Revenir à la rubrique : L'Edito de Pierrot

?? [Pierrot Dupuy] Quoi dire après un tel drame ?

Pour une fois, j’avoue avoir hésité avant de choisir le thème de mon édito de ce matin. Il me semblait évident que je me devais de vous parler de ce terrible drame survenu dimanche, à la mi-journée, à la Rivière-des-Galets, où un père a tué ses trois enfants. Mais pour vous dire quoi de plus […]

Ecrit par zinfos974 – le mardi 26 mars 2019 à 07H05

?? [Pierrot Dupuy] Quoi dire après un tel drame ?Pour une fois, j’avoue avoir hésité avant de choisir le thème de mon édito de ce matin. Il me semblait évident que je me devais de vous parler de ce terrible drame survenu dimanche, à la mi-journée, à la Rivière-des-Galets, où un père a tué ses trois enfants.

Mais pour vous dire quoi de plus que ce que tout le monde a déjà dit ou ressenti ?

Le but de ces éditos est de vous amener à réfléchir. Souvent, j’ai conscience que vous devez être nombreux à ne pas être d’accord avec ce que je vous dis. Mais ce n’est pas grave. Le but est justement de vous provoquer. Et je suis intimement convaincu que c’est du débat d’idées que nait la lumière.

Qu’il doit être triste un monde où tout le monde est d’accord…

Mais là, que voulez-vous que je dise de plus que vous ne sachiez déjà ?

Qu’on ne mérite pas d’être qualifié de père quand on est capable de telles horreurs ? C’est une évidence…

Qu’il est pour moi, et pour vous aussi j’imagine, totalement incompréhensible de pouvoir, ne serait-ce qu’imaginer, donner la mort à quelqu’un. Et à ses enfants en particulier ? Ça coule de source…

Que cet homme devait certainement vivre un terrible drame intérieur pour en arriver à une telle extrémité ? J’enfonce une porte ouverte…

Alors quoi dire ?

Peut-être s’interroger sur la défaillance de tous ceux qui auraient dû, auraient pu, éviter ce drame. Les policiers auprès de qui la maman s’était plainte sans que ceux-ci ne mesurent le danger que représentait ce père désespéré.

Mettre en avant le manque d’effectifs des policiers, qui les empêche d’accorder du temps à toutes ces femmes menacées par leurs compagnons, qui font une fixation sur elle au point de ne pas envisager de pouvoir continuer à vivre sans elles ? Ça a déjà été dénoncé à de multiples reprises par les syndicats de policiers, sans que ça ne fasse réagir plus que ça les gouvernements successifs.

Regretter le manque de moyens dont disposent les associations qui accompagnent les femmes victimes de violences conjugales ? Ça a déjà été dit et redit…

Alors quoi dire ?

J’ai envie de répondre : Rien…

Juste avoir une pensée pour ces trois petits bouts de chou qui sont partis. Eux qui ne demandaient rien d’autre que de vivre, de profiter de cette vie qui s’ouvrait devant eux…

Eux qui auraient dû retrouver leurs amis le lendemain à l’école… Leur vie s’est arrêtée là, parce que leur père, dans une crise de folie incontrôlable, a estimé qu’il pouvait se servir d’eux pour faire du mal à leur mère. Parce qu’il a pensé que, quitte à partir, il fallait qu’il les emmène avec lui…

Notre monde ira mieux quand les hommes, et les femmes, cesseront de raisonner en terme de possession. Mon homme, ma femme… On n’appartient à personne. On est libre d’aimer, tout comme on est libre de partir… 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Pierrot Dupuy – Quand le préfet s’emmêle les pinceaux concernant les nouvelles modalités d’entrée à Gillot

Le 11 juillet dernier, la préfecture publiait un communiqué intitulé : « Fin de l’état d’urgence sanitaire : Nouvelles modalités d’entrée à La Réunion et recommandations sanitaires », censé informer la population des dernières mesures mises en place pour voyager depuis la métropole ou Mayotte puisque ce sont pour le moment les seules destinations ouvertes, vers La Réunion.