Revenir à la rubrique : Politique

Nathalie Bassire met le préfet en garde contre un risque d’embrasement

Dans un courrier adressé à Jacques Billant, la députée fait part de sa crainte de voir un risque d’embrassement social se produire avec le couvre-feu.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 04 mars 2021 à 12H01

Le courrier de Nathalie Bassire:

Monsieur le Préfet,
 
La population réunionnaise va mal : notre jeunesse est désorientée, nos aînés sont effrayés, nos acteurs économiques et touristiques en grande difficulté, nos professionnels de santé démoralisés…
 
La crise sanitaire, économique et sociale, est désormais politique : nos concitoyens n’ont plus confiance. Les remontées de terrains et les soubresauts croissants sont très inquiétants : il semble que la « cocotte-minute » soit sur le point d’exploser d’un moment à l’autre au regard de ce que l’on entend et voit sur les réseaux sociaux notamment.
 
Les mesures de plus en plus strictes, certes nécessaires au regard du nombre de cas croissants de coronavirus notamment de son variant sud-africain, sont néanmoins incomprises des Réunionnais qui estiment qu’on leur demande de travailler la journée et de s’enfermer le soir, sans pouvoir décompresser.
 
Un an a passé depuis le 1er confinement national de deux mois que les Réunionnais ont scrupuleusement respecté à l’instar de l’ensemble des Français.
 
Toutefois, ils ont le sentiment de payer aujourd’hui pour l’ouverture de l’aéroport pendant les mois de décembre et janvier dernier pendant lesquels plus de 200 000 déplacements ont été décomptés.
 
Déception et colère alimentent les difficultés structurelles de notre territoire.
 
Il est à craindre que le divorce entre nos administrés réunionnais et leurs dirigeants politiques et administratifs soit consommé, aggravé par un sentiment de restriction des libertés et d’abus d’autorité.

Les conséquences d’un embrasement social seraient effroyables sur le plan humain, économique, sociétal et politique.
 

Aussi, mon rôle est de vous alerter sans délai et de me tenir à disposition de notre population pour tenter de trouver ensemble des solutions et compromis acceptables.

Il est peut-être encore temps de soulever la soupape de sécurité et d’éviter le pire !
 
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, mes salutations distinguées.
 
Nathalie Bassire
Députée de la Réunion

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Législatives : Le RN local a choisi ses candidats

Le Rassemblement national déjà en ordre de marche pour ces législatives anticipées. Le parti géré localement par Johnny Payet a reçu l’aval du bureau politique du RN pour les candidatures proposées dans les 7 circonscriptions de l’île.

Législatives anticipées : Melchior met fin aux rumeurs sur sa candidature

Alors qu’un communiqué des élus saint-paulois d’opposition appelait ce jeudi soir à « l’union de toute la droite sur la 2e circonscription de La Réunion derrière la candidature de Cyrille Melchior », le président du Département a rappelé ce vendredi, également par voie de communiqué, devoir rester concentré sur les enjeux liés à sa fonction. « Je continue à travailler pour favoriser cette dynamique d’union partout où cela est possible, tout particulièrement dans la 2e circonscription de La Réunion », a-t-il tout de même assuré.

Législatives : Huguette Bello dénonce l’accord partiel à gauche et appelle à l’union

Au lendemain de l’annonce d’un accord partiel concernant les candidatures pour les législatives anticipées à La Réunion, Huguette Bello, présidente de la Région Réunion, accompagnée de cinq députés et du secrétaire général de PLR, Emmanuel Séraphin, a lancé un appel pressant à l’union de la gauche, sous la bannière du « Nouveau Front Populaire ».