Revenir à la rubrique : Politique

Patrick Karam : « Je n’accepte plus d’être injurié, diffamé et calomnié »

Trois ou quatre Antillais, dont l'ancien président du Collectif Dom Claude Ribbe, semblent vouer une haine tenace à l'encontre de Patrick Karam, délégué interministériel à l’égalité des chances des Français d’Outremer. S'ils ne sont pas nombreux, ils sont très actifs, inondant les boites mail de leurs contacts et des amis de leurs amis, de courriers assassins. Tout est bon, y compris d'accuser Patrick Karam de "détournements de fonds" quand le délégué interministériel à l'Egalité des chances bénéficie de la protection juridique du gouvernement, comme tout fonctionnaire. Lassé, Patrick Karam s'est résolu à porter plainte pour diffamation. La justice tranchera. En attendant, nous publions la lettre de Patrick Karam dans laquelle il remet les choses en place en donnant sa version des faits.

Ecrit par zinfos974 – le lundi 23 novembre 2009 à 10H49

« Cela fait maintenant un an et demi que trois ou quatre individus, désœuvrés et jaloux, mènent une campagne obsessionnelle, malsaine et diffamatoire contre ma fonction et ma personne, contre ma famille, mes proches, mes amis, mes collaborateurs sur des sites internet ou par des envois massifs de mails à plusieurs dizaines de milliers de personnes, à tous les ministères et responsables politiques quasiment toutes les semaines.

Je me suis tu pendant tout ce temps, préférant me concentrer sur ma mission au service de mes compatriotes ultramarins. Mais trop c’est trop. Ces individus pensent être au-dessus des lois en se cachant pour salir et diffamer impunément. Mais c’est fini, je n’accepte plus qu’on salisse mon honneur comme lorsqu’on me calomnie en disant que j’ai détourné des fonds publics. Je n’accepte plus d’être diffamé et injurié quotidiennement, d’être traité de « bata syrien » (NDLR : batard syrien). Je refuse que ma famille et mes proches soient insultés et traînés dans la boue. Les auteurs de ces injures et de ces diffamations auront désormais à en rendre compte devant la justice.

J’ai déposé une plainte avec constitution de partie civile contre Claude Ribbe. Après avoir été entendu par la police, Claude Ribbe a été mis en examen par un juge d’instruction pour diffamation et injures et renvoyé devant le tribunal correctionnel. Il sera jugé le 11 février 2010. »

En juin 2008, Claude Ribbe affirmait dans la presse : « Patrick Karam est d’une totale nullité. Mais parfois on a vu des gens sans qualités accéder à un niveau de pouvoir où ils deviennent dangereux. Franchement, un homme pareil à ce poste, c’est de la provocation. Patrick Karam devrait être limogé par Nicolas Sarkozy ».

Patrick Karam poursuit : « Dans le seul but de me salir et pour faire diversion, Claude Ribbe a introduit devant le Tribunal Correctionnel de Paris en septembre 2009 une plainte fantaisiste en citation directe pour détournement de fonds publics. Il me calomnie en prétendant que j’utilise les fonds de la délégation interministérielle pour l’attaquer en justice. C’est précisément le contraire. Comme n’importe quel fonctionnaire, j’ai le droit à la protection juridique de mon autorité de tutelle dès lors que je suis attaqué dans le cadre de mes fonctions. En l’espèce, c’est bien parce qu’il m’a calomnié et injurié à maintes reprises que le Secrétariat général du gouvernement (SGG) après instruction m’a accordé légitimement cette protection et donc prend en charge les frais de mon avocat.

L’affaire sera devant le tribunal le 7 janvier 2010

Claude Ribbe devra rendre compte de ses inventions malveillantes de détournement de fonds publics lorsque le Tribunal examinera la question le 7 janvier 2010.  Il devra ensuite en assumer toutes les conséquences car je demanderai des dommages et intérêts très lourds pour procédure abusive. Par la suite, je redéposerai plainte et demanderai une condamnation pour dénonciation calomnieuse. »

Patrick Karam annonce dores et déjà que tous les dommages et intérêts perçus seront versés à des associations ultramarines, et notamment à celle qui milite contre la drépanocytose.

« Quant à la campagne honteuse et malsaine menée par des individus malveillants, racistes et lâches qui se cachent derrière l’anonymat d’un site internet (dont Veilledom), j’annonce que j’ai déposé une plainte contre X pour diffamation et injures avec constitution de partie civile. J’ai aussi saisi le procureur de la République. L’enquête de police sous la direction d’un juge d’instruction fera toute la lumière sur les auteurs et les diffuseurs de ces communiqués.

Cet acharnement et ces mensonges sont sans précédents. Aucun autre responsable public n’a eu à subir d’attaques aussi violentes et aussi injustifiées. Et c’est sans doute cette conscience de l’injustice que je subis qui vous a poussés à vous mobiliser massivement en ma faveur.

J’ai reçu plusieurs milliers de témoignages de sympathie et de soutien, je ne peux répondre à chacun de vous individuellement mais je voudrais vous dire combien votre solidarité m’a ému et combien elle me conforte dans ma volonté de continuer à me battre pour vous, pour une société plus juste et plus fraternelle. »

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

François Asselineau vient prôner la « Réunionexit »

Accéder à la députation européenne pour mieux combattre Bruxelles, c’est le but que poursuit François Asselineau. Le chantre du Frexit vient prendre connaissance des réalités réunionnaises jusqu’à ce samedi et tenter de convaincre que la France et donc La Réunion se porteraient mieux sans l’UE, sans sa monnaie unique et sans l’OTAN.