Revenir à la rubrique : Société

Plaine des Cafres : Le salon de coiffure Farandol de nouveau sous les eaux

L'eau s'est engouffrée dans le commerce situé rue Raphael Douyère. Comme à chaque épisode de fortes pluies ou de cyclone, les dégâts sont importants, déplorent les coiffeuses.

Ecrit par P.B. – le mardi 23 janvier 2024 à 16H25

Belal a laissé des traces à la Plaine des Cafres. Arbres déracinés, branches cassées, ravines en crue…, l’eau boueuse a dévalé la route et s’est engouffrée dans le salon de coiffure Farandol à la Plaine des Cafres.

« Les dégâts sont difficiles à évaluer pour le moment mais à chaque forte pluie et cyclone c’est la même chose, nous sommes inondés », se désespère une des deux employées. Les sacs de sable installés devant les portes du salon de coiffure n’ont pas permis de stopper la montée des eaux.

Le fossé qui se trouve devant le local est trop peu souvent nettoyé et semble sous-dimensionné, constate la coiffeuse.

La gérante a interpellé à plusieurs reprises la commune sur une route appartenant au Département.

En attendant d’alerter la collectivité compétente, les mauvaises conditions météo annoncées pour le milieu de semaine avec l’approche du futur météore Candice ne sont pas pour rassurer la gérante et les deux employées du salon de coiffure, d’autant que Belal a également arraché la gouttière du commerce.

 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Loin de la légende de Libertalia, enquête sur un « repaire de forbans » à Madagascar

Entre les années 1690 et 1720, l’île de Sainte-Marie a abrité un comptoir pirate pour la négoce des butins volés, mais aussi pour la traite des esclaves. Les recherches menées par l’archéologue Jean Soulat et son équipe internationale tendent à faire ressurgir du passé les contours d’un campement de forbans dans la baie d’Ambodifotatra. Une base pirate organisée autour d’un site de carénage, d’une canalisation d’eau douce et d’un fortin dédié à la protection des lieux.

L’incorrigible MIKL

Le spécialiste du zouk à La Réunion, MIKL, a dévoilé son nouveau projet « Collé ». Le clip, déjà visionné plus de 150.000 fois en trois semaines, met en relation une histoire d’amour avec ses hauts et ses bas.