Revenir à la rubrique : Communiqué | Santé

« Mon kaz, pa la kaz moustik ! » : Ne laissons pas les moustiques s’installer chez nous

Avec « Mon kaz, pa la kaz moustik ! », l’ARS La Réunion lance une nouvelle campagne de communication pour inciter la population à appliquer les gestes de prévention en vidant ou en protégeant tout ce qui peut contenir de l’eau autour de chez soi.

Ecrit par N.P. – le lundi 11 décembre 2023 à 11H11

Le communiqué de l’ARS :

Avec l’arrivée de l’été austral, les pluies associées aux fortes chaleurs créent des conditions favorables au développement des moustiques, vecteurs de maladies comme la dengue, le chikungunya,…
Avec « Mon kaz, pa la kaz moustik ! », dès le 11 décembre, l’ARS La Réunion lance une nouvelle campagne de communication. Objectif : inciter la population à appliquer les gestes de prévention, déjà bien connus de tous, pour lutter contre les moustiques, en vidant ou en protégeant tout ce qui peut contenir de l’eau autour de chez soi.

Contexte

Les moustiques de type Aedes albopictus transmettent des maladies (dengue, chickungunya…). Certaines formes de ces maladies peuvent être très graves, amenant à des hospitalisations voire des décès.

Avec l’arrivée de l’été austral, les conditions climatiques (pluies, chaleurs) sont favorables au développement des moustiques et laissent craindre une recrudescence des maladies vectorielles.

En 2023, la circulation du virus a été faible et n’a concerné globalement que le sud de l’île.

A noter cette année, le retour du sérotype 2 (après 2 années de présence exclusive du sérotype 1).
Les équipes de la lutte anti-vectorielle de l’ARS mènent des actions de sensibilisation auprès de la population, en lien avec les partenaires communaux et associatifs, pour lutter contre la propagation des virus.

Toutefois, la lutte contre les moustiques est l’affaire de tous et le moyen de prévention le plus efficace reste la mobilisation du plus grand nombre dans l’élimination des gîtes larvaires au quotidien.

La campagne « Mon kaz, pa la kaz moustik ! »

Objectifs de la campagne
Lancée le 11 décembre 2023, cette nouvelle campagne de prévention a pour objectif de rappeler à la population les gestes simples à appliquer pour empêcher les moustiques de s’installer dans son jardin,; sa cour, sur son balcon… :

o Vider les récipients contenant de l’eau stagnante (coupelles, seaux, plantes qui ;retiennent l’eau, pneus usagés, encombrants…)
o Entretenir les gouttières
o Jeter les déchets verts en respectant les jours de collecte
o Contrôler et couvrir les réserves d’eau (citernes, collecteurs d’eau de pluie…)
o Couvrir et vidanger les piscines non utilisées

Les outils de communication

La campagne de communication « Mon kaz, pa la kaz moustik ! » se décline de décembre 2023 à janvier 2024 :
• un spot radio
• une affiche à destination des partenaires
• une capsule vidéo sur les astuces pour lutter contre les moustiques, diffusée sur plusieurs canaux (TV, sites d’information, cabinets médicaux, pharmacies, cinéma)
• une vidéo avec le témoignage d’un habitant qui reçoit la visite des agents de l’ARS à son domicile, relayée sur le site internet et réseaux sociaux de l’ARS
• des astuces anti-moustiques postées sur les réseaux sociaux de l’ARS
• des encarts presse

Retrouvez tous les supports de communication sur le site internet de l’ARS La Réunion :
Cliquez ici

Un numéro vert pour vous informer

Ce numéro vert (0800 110 000) est à la disposition de la population pour des informations sur :
• Les moustiques et les maladies qu’ils transmettent,
• Les conseils de prévention,
• Les modalités d’intervention du service Lutte anti-vectorielle de l’ARS

AUTRES RECOMMANDATIONS POUR LUTTER CONTRE LES MOUSTIQUES

• Se protéger des piqures de moustiques (répulsif, moustiquaire…) ; et continuer à se protéger, même si on a déjà été malade de la dengue antérieurement

• Consulter un médecin dès les premiers symptômes (fièvre, maux de tête, douleurs musculaires/articulaires, nausées, vomissements…) et réaliser le prélèvement en laboratoire d’analyse médicale prescrit par votre médecin pour confirmation du diagnostic de la maladie

• Si vous êtes malade :
– continuez à vous protéger contre les piqûres de moustiques pour éviter de transmettre la maladie à votre entourage et surveillez votre état de santé,
– consultez votre médecin traitant ou en son absence un service d’urgence en cas de dégradation de votre état de santé.

S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Royal Bourbon
2 mois il y a

Je suis pour que mon voisin brûle un peu ses feuilles mortes en fin d’après-midi, surtout sous un manguier ou un bougainvillier qui fait bien fuir les moustiques et on peut dormir tranquille.
Et ce qui est bien c’est qu’ils ne reviennent pas car la fumée est « fixante » dans les végétaux alentours !

Mais aujourd’hui, on porte plainte pour rien, ce qui n’était pas le cas avant !

Et les voisins qui ne contrôlent pas leur(s) chien(s) en les laissant aboyer et s’en foutent des autres, les pétards sont un moyen radical pour les faire taire !

Désolé, mais j’ai déjà dénoncé des abandons de chiens dans les appartements près de chez moi qui aboient le jour comme la nuit aux associations telles que SPA et APEBA, ils ne se sont jamais manifestés !

Menfin
2 mois il y a

Les déchets verts et plastique aussi, sont brûlés en agglomération par des bas de plafond qui empoisonnent tous le monde.

Dr JEAN DOREMIEUX
2 mois il y a

CONTRE LES MOUSTIQUES

Depuis un siècle, nous essayons sans véritable succès de lutter contre tous les moustiques quels qu’ils soient. Pas tellement pour tous les détruire, mais surtout pour éviter les épidémies que certains nous apportent?

Nous luttons contre les moustiques pour deux raisons : 1-leurs piqures nous agacent. Ils transportent, eux même, les virus, les bactéries, et même certains parasites comme les microfilaires dont les traitements sont en cours de recherche.

Les humains habitent essentiellement autour de retenues d’eau qui font partie de leurs résidences. Les moustiques sont bien plus répandus que de ces retenues d’eau. Ils sont  bien au-delà des alentours des maisons ? J’en ai vu, dès 1967, des milliards par exemple à la Ravine des trois bassins ? Allez-y ! Ils sont toujours les maisons les plus proches sont à 200 mètres !

Et pourtant combien de dépenses, combien de chercheurs ? Les moustiques se reproduisent non seulement aux endroits de nos habitations mais également bien plus loin en des endroits fort peu accessibles y compris aux pulvérisations d’insecticides.

Nous avons oublié un principe de base sur leurs habitats: la géographie.

Nous pourrions tenter d’autres méthodes avec un autre principe : la biologie.

Depuis son utilisation géographique les biologistes ont étudié le comportement des femelles Aedes ægypiid principal vecteur de transmission de nombreux virus, les chercheurs ont disposé dans un récipient des morceaux de tissus comportant des odeurs d’humains et de souris. Quand le moustique se posait sur un tissu pour le piquer, les scientifiques lui envoyaient des vibrations simulant une réaction de défense. A suivre !

Il y a peut-être mieux encore et moins cher. Un moustique porteur de virus n’est pas malade. Il est porteur et il vit. Nous ne pouvons pas les éliminer tous.

Un humain piqué et atteint pourrait faire mourir les moustiques avec les médicaments reçus. Contre le SRAS rien n’a été constaté. L’ivermectine que les vétérinaires administrent ont moins de moustiques ?

Dans la même rubrique

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial