Revenir à la rubrique : Mayotte

Mayotte: Des ossements découverts à Dzaoudzi

Selon un article publié sur le site de Malango, des ossements anciens ont été découverts à Mayotte le 12 août sur un chantier de construction appartenant à la préfecture.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 08 septembre 2011 à 07H48

C’est à coups de pelleteuse que l’histoire de Mayotte refait surface. Le 12 août, à Dzaoudzi, des ouvriers ont découvert des ossements sur le chantier sur lequel un immeuble devait être dressé à la demande de la préfecture. Il s’agissait d’ossements humains très anciens.

Une semaine après cette découverte, les travaux ont cessé comme l’avait demandé l’archéologue, Edouard Jacquot. Ce dernier, membre de la direction des affaires culturelles de l’océan Indien, a souhaité la mise en place d’"une fouille de sauvetage" afin d’étudier les vestiges.

Ces ossements révèleraient l’existence d’un cimetière musulman. Les têtes sembleraient tournées vers la Mecque, a indiqué Mohamed M’trengueny, attaché territorial de conservation du patrimoine.

Cette fouille archéologique n’est pas sans rappeler celle qui a permis de trouver des squelettes entiers dans le cimetière marin de Saint-Paul dans notre île…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Il faut peut-être en tuer » : Le vice-président du Département de Mayotte condamné à 3 mois de prison avec sursis

Salime Mdéré était jugé pour avoir déclaré en direct sur une chaîne de télévision publique mahoraise « Il faut peut-être en tuer » au sujet des délinquants qui affrontaient la police lors de l’opération Wuambushu. Trois mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende avaient été requis. Le tribunal a décidé d’aller au-delà des réquisitions et le condamner à trois mois de prison et 10.000 euros d’amende pour provocation publique.