Revenir à la rubrique : Société

Piton de la Fournaise : La fin des éruptions bientôt prévisible ?

Une étude menée par l'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) sur les signaux très longue période (VLP) va peut-être permettre aux scientifiques d'anticiper la fin d'une éruption volcanique.

Ecrit par Gaëtan Dumuids – le mardi 12 septembre 2023 à 06H19
Eruption

À chaque fois que le volcan se réveille, les scientifiques de l’OVPF se voient poser la question par les médias : « quand va s’arrêter l’éruption ?«  Si jusqu’à présent, les volcanologues de l’île n’avaient pas la possibilité d’y répondre, ce serait probablement le cas dans le futur.

Actuellement, les scientifiques parviennent à prévoir précisément une éruption dans les heures, voire les jours, à venir. Mais définir quand une éruption allait prendre fin était par contre impossible pour les spécialistes du Piton de la Fournaise. Ce sera probablement le cas depuis une étude menée par une équipe de l’OVPF sur les signaux très longue période (VLP – very long period).

Comme l’explique Zacharie Duputel, le sismologue qui a mené l’étude sur les signaux VLP, « il y a plusieurs types de signaux. Les séismes volcano-tectoniques ont de hautes fréquences aiguës. Là, on a pu mesurer des oscillations très lentes. Ces signaux n’étaient pas observés précédemment, faisant du Piton de la Fournaise une anomalie par rapport aux autres volcans surveillés ».

Jusqu’en 2010, les sismomètres dans l’île ne permettaient pas de mesurer toutes les fréquences. Depuis, les nouveaux capteurs peuvent enregistrer une large bande, qu’elles soient hautes ou basses. Lors de l’éruption de 2015 que ces signaux ont pu être observés par hasard pour la première fois et ainsi déclencher cette étude.

« Ce qui est intéressant avec les signaux VLP, c’est que l’on peut établir les caractéristiques des conduits et du magma, comme sa viscosité. Suivre les propriétés du magma peut nous permettre d’obtenir des infos sur son évolution et de peut-être prévoir la fin d’une éruption. Nous en sommes à l’étape de la recherche, mais, du point de vue opérationnel, cela nous permet de voir une baisse du trémor. Il faut imaginer ça comme une forte variation de pression qui se ferait comme dans des tuyaux d’une plomberie », précise Zacharie Duputel.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] 8 000 euros offerts pour la restauration du Chemin de croix de la Chapelle Pointue

Samedi 18 mai, dans le cadre de la Nuit des musées, Allianz France a remis à Béatrice Sigismeau, vice-Présidente du Conseil départemental, qui représentait le Président Cyrille Melchior, un don de 8 000 € pour la restauration du chemin de croix de la Chapelle Pointue, au Musée de Villèle. Une cérémonie à laquelle participait également la Conseillère départementale Eglantine Victorine.

Coup d’envoi de la Marche des visibilités ce dimanche

La Marche des visibilités va s’élancer du Jardin de l’Etat, à Saint-Denis, ce dimanche après-midi à 14h. Cette quatrième édition se terminera sur le Barachois avec des prises de parole et performances artistiques. Le Mois des visibilités doit, lui, s’achever le 25 juin prochain.

Le prix des oignons péi flambe sur les marchés

Depuis le mois dernier et l’interdiction par l’Inde de toute exportation de sa production d’oignons, les familles réunionnaises versent une larme à chaque fois qu’elles doivent s’approvisionner. Un lecteur de Zinfos974 nous a ainsi fait parvenir une photo prise samedi sur le marché de Saint-Pierre, où le prix de l’oignon péi, certes bien meilleur que son cousin indien, se négocie à 18 euros le kilo !

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.