Revenir à la rubrique : Régionales

Patrice Selly déroule le tapis rouge à Ericka Bareigts

Le 16 mars, Patrice Selly mettait fin aux interrogations. A quel candidat des Régionales allait-il apporter son soutien ? Le maire de Saint-Benoît annonçait ce jour-là que son choix se porterait sur Ericka Bareigts, pourtant non encore déclarée. Ce qui ne saurait tarder. Ericka Bareigts est à Saint-Benoît ce vendredi pour une présentation des projets de la ville chef-lieu de l'arrondissement Est.

Ecrit par Samuel Irlepenne - Ludovic Grondin – le vendredi 26 mars 2021 à 12H35

« Après avoir rencontré  de nombreuses forces politiques, militants de Banian, nous avons décidé de rejoindre Ericka Bareigts en tant que tête de liste d’un rassemblement ouvert à toutes les compétences et bonnes volontés réunionnaises. Nous défendrons ensemble une vision équilibrée du territoire réunionnais, protectrice des plus fragiles, ambitieuse pour les plus talentueux ». C’est par ces mots d’accueil très chaleureux que Patrice Selly confirme son soutien très appuyé à la candidature – non encore officialisée – d’Ericka Bareigts aux Régionales. Le reste de son discours a été tout aussi élogieux à l’égard de l’édile dionysienne.

Depuis ce vendredi matin dans la commune de l’Est, la maire de Saint-Denis effectue un déplacement qui vient consolider [l’appui de son homologue de Saint-Benoît par voie de presse]urlblank:https://www.zinfos974.com/Regionales-Patrice-Selly-rejoint-Ericka-Bareigts_a167204.html .  

« Suite à la victoire des municipales, nous avons immédiatement commencé le travail de redressement de la ville de Saint-Benoit. Cette ville que nous aimons, dont nous connaissons l’histoire, le passé et le présent difficile et cette ville dans laquelle il y a une nouvelle page à écrire. Une ville dans laquelle grandiront nos enfants », entame-t-il le tour de paroles devant un parterre d’élus bénédictins. 
 
« Nous étions et sommes toujours la micro-région la plus sous-dotée »

« L’avenir de la Réunion, c’est la jeunesse. Quelle Réunion voulons-nous dans 20 ans ? Voilà mon ambition et le travail qui se présente face à nous. Si nous sommes là aujourd’hui c’est que nous pensons pouvoir y arriver. Saint-Benoit est le chef-lieu de l’Est. Et l’Est c’est la micro-région la plus sous-dotée et au sein de cette région, Saint-Benoit fait partie des communes les plus sous dotées », poursuit Patrice Selly, également président de la CIREST.

« On a vu passer le train insertion, de la formation. Et nous nous restons sur le quai et nou’ regarde le train passer. Aujourd’hui pour moi, avec Banian ([son parti politique lancé en décembre 2020]urlblank:https://www.zinfos974.com/Video-Patrice-Selly-lance-son-parti-politique-appele-Banian_a163914.html , ndlr), on ne peut pas accepter cette situation. Nous devons nous engager, nous avons à prendre le train en marche avec un projet de développement réunionnais qui ne se fera pas sans l’Est« , ajoute-il avant de consacrer une autre partie de son intervention à livrer un regarde très critique sur la considération accordée par la majorité régionale actuelle en faveur de l’Est. 

 

Patrice Selly détaille pourquoi son choix se porte sur Ericka Bareigts :

Le maire de Saint-Benoît et président de la CIREST explique pourquoi il souhaite aussi siéger à la Région : « J’ai dit que Banian serait présent aux élections régionales d’une manière ou d’une autre. Faire preuve de responsabilité en tant que maire d’une commune, de président d’intercommunalité et président d’un parti, c’est être responsable. C’est s’engager et travailler pour notre territoire et la population. Pour que ce travail soit efficace, il faut occuper des fonctions, avoir des responsabilités. Comment développer l’Est sans avoir des responsabilités au Département ou à la Région ? Il faudrait rester spectateur et laisser les autres décider pour nous ? »

Il assure croire au projet d’Ericka Bareigts : « J’avais aussi précisé que Banian serait présent aux cotés de celle ou celui qui entendrait la voix de l’Est et de Saint-Benoît. »

Patrice Selly n’hésite pas par ailleurs à expliquer pourquoi il a écarté d’autres propositions qui lui ont été faites : « J’ai rencontré, discuté avec des prétendants à la candidature. Quasiment tout le monde. Aujourd’hui on dit que le projet régional ne peut pas se faire sans l’Est. On le dit maintenant aujourd’hui… mais certains dans leur vision de développement de la Région nous ont mis de côté. » 

Il déplore aussi le bilan de l’ancien président et notamment une promesse non tenue pour le territoire de l’Est : « Concernant la future antenne de la Région à Saint-Benoit, depuis les lendemains des municipales, il y a rien. Cela fait un moment quand même. On est déjà au mois de mars 2021 et l’antenne n’est toujours pas ouverte. D’autres choses sont annoncées mais dont on ne voit toujours pas le début de la concrétisation et si ça se fait, c’est parce qu’il y a une échéance qui arrive. Qu’on nous traite avec respect. Quand on promet des choses, il faut qu’elles soient concrétisées. ce n’est pas de cette manière que j’ai envie de travailler avec des représentants de nos collectivités. »

Les thèmes de campagne dans l’Est

« Le port de pêche, la future piscine municipale à Sainte-Anne, les embouteillages. Et avant même que certains annoncent des promesses, encore des promesses pour nous, Ericka m’avait déjà fait comprendre qu’elle était sur la même longueur d’ondes que nous. Notamment concernant le futur réseau de transport ferré qui doit démarrer à Saint-Benoit. Evidemment qu’il doit commencer ici ! » rappelle le président de Banian.

Il rajoute : « Quand j’entends le président le dire, Ericka l’avait déjà dit, il faut que ce tram démarre ici. Plus de 60.000 véhicules par jour font le trajet vers le Nord et le trajet inverse le soir. Oui il y a une prise de conscience véritable d’Ericka Bareigts sur les problèmes que nous rencontrons dans l’Est. »

Ericka Bareigts, son expérience au service de La Réunion

« Banian a vocation à s’engager pour ces élections régionales et départementales. La philosophie du parti c’est qu’il faut aujourd’hui réfléchir différemment, à des solutions réunionnaises pour des problèmes réunionnais. Cela aurait pu être le slogan de notre parti. Des solutions que nou trouve avec zot ! On va continuer à venir à votre rencontre et échanger avec vous pour construire ce projet réunionnais. »

« Ericka a été celle qui a été capable d’entendre ce discours et ce message. Elle a aussi une histoire politique. Elle n’est pas la première venue, elle a occupé nombre de fonctions. Aujourd’hui maire de la capitale, ministre, présidente de la Cinor, députée… ce que je veux dire c’est qu’elle a l’expérience nécessaire pour mettre en oeuvre ce projet réunionnais. Notamment sur le partage des fonds régionaux. »

Siéger pour rattraper le retard de développement

« Vous avez vu ces dernières années que des communes ont bénéficié de l’argent de la Région. Nous, on est la région la moins bien dotée. On a quasiment rien reçu alors qu’on nous dit qu’il y de l’argent à la Région, 400 millions d’euros de fonds Covid, et combien pour l’Est et Saint-Benoit ? » 

« Comment avoir le soutien de la Région si nous ne sommes pas à la Région ? Certains nous disaient encore de laisser les autres faire pour nous. On a vu les résultats de cette stratégie, on a accumulé les retards. J’ai demandé à Ericka qu’ensemble, on puisse le rattraper. »

 

Patrice Selly déroule le tapis rouge à Ericka BareigtsEricka Bareigts se prépare à la bataille des Régionales

« Nou lé là pour préparer cette candidature pour les régionales. Seulement, il y a différentes façons de faire de la politique. On peut se déclarer sans jamais rencontrer les partenaires qui expriment un soutien public… Avant d’aller aux régionales, la moindre des choses c’est de visiter les territoires un par un. Sentir, écouter et au moment ou lé bien mûr c’est là ou peu exprime a ou. » 

« Je suis née à Saint-Denis; ma mère est de l’Entre-Deux, ma grand-mère du Tampon. Quand on part aux élections régionales, on doit défendre La Réunion, c’est notre terre, notre héritage, ce que nous doit jamais perdre. Si nou perd’ nout terre, nou retrouve a nou tout nu, sans racine, comme un banian sans racine.
75 ans depuis la départementalisation, c’est pas si loin que ça. Le combat pour l’égalité est toujours là. Il y a encore 75 ans à construire. mi espère demain un autre chemin même si moin lé consciente que mi sa pas voir le résultat. C’est cela la beauté de l’engagement politique : tu ne fais jamais pour toi mais pour après toi. Nous avons toutes sortes d’urgence à régler et en même temps gérer l’avenir. Il faut sentir ce pays, sentir, donner et travailler pour La Réunion. »

« Le président de Région a sauté une commune »

« Il ne s’agit pas de faire des promesses façon catalogue la Redoute. Il faut faire ce qui est utile et dire ce que l’on peut faire. » 

« Ce matin j’ai vu aussi qu’à Saint-Benoît, il n’y a pas de piscine. Marmaille y apprend pas nager ici alors ? Depuis 10 ans personne n’est choqué que peu d’argent soit mis pour que les marmailles Saint-Benoit y apprend nager ? J’ai vu que le président de Région a donné de l’argent à d’autres communes mais a sauté une commune (rires dans la salle). » 

Prioriser et équilibrer

« Sans éducation, sans formation, il n’y a pas d’avenir pour La Réunion. On peut pas tout faire avec un budget. Il faudra choisir entre l’essentiel et le secondaire. Quand on est mère ou père de famille, quand ou néna 100 euros kosa ou achète ? Soulier ou mangé ? Aujourd’hui on a une collectivité qui préfère paye le soulier que le mangé. » 

« On ne peut pas être complètement repus, à l’aise sur un territoire et regarder nos frères et soeurs galérer. Il faut répartir les moyens sur l’ensemble du territoire pour que pas à pas la Réunion soit équilibrée en termes d’aménagement, de formation… »

Le Tram partira de l’Est

« En matière de transport, (…) l’Est est si enclavé. Comment avoir des zones d’activité économique ou de développement touristique sur ce territoire quand on prend 2H à l’aller et 2H au retour ? Ce problème majeur de mobilité avec des embouteillages tue la solidarité et La Réunion. » 

« Mi préfère i prend 500 millions d’euros i sorte Saint-Benoît pour arriver à Saint-Denis qu’au lieu de mettre tout sur la portion entre Gillot et le Pont Vinh-San, cela ne veut rien dire. »

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Frédéric Vienne félicite Huguette Bello pour son élection

Le président de la Chambre d’agriculture félicite Huguette Bello pour son élection à la tête du Conseil Régional. Frédéric Vienne assure que tous élus de la chambre verte sont prêts à travailler main dans la main avec la nouvelle majorité régionale.

Bachil Valy réagit à l’élection d’Huguette Bello

Bachil Valy adresse un message de félicitations à Huguette Bello pour son élection à la tête de la collectivité régionale. Le maire de l’Entre-Deux souhaite travailler avec la nouvelle majorité régionale malgré leur clivage politique.

Frédéric Miranville adresse ses félicitations à Huguette Bello

Le président de l’Université de La Réunion a adressé un message de félicitations à Huguette Bello pour son élection à la présidence du Conseil Régional. Frédéric Miranville espère que la collaboration entre les deux institutions œuvreront ensemble à la réussite des jeunes Réunionnais.

Vanessa Miranville félicite Huguette Bello

Dans un communiqué, Vanessa Miranville adresse ses plus sincères félicitations à la nouvelle présidente du Conseil Régional. Le maire de la Possession espère pouvoir travailler avec la nouvelle composition de la collectivité régionale pour faire avancer La Réunion.

Pierrot Dupuy – Election d’Huguette Bello à la présidence de la Région: « Un moment historique »

J’aurais pu choisir un autre titre pour illustrer cet article. J’aurais tout aussi bien pu privilégier « Face aux enjeux futurs, la Région sera là », ou « Nous sommes là pour servir les habitants de cette terre » ou encore « Cette victoire est le résultat d’années de lutte, de combat pour faire reculer l’injustice » ou enfin « L’heure de nous-mêmes a sonné ».

Comme vous pouvez le constater, ce ne sont pas les citations emblématiques qui ont manqué dans le discours d’investiture d’Huguette Bello après qu’elle ait été logiquement élue à la présidence de la Région.