Revenir à la rubrique : Faits divers

Mort de Danaël, 2 ans, du SAM : Les parents portent plainte contre le GHER et le CHU Nord pour homicide involontaire

Karlaine et Medhi, parents du petit Danaël, l'amour de leur vie, veulent savoir de quoi leur enfant de deux ans est mort, le 16 septembre dernier. Atteint d'un syndrome d'activation macrophagique, le marmaille n'aurait été diagnostiqué que très tard après être passé entre les mains de différents médecins et avoir été balloté du GHER au CHU de Bellepierre. La famille annonce porter plainte contre le corps médical pour homicide involontaire.

Ecrit par Isabelle Serre – le mercredi 04 octobre 2023 à 17H32

Lundi 28 août dernier, Danaël, un Saint-Andréen de deux ans, commençait à faire de la fièvre, et celle-ci n’a pas baissé pendant plusieurs jours malgré la prise de médicaments. Le jeudi suivant, un premier médecin diagnostique une grippe alors que le marmaille a 39°. Le dimanche, Danaël ne fait que dormir et mange très peu. Contacté, le SAMU invite les parents à consulter le médecin de garde qui diagnostique une angine. Malgré trois jours d’antibiotiques, l’état de l’enfant ne s’améliore toujours pas.

Le mardi suivant, un pédiatre de la ville de Saint-Benoit conseille d’aller aux urgences du GHER, où pendant une semaine, les parents racontent que l’enfant diagnostiqué avec une hépatite n’a subi qu’une radio des poumons et une prise de sang tous les deux jours en plus des médicaments prescrits pour faire baisser la fièvre. Très inquiets, Karlaine et Medhi demandent alors le transfert de Danaël au CHU de Bellepierre qui leur est, un temps, refusé. Un nouveau diagnostic est posé : l’enfant a une mononucléose, ce qui expliquerait la forte fièvre qui persiste.

Le 13 septembre, Danaël est enfin transféré à l’hôpital du Nord de Saint-Denis. Il a entre 40 et 41° de fièvre. Après de nombreux examens, un changement de service et une transfusion sanguine, le syndrome d’activation macrophagique (SAM) tombe. Le petit souffrirait également d’un pneumocoque. Les parents se disent « soulagés » de savoir ce dont souffre leur enfant. Danaël subit une ponction et prend de nouveaux antibiotiques. L’équipe médicale indique alors être en lien avec l’hôpital Necker à Paris, spécialisé dans le traitement du SAM.

Danaël doit subir des prélèvements mais il faut attendre le lundi 18 septembre car le transport et les analyses ne peuvent avoir lieu le week-end. Pendant ce temps, Danaël souffre beaucoup. « Il dort la langue entre les dents, il crie beaucoup et serre les poings », se souvient Karlaine.

Le samedi 16 septembre, les médecins souhaitent que le marmaille passe un scanner afin de vérifier que le cerveau n’est pas touché, une ponction lombaire et une IRM. L’hôpital Necker demande que l’enfant soit transféré à Paris. La famille se prépare au départ. Mais dans la soirée, Danaël est conduit en soins intensifs au motif que « ses reins et son cœur seraient touchés ». Le médecin qui communique avec les parents prévient que « le combat va être difficile ». L’état de santé de Danaël se dégrade jusqu’à un arrêt cardiaque qui lui sera fatal et auquel les parents vont assister quasiment en direct.

En plein deuil, Karlaine et Medhi, avec une grande dignité, souhaitent maintenant savoir de quoi leur fils est décédé et si « le retard » dans sa prise en charge n’est pas en lien avec sa mort. De son côté, leur avocat, Me Fabian Gorce, entend porter plainte contre la chaîne médicale, dont le GHER et le CHU de Bellepierre, pour homicide involontaire. La robe noire dénonce « l’omerta du corps médical » et insiste sur les cinq maladies différentes diagnostiquées au cours du cauchemar vécu par l’enfant et ses proches.

Thèmes : Faits-divers
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
26 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Reconnaissance de paternité : Poursuivie pour fraude, une mère de St-André échappe à l’expulsion malgré un test ADN

Saïd C., résidente de Saint-André, a été relaxée des poursuites pour fausse déclaration et de fraude pour l’obtention de son titre de séjour. Impliquée dans une affaire de reconnaissance de paternité, l’étrangère a admis avoir demandé à un Français de reconnaître celui qu’elle croyait être son enfant. La trentenaire risquait une interdiction de séjour de 5 ans dans cette affaire après un test ADN négatif.

Décès du Lieutenant-Colonel Jean-Christophe Bellomia, ancien commandant de l’EDSR

Le Lieutenant-Colonel Jean-Christophe Bellomia avait été commandant de l’Escadron départemental de La Réunion, de 2019 à 2023. Il est décédé lors d’un entraînement motocycliste dans le Loiret. Il a té âgé de 56 ans et père d’un enfant. Selon La République de Seine-et-Marne, trois gendarmes qui participaient à l’entraînement ont été percutés par une automobiliste engagée à contresens.

Deux hommes relaxés pour 22 vols à la roulotte, un seul larcin reconnu par le tribunal

Deux Bénédictins étaient jugés pour 23 faits de vols compris entre 2016 et 2021. C’est cette année-là qu’ils ont été vus sur les lieux d’un vol à Saint-Philippe. Le passé judiciaire de l’un d’eux a joué contre lui et les enquêteurs lui ont imputé toute une série de vols dans l’île. Finalement, le tribunal n’a retenu que le vol de Saint-Philippe pour l’un des deux.