portées

La nouvelle majorité souhaite donc « l’inversion de ces ratios » tout en parvenant à équilibrer son budget. C’est l’un de ses trois objectifs. Saint-Louis doit encore faire des économies. Elles se font notamment sur la chasse aux abus avec le respect des règles d’achat public ou la maitrise des heures supplémentaires qui permettent de ramener dans les caisses de la collectivité entre 40 000 et 60 000 euros.

Par ailleurs, des infractions ont été constatées et des plaintes ont été portées. Ainsi plusieurs agents devront s’expliquer devant le tribunal correctionnel de Saint-Pierre le 4 mars prochain pour détournement de fichiers. Sur le banc des accusés, se tiendra également Cyrille Hamilcaro poursuivi pour complicité. 
 
Le deuxième objectif de la majorité consistent à « rendre un service de qualité » aux administrés par un « effort de montée en compétence des agents ». Seuls 4% des agents communaux sont des cadres, rappelle la maire. Ce « service public de qualité » tient également au programme d’investissement de 103 millions d’euros sur la période de 2021 à 2026 dans les scenarii financiers les plus favorables. 
 
Enfin, l’équipe de Juliana M’Doihoma espère stabiliser voire baisser les taux des impôts locaux. Pour atteindre ces objectifs, elle table sur la mise en place d’une cellule d’achat, d’un contrôle de gestion, le recouvrement des impayés mais aussi sur la capacité à frapper à la porte de tous les organismes à la recherche de subventions pour financer[ ses projets.]urlblank:https://www.zinfos974.com/Relancer-la-25e-commune-construire-moderniser-Juliana-M-Doihoma-devoile-les-chantiers-du-renouveau-de-St-Louis_a165724.html

 

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-André renouvelle ses ambitions « pour une ville moderne et dynamique »

Joé Bédier présente ce jeudi les orientations budgétaires de la ville lors du conseil municipal. L’occasion de mettre en lumière les priorités et les projets pour l’année à venir. Des OB qui s’inscrivent « en parfaite cohérence » avec les engagements politiques « pris depuis 2020 », lance le maire de Saint-André. « Grâce à une gestion financière saine, la commune peut poursuivre son plan pluriannuel d’investissement (PPI) avec un focus particulier mis en 2024 sur l’éducation, la culture, et la proximité », poursuit l’édile saint-andréen.

Thierry Robert condamné en appel pour diffamation

Thierry Robert a été condamné en appel pour diffamation sur les réseaux sociaux. Il écope d’une peine moins lourde qu’en première instance, 2.500 euros d’amende et un euro symbolique de dédommagement à verser à Bruno Domen.

Édouard Philippe : « L’école est la priorité numéro 1 »

Pour sa deuxième journée sur l’île, Édouard Philippe s’est rendu dans le Sud pour y rencontrer les maires du Tampon et de Saint-Pierre. Dans la capitale du Sud, l’ex-Premier ministre a pu découvrir le projet Cayenne mené par l’ADAPEI et sa mission envers les jeunes porteurs de handicap.

Edouard Philippe affûte sa droite et sa gauche pour 2027

Le combat politique pour 2027 s’ouvre déjà sans le dire. L’ancien Premier ministre Edouard Philippe poursuit son tour de France des régions en tant que président de son parti Horizons. Depuis ce mardi, il part à la rencontre des élus et acteurs socio-économiques réunionnais pour se faire un aperçu des réalités locales, lui qui n’avait pas eu l’occasion d’effectuer un déplacement lorsqu’il était locataire de Matignon. Ce mercredi matin à Montgaillard Saint-Denis et aux côtés de l’adjointe Brigitte Adame et du coach Didier Wullschleger, le maire du Havre a enfilé les gants de boxe au moment de découvrir le travail mené en faveur des jeunes de l’association EPA (Ecoute-moi, Protège-moi, Aide-Moi). Sur des images de Pierre Marchal de l’agence Anakaopress.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial